Souveraineté et Écologie

Voici la traduction de l’article Souveraineté et Écologie qui éclaire sur la conception de la souveraineté et de la terre chez les Celtes. Un point de vue très intéressant à prendre en compte pour la protection de la terre et du féminin.

Souveraineté et Écologie : un point de vue de néo-païen celte

Par JS Kupperman

Traduction Monique Tedeschi

Journal of the Western Mystery Tradition No.6. Vol. 1, Vernal Equinox 2004

La souveraineté[1] est l’archétype de la déesse de la terre, et la terre, elle, est habituellement nommé d’après Elle. Ainsi Brigantia règne sur la Grande-Bretagne et Eriu sur l’Irlande. [2] C’est par la souveraineté qu’une personne peut devenir roi ou champion de la terre. Il y a de nombreux aspects de la souveraineté et les incidences de ces aspects sont importants lorsque l’on examine les responsabilités écologiques de l’espèce humaine.

L’aspect le plus important à la souveraineté a déjà été mentionné, ce n’est que par Elle qu’une personne peut régner. La souveraineté choisit qui peut régner sur Sa terre et sans Son soutien le souverain tombera. Cet aspect de la souveraineté est montré à maintes reprises à la fois dans la mythologie irlandaise et galloise, ainsi que dans les histoires arthuriennes Graal. [3] Cet aspect de la souveraineté est le mieux montré dans l’un des plus vieux mythes irlandais appelé Lebor Gabala Erinn ou « Le Livre de la Prise de l’Irlande »qui raconte plusieurs invasions de l’Irlande, se terminant finalement avec la venue des Gaels.

Dans cette histoire les Gaels tombent sur les gouvernants du pays, les Tuatha De Dannan, le peuple de la déesse Danu, sans avertissement. Sur leur chemin vers les Dannan les Gaëls, conduits par leur chef barde Amergin, sont arrêtés par trois femmes qui informent Amergin que lorsque la terre est conquise leurs noms seront utilisés pour nommer la terre, ces femmes étaient Banba, Fodla, et Eriu . Lorsque les Gaëls arrivent à la capitale, Tara, Amergin prend un accord avec les Dannan pour mettre son peuple au-delà de la neuvième vague, une distance traditionnelle, pour une certaine période de temps afin que les Dannan puissent se préparer à la guerre. Lorsque les Gaels ont quitté, les druides des Dannan contrôlent le temps afin qu’une grande tempête souffle sur les bateaux des Gaëls. C’est à ce moment que la souveraineté, sous le couvert des trois femmes marche. Parce qu’Amergin avait accepté leurs conditions, utiliser leur nom comme nom de la terre, Amergin a la souveraineté sur la terre, et chante l’un des plus célèbres poèmes de la mythologie irlandaise dans lequel lui et son peuple sont identifiés avec la terre.

Ce poème montre l’usage qu’Amergin fait de sa souveraineté. Il y évoque la terre elle-même et s’identifie lui-même avec plusieurs aspects, afin de « devenir » la terre. Amergin ne peut le faire que parce que la Souveraineté, sous couvert de Banba, Fodla, et Eriu, lui a accordé ce pouvoir. Inversement les druides des Tuatha De Dannan’s ne détiennent plus la souveraineté et leur magie est bouleversée.

Une autre version de ceci peut être trouvée dans l’histoire de Branwen, fille de Llyr, trouvée dans le Mabinogion gallois. Dans cette histoire les Britanniques insultent les Irlandais qui acceptent une indemnisation sous la forme de Branwen, fille de Llyr, le dieu de la mer, et sœur de Bran, roi de la Grande-Bretagne. Branwen est également la représentation de la Souveraineté. La partie la plus importante de l’histoire est quand les Irlandais maltraitent Branwen, abusant ainsi de la Souveraineté. Lorsque cela se produit, Bran conduit les Britanniques en Irlande et conquiert la terre, sauvant sa soeur et mettant en perte la terre d’Irlande. [4] Ici, ce n’est pas le sauvetage de Branwen qui est vraiment important, mais le fait que l’Irlande est conquise. Les Irlandais sont vaincus parce qu’ils ont perdu leur souveraineté en maltraitant Branwen.

Ceci a une importante implication écologique, les êtres humains ne règnent pas sur la terre, la terre donne la souveraineté aux humains. Les humains doivent alors apprendre que s’ils abusent de leur pouvoir, il sera enlevé, ou pire. Ces histoires montrent que le contrôle de la terre est vraiment dans les mains de la terre elle-même, et que maltraiter le pouvoir que donne la terre est courir à la catastrophe.

Ce qui nous amène à un autre aspect de la souveraineté, Elle choisit seulement les plus aptes à être Ses champions et quand ils deviennent défiguré ils doivent démissionner ou faire face aux conséquences. Bien que le mot «défiguré» peuvent être pris littéralement comme ayant quelques problèmes physiques, il peut aussi signifier avoir été changé pour le pire, que ce soit physiquement ou, de façon plus importante, psychologiquement. Etre défiguré dans ce contexte signifie comme n’étant plus compétent pour régner. Cela peut se produire en raison de mauvais choix. Tous ces éléments peuvent être trouvés dans la mythologie celtique.

Dans le Mabinogion Pwyll’s Seigner de Dyved, Pwyll, qui est un dirigeant de plusieurs moindres royaumes, commet l’erreur de tuer un cerf qui a été traqué par les chiens d’un autre homme. L’homme dans ce cas est Arawn, qui est le roi du monde souterrain. Comme punition pour ce manque d’honneur Pwyll doit prendre la place d’Arawn dans le monde souterrain pour un an et un jour et doit vaincre un ennemi qui est trop grand à défaire pour Arawn. C’est uniquement en raison de l’honneur de Pwyll au cours de cette année et un jour qu’il est en mesure de vaincre l’ennemi, et quand il retourne à Dyved, sa terre, il trouve que la dernière année a été la plus prospère que la terre ait jamais connue et sa réputation est beaucoup augmenté [5].

La perte de la souveraineté par le biais de mauvais choix, c’est à dire de choisir quelque chose pour soi par-dessus les besoins de la population, est présentée dans Les Aventures de Art, Fils de Conn, un conte irlandais. Dans cette histoire, Conn, qui est le haut roi d’Irlande, épouse la fée Becuma qui a été exilée des royaumes féeriques pour certains crimes sans nom. Elle veut vraiment être avec le fils de Conn, Art, mais choisit Conn parce qu’il est le roi. Avec ce mariage la terre devient désolée; aucune nourriture ne croît et les vaches ne donnent pas de lait. C’est parce que le roi est marié à une femme indigne, une femme qui ne représente pas la Souveraineté. Conn ne renonce pas à son épouse pour le pays, mais plutôt elle se met en mesure de le séduire pour qu’il exile son fils Art jusqu’à ce qu’il puisse ramener le fils d’un couple sans péché pour être sacrifiée, qui dit-elle rétablira le pays. Art réussit dans sa quête, mais l’enfant, qui est une version de Mabon, le fils de la Souveraineté, raconte à Conn ce qui est vraiment au cœur du problème. Becuma est finalement chassée du pouvoir et Art devient roi après avoir marié Delbchaem, une autre fée, mais de sang royal qui représente dignement la Souveraineté. [6]

Le genre humain peut apprendre beaucoup de ces histoires. Dans le premier, la souveraineté est perdue par le choix d’un chemin déshonorant ou irrespectueux. On peut faire déshonneur à la terre ainsi qu’à l’être humain. Déverser des déchets toxiques ou miner des terres fertiles sont des aspects de ce manque de respect. Quand l’homme fait ces choses la terre est blessée et les gens sont punis, il y a moins de terres pour cultiver la nourriture dessus et avec moins de plantes le niveau d’oxygène peut être diminué causant des problèmes avec la couche d’ozone de l’atmosphère. Il en va de même quand l’homme veut plus que les besoins des autres espèces et de la terre. Quand l’homme a choisi de surpeupler la planète, ou de créer des déchets toxiques afin qu’ils puissent être plus à l’aise, il y a un prix à payer, la terre ne produit plus les aliments et des animaux meurent, ne fournissait plus les éléments nutritifs que les gens ont besoin pour vivre. Ceci nous amène à un dernier aspect de la souveraineté que les deux séries de contes ont en commun: quand le roi [7] abuse de ses dirigeants ou est défiguré en quelque sorte la Souveraineté enlève Sa puissance jusqu’à ce qu’un nouveau roi soit choisi. La suppression de Sa souveraineté se termine généralement par le pays à l’abandon. On peut le constater dans la légende arthurienne quand Arthur est blessé et Guenièvre, un aspect de la Souveraineté, le laisse pour Lancelot, le pays va à l’abandon. [8]

Un film qui est parallèle est l’histoire moderne Le Roi Lion de Disney. When Scar takes over the pride he brings in the hyenas, who are enemies to the lions, and over hunts the land. Scar s’associe aux hyènes, qui sont les ennemis des lions, et ravage la terre. Après plusieurs années ainsi cette terre devient désolée et la lionne, qui dans ce cas représente la Souveraineté, refusent de chasser pour lui. La souveraineté est à nouveau montrée dans ce film lorsque Nala, une lionne, quitte le pays et trouve Simba, le roi légitime. Revenant à la fierté avec Nala / Souveraineté, Simba est capable de renverser Scar et les hyènes et le pays revient à la normale.

Ces deux histoires montrent les pénalités en cas de rupture avec la souveraineté, la perte de puissance, et dans le cas de Scar, la perte de la vie. C’est un important message écologique, lorsque nous blessons la nature, la nature nous blessera. Nous pouvons voir cela aujourd’hui où il y a un problème démographique, la pauvreté et la faim dans le monde. Bien plus représentatif de cet aspect de la Souveraineté est l’augmentation de la maladie dans le monde. Les anciennes maladies qui étaient autrefois vaincues par la pénicilline sont de plus à l’abri de tels traitements, et de nouvelles maladies font leur apparition. L’apparition du VIH et du SIDA dans les 30 dernières années et la nouvelle apparition du SRAS ne sont que deux exemples. L’humanité a abusé de sa souveraineté et est devenu défigurée, la Souveraineté n’est pas amusée.

Ces trois séries de contes peut montrer beaucoup de choses à l’humanité. Nous pouvons voir que c’est bien la nature qui est responsable, pas nous. Cela signifie que l’homme n ‘a pasle droit d’utiliser ou d’abuser la terre, dont le contrôle appartient à la nature. Par le biais de ces mythes, nous pouvons aussi voir comment nous pouvons devenir indignes de tenir notre souveraineté. Quand nous nous choisissons nous-mêmes au détriment des besoins de la terre et des autres habitants ou agissons avec manque de respect envers la nature nous nous montrons inapte à détenir une position dominante sur le pays. Dans ces deux cas, lorsque les humains poussent trop fort la nature, la nature repousse, comme on peut le voir dans la dernière série de récits. Quand le roi n’est plus apte à régner, la terre meurt, de même que la population. La peste et la famine se répandent à travers le pays, les maladies curables ne sont plus curables.

Il y a un dernier aspect de la Souveraineté qui est cependant important, Elle peut être apaisée. Comme on peut le voir dans une lecture intégrale de toutes ces histoires la terre peut être restaurée. Pour ce faire, un nouveau champion doit être choisi et le vieux souverain doit être mis au rebut ou le vieux souverain doit faire amende honorable et devenir entier à nouveau, comme Naudu, roi des Tuatha De Dannan dans le Cath Maige Turied, La deuxième bataille de Moytura, fit , revenant au trône [9].. La première est que par l’adoption d’une nouvelle vision de notre relation avec la nature, nous pouvons changer nos façons et implorer l’indulgence de la Souveraineté. En faisant cela, la terre sera éventuellement restaurée et l’équilibre sera rétabli. Une autre interprétation, plus sombre, est que l’humanité peut être remplacée comme souverains de la terre, avec l’augmentation de la population, l’augmentation de la maladie, de l’appauvrissement de la couche d’ozone et la destruction de la forêt tropicale et dans les autres grands domaines des plantes, ce qui semble être l’avenir de notre souveraineté.

Bibliographie

Blamires, Steve. The Irish Celtic Magical Tradition. London: The Aquarian Press, 1992. Gantz, Jeffrey, trans. Early Irish Myths and Sagas . Par différents auteurs. London: Penguin, 1981. —. Mabinogion, The Par différents auteurs. London: Penguin, 1976. Matthews, Caítlin. Arthur and the Sovereignty of Britain . London: Arkana, 1989. London: Arkana, 1989. Matthews, Caítlin and John. British and Irish Mythology: An Encyclopedia of Myth and Legend . London: Diamond Books, 1988. Londres: Diamond Books, 1988. —. The Encyclopedia of Celtic Wisdom . New York: Barnes & Noble Books, 1994. Shallcrass, Philip. The Bardic Tradition and the Song of the Land In The Druid Renaissance . Ed. Carr-Gomm, Philip. Carr-Gomm, Philip. San Francisco: Thorsons, 1996.

Notes

[1] Je vais utiliser la majuscule pour désigner la souveraineté Divinité et la minuscule lorsqu’on se réfère aux aspects les plus politiques de dirigeants. [2] Matthews & Matthews, An Encyclopedia of Myth and Legend: British & Irish Mythology. p. P. 148 [3] Matthews, Arthur and the Sovereignty of Britain. p. P. 21. [4] Gantz, The Mabinogion. pp. Pp. 67-82. [5] Gantz, The Mabinogion. p. P. 46-51. [6] Matthews & Matthews, The Encyclopedia of Celtic Wisdom. pp. Pp. 376-87. [7] Le souverain ou le champion est toujours masculin dans la mythologie celtique, peut-être pour équilibrer les aspects féminin de la Souveraineté Matthews, 64-5. [8] Matthews, p. 158. [9] Blamires, The Irish Celtic Magical Tradition Pp.115-118.

Original en anglais, ici.

Souveraineté et Écologie

d7477d2b52e2b0720a58f9d6c135254fDDDDDDDDDDDDDDDDDDDD

Pin It on Pinterest

Shares