Il y a des moments où il est plus difficile que d’autres de ressentir la gratitude. La fin de l’automne et l’entrée dans l’hiver en sont généralement une, pour moi, mais aussi pour beaucoup de personnes. La baisse de la luminosité, l’humidité qui s’installe, le froid qui pénètre, les jours qui s’assombrissent, nous amènent inéluctablement à rentrer en nous et nous confrontent à l’obscurité en nous et autour de nous. Quant à moi, c’est aussi la période de l’année où je souffre le plus dans mon corps. Généralement je ressors de l’hiver exsangue moralement, alitée physiquement et lessivée en terme de vitalité. Un programme que, bien sûr, j’appréhende de revivre chaque année. Et pourtant, on ne peut aller à contre-temps, n’est-ce pas ? Bien au contraire, être en harmonie avec la saison revêt même un certain confort qui nous permet de traverser l’année en récoltant un certain nombre de matériaux existentiels utiles à notre croissance et à notre développement intérieur.

There are times when it is more difficult than others to feel gratitude. The late fall and entry into the winter are usually, for me, but for many people the case. The decrease in brightness, humidity sets in, the cold penetrates, the days darken, lead us inevitably to return to us and we confront the darkness within us and around us. As for me, it is also the time of year when I suffered the most in my body. I usually come away from the winter battered morally, physically in bed and washed  in terms of vitality. A program that, of course, I dread to relive every year. Yet we can not go against the time, isn’t it? On the contrary, be in harmony with the season is even a certain comfort which allow us to cross the years by collecting a number of existential materials useful for our growth and our internal development.

Mais voilà, combien d’entre nous en sont, premièrement, conscients ? Et, en second lieu, combien d’entre nous vivent cette harmonie ? Si, comme moi, vous faites partie de ceux qui ont un certain travail à faire pour harmoniser votre vie – il me semble que c’est le lot de beaucoup d’entre nous -, vous comprenez de quoi je parle.

But then, how many of us are, first, understand? And second, how many of us live this harmony? If, like me, you are one of those who have some work to do to align your life – it seems to me that this is the lot of many of us – you understand what I mean.

Il y en a qui, pendant l’hiver, vont privilégier le cocooning et les atmosphères douces ; c’est en partie ce que nous essayons aussi de faire de notre côté, mais en vivant avec un minima social, l’accès à un certain confort (je pense à certains soins notamment)  est de toutes les façons fermé, même si cela engendre un cercle vicieux que nos chers politiciens et institutionnels n’ont toujours pas compris : moins vous permettez à des gens d’accéder à un certain confort matériel de base (et je considère que l’accès à certains soins en fait partie, tout comme une alimentation saine, naturel et sans additifs industriels et chimiques), plus leur santé se dégrade, moins ils peuvent contribuer pleinement à la société…

There are some who, during the winter, will focus on pampering and gentle atmosphere, this is partly what we’re also trying to do our part, but living with a social minimum, access to a comfort (I think some care in particular) is closed in every way, even if this creates a vicious cycle that our dear politicians and institutions still do not understand: less you allow people to access some material comfort basic (and I consider that access to care in some part, as a healthy, natural and without additives and industrial chemicals), more impaired health, the less they can contribute fully to society …

gratitude

Que reste-t-il alors dans ces conditions ? Travailler sur soit,  sur sa foi en soit et dans la Vie. Personne ne peut faire ce travail à notre place bien que nous aimerions la plupart du cas que ce soit le cas. C’est là notre responsabilité à l’égard de notre vie, la condition aussi à l’accession à notre véritable humanité.

What does it rest in these conditions? Work is on her faith in itself and in Life. Nobody can do the job for us although we would like this in the most cases. This is our responsibility to our lives, as the condition for accession to our true humanity.

Alors, sous cet angle, oui, l’hiver et ses difficultés sont une précieuse manne ; hiver après hiver, nous revisitons ce qui en nous est sombre, gelé, mort. Et comme le dit le sage, « L’hiver vient toujours après le printemps » ; car le cadeau de tout cela, c’est la re-naissance.

So in that way, yes, winter and its difficulties are a precious manna ; winter after winter, we revisit that in us is dark, frozen, dead. And in the words of the wise, « Spring always comes after the Winter », for the gift of all this is the re-birth.

Nous pouvons mettre des années à ressentir que ces moments très difficiles ne sont pas là pour que la Vie nous blesse gratuitement. Certains n’y parviennent d’ailleurs jamais, trop étouffés par le vide du modèle de vie proposé par la société, ou trop révoltés par ces blessures de la Vie qui sont ressenties comme de très grandes injustices.  Sur ce chemin, nombreux sont les écueils, nombreuses aussi les illusions.

We can take years to feel that these very difficult times aren’t there for life hurts us free. Moreover, some do not, too stifled by the empty way of life offered by the sociey, or too disgusted by the injuries of life that are felt to be of very great injustice. On this path, there are many pitfalls, too many illusions.

Plus que jamais la persévérance est une qualité essentielle, même si l’on sort de l’hiver totalement exsangue et sur les rotules, la foi démolie et sans espoir. Si on se relève malgré tout, si on continue de chercher à vivre dignement, à reconstruire notre foi, imperceptiblement, notre vie se met sur la bonne trajectoire.

More than ever, persistence is an essential quality, even if we leave the winter totally bloodless, on the knees, faith destroyed and hopeless. If you get up anyway, if we continue to seek to live in dignity, to rebuild our faith, imperceptibly, life goes on good track.

Cette année, je suis très heureuse de constater que bien que l’hiver ne m’ait pas épargné, je suis debout, pas trop ébranlée intérieurement, et que je rebondis plus vite que jamais sur les écueils qui jalonnent ma route. J’en ressens énormément de gratitude et c’est bon à vivre. Plus que jamais, la gratitude m’apparaît comme le signe d’une bonne santé. J’espère que vous aussi, malgré des chemins souvent cahoteux, vous ne perdez pas de vue ce que vous cherchez et pouvez ressentir la joie d’être en vie.

This year I am very pleased to see that the winter did not spare me, I’m up, not too shaken inside, and I bounce back faster than ever on the rocks that mark my way. I feel enormous gratitude and it’s good to live. More than ever, gratitude appears to me as a sign of good health. I hope you, too, despite the often bumpy road, you do not lose sight of what you need and can feel the joy of being alive.

Portez-vous bien et prenez bien soin de vous, de ceux qui vous entourent et du monde.

Be well and take good care of yourself, those around you and the world.

gratitude

Enregistrer

Pin It on Pinterest

Shares