Ronds et Ducats

Voici quelques mots sur notre travail de la semaine à partir du conte de Grimm « Ronds et Ducats ».

En fin de semaine, j’ai continué mes expérimentations en dessin de forme. J’avais proposé de « simples » ronds, en cohérence avec le conte que j’avais choisi pour le lendemain. Ce qui est le plus difficile pour chacune de mes filles, c’est de réaliser uniquement la forme, sans chercher à faire avec un dessin composé, juste la forme… pour la forme.

Elles n’y parviennent pas. Enora a réalisé un animal à partir de ses petits ronds.

Ronds et Ducats

Gwendolyne, a réalisé de son côté une composition plus abstraite, mais une composition quand même :

Ronds et Ducats

Je leur ai donc expliqué encore une fois que j’attendais juste un rond, ou des ronds. Cela les bouscule vraiment, et je trouve ça très bien 🙂 On sort un peu de certaines petites habitudes que nous avions prises et des traditionnelles princesses qu’on n’arrête pas de dessiner 😉 J’ai eu le sentiment que cette fois-ci elles entendaient ce que je leur demandais. Je leur ai donc demandé de me refaire le dessin de forme, mais elles étaient fatiguées et chamboulées, elles ne se sont pas beaucoup appliquées. Peu importe, on y va en douceur car vraiment, ça n’est pas rien ce dessin de forme.

Ronds et Ducats

Ronds et Ducats

J’ai lu un très bon article sur le Dessin de forme, écrit par Rosemary Gebert. Il est en anglais et je n’ai malheureusement pas le temps de le traduire. On le trouve en téléchargement libre ICI. Elle explique très bien dedans comment la forme peut affecter l’enfant et propose même quelques « tests » à faire soi-même pour mieux s’en rendre compte. Très instructif et très parlant.

Aujourd’hui, après nos apprentissages plus formels, j’ai proposé aux filles le conte de Grimm « Les ducats tombés du ciel » :

Les ducats tombés du ciel

Les frères Grimm

Il était une fois une petite fille dont le père et la mère étaient morts. Elle était si pauvre qu’elle n’avait ni chambre ni lit pour se coucher; elle ne possédait que les vêtements qu’elle avait sur le corps, et un petit morceau de pain qu’une âme charitable lui avait donné; mais elle était bonne et pieuse. Comme elle était abandonnée de tout le monde, elle se mit en route à la garde du bon Dieu.

Sur son chemin, elle rencontra un pauvre homme qui lui dit: “Hélas! J’ai si grand’ faim! Donne-moi un peu à manger.” Elle lui présenta son morceau de pain tout entier en lui disant: “Dieu te vienne en aide!” et continua de marcher. Plus loin, elle rencontra un enfant qui pleurait, disant: “J’ai froid à la tête; donne-moi quelque chose pour me couvrir.” Elle ôta son bonnet et le lui donna. Plus loin encore elle en vit un autre qui était glacé faute de camisole et elle lui donna la sienne; enfin un dernier lui demanda sa jupe, qu’elle lui donna aussi. La nuit étant venue, elle arriva dans un bois où un autre enfant lui demanda une chemise. La pieuse petite fille pensa: “Il est nuit noire, personne ne me verra, je peux bien donner ma chemise,” et elle la donna encore.

Ainsi elle ne possédait plus rien au monde. Mais au même instant les étoiles du ciel se mirent à tomber, et par terre elles se changeaient en beaux ducats reluisants et, quoiqu’elle eût ôté sa chemise, elle en avait une toute neuve, de la toile la plus fine. Elle ramassa les ducats et fut riche pour toute sa vie.

FIN

Voici le dessin que je leur ai proposé pour illustrer ce conte :

Ronds et Ducats

Et voici, respectivement, le dessin d’Enora et celui de Gwendolyne :

Ronds et Ducats

Ronds et Ducats

Et le miens :

Ronds et Ducats

J’aime vraiment beaucoup ce qu’elles ont réalisé 🙂

Ronds et Ducats

Ronds et Ducats

Enregistrer

Enregistrer

d725e2e16f57a844da36dded771bc84ddddddddddd

Pin It on Pinterest

Shares