L’esprit du grain

Un joli conte pour ce temps des moissons, un conte des Indiens Iroquois que j’ai traduit et adapté d’après cette page.

A nice tale from the Native American Indians. The original in english is on this website.

 Il fut un temps, dit Grand-Mère Iroquois, où il n’était pas nécessaire de planter les semences ni de passer la houe dans les champs, le grain venait de lui-même, et remplissait les vastes prairies. Ses tiges grandissaient solidement et étaient hautes, et elles étaient couvertes de feuilles comme des bannières s’agitant au vent, et remplies d’épis de céréales nacrées enveloppés dans des cosses de soie verte.

Ces jours-là, Onatah, l’Esprit du Grain, marchait sur la terre. Le soleil touchait amoureusement son visage sombre avec la rougeur du matin, et ses yeux devenaient doux comme la lueur des étoiles sur les sombres cours d’eau. Ses cheveux noirs comme la nuit étaient disséminés par la brise, comme un nuage au vent.

Comme elle marchait à travers les champs, le grain, le maïs indien, surgissait de lui-même de la terre et remplissait l’air avec ses glands à franges et ses feuilles chuchotantes. Avec Onatah marchaient ses deux sœurs, les Esprits de la courge et du haricot. Comme elles passaient, la courge et le haricot poussaient dans les collines de maïs.

Un jour, Onatah s’était égarée, seule et loin, à la recherche de la rosée du matin. Alors, le démon de la terre, Hahgwehdaetgah, la suivi rapidement de près. Il la saisit par les cheveux et la traîna sous le sol jusqu’à sa caverne sombre. Puis, il envoya ses monstres cracheurs de feu afin de gâcher les grains d’Onatah. Et quand ses sœurs, les Esprits de la courge et du haricot, virent les monstres de flamme qui faisaient rage à travers les champs, elles partirent au loin, terrifiées.

Quant à la pauvre Onatah, elle se coucha comme une captive tremblante dans l’obscurité de la prison-grotte du démon. Elle pleura la brûlure de ses champs de maïs, et les souffrances de ses sœurs en fuite.

« Ô ! Chaud et radieux soleil ! », Dit-elle, « Si je marche à nouveau un jour sur la terre, plus jamais je ne quitterais mon maïs ! »

Et les petits oiseaux entendirent son cri, et, s’envolant sur leur chemin dans le ciel, ils portèrent son vœu et ils le donnèrent au soleil qui errait à travers le ciel bleu.

Le soleil, qui aimait Onatah, envoya de nombreuses rayons de lumière pour la chercher. Ils percèrent la terre humide, trouvèrent l’entrée de la prison-grotte, et l’a guidèrent à nouveau à ses champs.

Et jamais plus après cela elle ne regarda seule ses champs, pas plus que ses soeurs, les Esprits de la courge et du haricot qui regardèrent avec elle. Si ses champs avaient soif, elle ne pouvait chercher la rosée. Si les monstres de flammes brûlaient son maïs, elle ne pouvait pas rechercher dans les cieux les vents qui refroidissent. Et quand les grandes pluies tombaient et blessaient sa récolte, sa voix devenait si pâle que le soleil amical ne pouvait l’entendre.

Mais Onatah regarda toujours tendrement ses champs et les petits oiseaux affluèrent à son service. Ils la suivirent à travers les rangées de maïs, et firent la guerre aux ennemis minuscules qui rongeaient les racines des céréales.

Et au moment de la récolte, reconnaissante, Onatah éparpilla les premiers grains sur ses vastes terres, et les petits oiseaux, voltigeant et chantant joyeusement, participaient à la fête avec le grain répandu pour eux sur le sol de la prairie.

 

grain

Voici un conte bien à propos alors que se succèdent les belles récoltes au potager.

This is an appropriate tale while we have beautiful and succesive harvest in the garden !

Entre deux rangements, tri et désencombrement, et avant de commencer les confitures,  je continue de nettoyer les toisons que l’on m’avait données ; il me reste encore 4 sacs à laver et faire sécher.

Between two storage, sorting and decluttering, and before starting the jam, I still clean the fleeces which were given to me ; I still have 4 bags to wash and dry.

Ce week end nous avons fait une grande fête pour les 7 ans des filles, un peu en avance. Pour le « vrai » jour de leur anniversaire, j’ai préparé une célébration dans l’esprit Waldorf Steiner seulement entre nous quatre. Ce week end était l’occasion de prendre du bon temps avec les amis et autour de bons mets.

This weekend we had a big party for the seven years of the girls, a little ahead. For the « real » day of their birthday, I prepared a celebration in the Waldorf Steiner’s spirit only for us (Dad, Mum, and DDs). This weekend was an opportunity to have fun with friends and good food.

6 enfants en tout, c’était beaucoup de joie dans la maison ! Chaque enfant est reparti avec son petit poney en laine, regardez ces sourires ! Dommage qu’on ne puisse pas entendre les hennissements !

6 children, it was much joy in the house! Each child left with her little pony in wool, look at those smiles! Too bad we can not hear the neighing!

Bonne journée ! Paix et amour pour vous tous qui passez ici !

Have a good day ! Love and light !

grain

Enregistrer

4dcc480f4208ea7720027d5192fb4648mmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmmm

Pin It on Pinterest

Shares