La pédagogie Waldorf Steiner

Voici un article qui résume bien il me semble une des grandes pédagogies alternatives qui existe : la pédagogie Waldorf Steiner. Encore trop méconnue et mal connue, elle mérite d’être découverte avec un oeil neuf.

La pédagogie Waldorf tire son nom de la première école fondée par Rudolf Steiner à Stuttgart, en Allemagne, pour les enfants des ouvriers de l’usine Waldorf Astoria. Le but de cette pédagogie est d’éduquer l’enfant dans sa totalité (coeur, tête et corps) en créant pour lui un espace sain, sécuritaire et nourrissant. L’enfant est amené à vivre d’abord activement les choses et à les ressentir avant de les comprendre. On cherche moins à transmettre un savoir qu’à éveiller chez le jeune toute la palette de ses facultés, de façon adaptée à son âge, en respectant les rythmes de son développement

Selon Steiner, l’être humain jouit de trois facultés fondamentales : la pensée, le sentiment et la volonté. Pour saisir toute la réalité d’une chose, il faut non seulement observer la chose (pensée), mais encore la ressentir intérieurement (sentiment) et l’expérimenter dans son propre agir (volonté). C’est ainsi que ces trois forces sont mises à contribution pour développer ce qui sera digne d’être appelé une connaissance

pédagogie Waldorf Steiner

Développement de l’enfant

Ces capacités ne se développant pas en même temps, l’école Waldorf respecte le mouvement naturel de l’enfant, chaque chose en son temps. Entre 0-7 ans l’emphase est mise sur l’imitation et le jeu. Entre 7 et 14 ans, les enfants sont plus sensibles et réceptifs à ce qui est enseigné via l’imagination, les arts, le symbolisme, le coeur. Ce n’est qu’à partir du 3e cycle du primaire voir le début du secondaire (14-21), que l’on s’adresse à l’intellect, la conceptualisation et le jugement de l’enfant pour lui enseigner des éléments plus concrets.

Les phases du développement de l’enfant sont très importantes pour les professeurs des écoles Waldorf. Les enfants entrent en première année à six ans bien sonnés, parfois à sept ou à huit ans, tout dépendant de leur motricité et de leur développement. “Ça paraît quand un enfant est prêt, indique Hélène Bénard, professeur pendant plusieurs années à l’École Steiner de Montréal. Son physique change: il est moins rond, ses dents de lait commencent à tomber et il est capable de rester assis plus longtemps. Si on transmet un savoir intellectuel trop rapidement à un enfant et qu’on le place trop jeune sur une chaise, on l’affaiblit. C’est important de respecter son rythme car c’est à cet âge qu’il construit ses forces vitales.”

On ne considère pas que les jeunes enfants ne sont pas intelligents, ajoute Marie Desjardins qui est aussi éducatrice pour un jardin d’enfants Waldorf à Montréal, mais s’ils sont encore dans le monde de l’imagination, ils ont besoin de jouer. Si on force l’enfant, on tue quelque chose en lui. On coupe un fil avec sa nature spirituelle. Ça rend les enfants nerveux, plus souvent malades. Déjà, à 5 ans, avec la télévision et toutes les explications rationnelles qu’on leur fournit, les enfants se sentent responsables de tout. Ils sont conscients de la guerre, de la planète… L’enfant ne vit plus dans le sentiment mais dans sa tête. On le coupe de l’expérience.”

Dans les écoles Waldorf, les enfants fréquentent le jardin d’enfants à l’âge de 4, 5 et parfois même 6 ans. Ensuite, ils entrent dans les petites classes où ils sont suivis par le même professeur jusqu’en huitième année. “A ce moment-là, les relations humaines deviennent très importantes pour eux, indique Mme Bénard. La vie sociale dans la classe est primordiale.” D’ailleurs, c’est un des aspects qui distingue les écoles Waldorf des écoles alternatives. “Souvent, dans les écoles alternatives, chacun va à son rythme et se développe individuellement, poursuit Mme Bénard. Mais qu’est-ce qu’on crée comme vie sociale? C’est important qu’un enfant doué aide un enfant moins doué. C’est nécessaire qu’un professeur reconnaisse une qualité dans chacun des enfants et agisse en chef d’orchestre pour tirer partie des tempéraments et animer la classe.”

Musique, peinture, poésie…

L’art est très important dans ces écoles, pas comme un but ou une fin en soi mais comme moyen pédagogique. Les matières académiques sont introduites par les arts. Les élèves apprennent l’histoire en jouant César, apprennent l’écriture par le dessin et les mathématiques par la musique. “L’art aide l’enfant à prendre le contrôle de ses états d’âme et de ses sentiments, précise Mme Bénard. Tout doit être vivant, même les lettres sont vivantes.” Les enfants découvrent l’alphabet avec les contes des frères Grimm. Ils n’ont pas de cahiers d’exercices ou d’autres manuels pédagogiques que leurs propres cahiers personnalisés qu’ils créent au fil des jours de classe et ils ne subissent pas d’examens avant la sixième année. “On a tellement peur qu’un enfant ne soit pas prêt à rencontrer le vingtième siècle, explique Mme Bénard, qu’on le surcharge de tout un savoir intellectuel en très bas âge dans les écoles publiques. Mais la société aura changé quand le jeune aura 20 ans. Je crois qu’on doit plutôt préparer l’enfant pour qu’il découvre quelles sont ses forces et quelle contribution il peut apporter à la vie sociale.”

L’art et la pratique prédominent dans la pédagogie Waldorf. Quelques exemples des matières enseignées ; eurythmie, chorale, orchestre, musique, aquarelle, dessin, dessin géométrique, calligraphie, modelage, exercices physiques, sculpture et travail de bois, médecine holistique globale, jardinage biodynamique… en plus des matières conventionnelles. Les écoles  »Steiner » s’assurent que les élèves restent en contact avec la nature spirituelle mais aussi matérielles. On ne trouve pas de jouets en plastiques dans ces écoles mais seulement des jouets fabriqués avec des matières naturelles (bois, coton, cire d’abeille).

Vers l’âge de 12 ans, la pensée et la personnalité de l’élève se développent. C’est l’âge où il exige des sciences exactes. “A cet âge, on laisse davantage aller les jeunes à leur propre rythme, explique Mme Bénard. Ils ont plus de choix de cours et différents professeurs.” Durant les dernières années du secondaire, l’école offre des stages de trois semaines en milieu agricole, industriel et social pour que les adolescents découvrent la réalité de chacun de ces milieux.

Spiritualité

Même si la pédagogie Waldorf s’inspire de l’anthroposophie qui est un courant philosophique humaniste chrétien, l’école ne fait ni la propagande de Steiner ni de culte religieux. Tous les enfants, peu importe leur race ou leur religion, se côtoient dans l’école. Les grands mythes spirituels et religieux sont enseignés: la Perse et Zarathoustra, la mythologie grecque, l’Inde antique et Bouddha.

Il y a plus de 800 écoles Waldorf dans 51 pays et un millier de jardins d’enfants (maternelle), sans compter la soixantaine de centres de formations et instituts établis dans une vingtaine de pays. C’est une pédagogie universelle, elle n’a pas besoin de cours de religion ou de morale, puisque l’enseignement lui-même est pleinement vivant et spirituel. C’est une pédagogie universelle, syncrétique et anthropologique, qui fait découvrir toutes les cultures et les spiritualités du monde aux élèves dès leur tendre enfance (du Celtisme à l’Hindouisme). La différence entre une école conventionnelle et une école Waldorf se situe au niveau des méthodes employées pour enseigner la  »matière » et le moment choisi pour l’enseigner

Quelques éléments du programme Steiner

Le jardin d’enfant :

Jusqu’à la seconde dentition, le corps de l’enfant doit accomplir une tâche très distincte de celles qui surgiront aux autres époques de la vie : les organes physiques doivent à cette époque prendre forme. La vie intérieure de petit enfant est faites d’images et à l’aide des contes, l’éducateur pourra nourrir l’enfant. Par nature l’enfant imite son entourage.

On trouvera au jardin d’enfant : contes, marionnettes, activités artistiques : peinture, aquarelle, modelage, musique.

Première classe 6-7ans :

–L’enfant vit dans les l’image, à travers les contes, il se relie à l’archétype humain

–Les mouvements et les formes jouent un grand rôle.

–On aborde la lecture en utilisant le dessin comme transition.

–Les contes servent aussi à développer l’élocution

–On pourra utiliser le tricot pour développer la coordination des mouvements.

–En jouant avec son corps l’enfant pourra découvrir le royaume des nombres. (Rythme)

–La musique accompagne tout du long les activités pour la découverte des sons.

–La peinture lui apprend les couleurs.

Source : http://www.alternativesante.com/gazette/sections/section.asp?NoArticle=73&NoSection=8

pédagogie Waldorf Steiner

Le Gotheanum

Enregistrer

Enregistrer

Pin It on Pinterest

Shares