Un Avent aux racines païennes ?

Un Avent païen est-il possible ?

Je voulais publier cet article bien avant, mais un problème technique sur le blog m’en a empêché. J’aurais pu aussi le conserver pour l’an prochain, mais, d’un autre côté, il parle en filigrane d’un thème qui m’est très cher : l’adaptation de la pédagogie Waldorf-Steiner à la vie de famille.

J’ai pensé aussi que cet article pourrait aider celles qui initient des changements, des rythmes, au sein de la famille en ce qu’il montre un peu la démarche qu’on peut adopter pour harmoniser cette pédagogie avec sa vie quotidienne (N.B: oui, c’est vrai, je m’adresse surtout aux femmes, car les mamans sont centrales dans une famille, et la plupart du temps, ce sont elles qui s’occupent activement de l’instruction des enfants).

Alors, cela m’a convaincu de le publier même si l’Avent est terminé depuis peu de temps.

***

Avent païen

Un Avent aux racines païennes

Durant l’Avent, un certain nombres de fêtes – déclinant souvent le thème de la victoire de la lumière sur l’obscurité – sont célébrées ; dans la mouvance Waldorf-Steiner, on retrouve les célébrations catholiques traditionnelles : St Nicolas, Ste Lucie, puis Noël bien sûr, avec les 12 nuits, menant jusqu’à l’Épiphanie, le 6 janvier, et son cortège de Rois mages.

Quand on pratique une religion de la terre et qu’on est attaché à la pédagogie Steiner,  cela peut être très troublant et susciter un questionnement profond ; parfois, il faudra des années de tâtonnement et de réflexion avant de trouver le bon positionnement pour soi-même et pour sa famille.

Outre-Atlantique, on dit souvent que « la pédagogie Steiner est trop païenne pour les chrétiens et trop chrétienne pour les païens », mettant ainsi en exergue le trouble que l’on peut parfois éprouver dans l’application de cette très belle pédagogie.

Certains vont résoudre très rapidement l’équation et célébrer toutes les fêtes, les païennes tout comme les chrétiennes, et mêmes des fêtes d’autres traditions encore, trouvant dans cette ouverture maximale un sens qui leur est propre, ce qui est tout à fait respectable. Ceux-là y gagneront à coup sûr en confort et de bien des manières.

C’est que l’inconfort le plus total guette celui et celle qui n’est pas en mesure de trouver un sens à la présentation consensuelle des célébrations habituelles de l’Avent dans le cercle Waldorf-Steiner franco-français. Cette difficulté à adhérer à un message convenu occasionnera tout à la fois gênes, silences, justifications, recherche de justifications, incompréhensions puis lâcher-prise, etc, etc… Remarquez que c’est plutôt riche 😉

Finalement, quel est le problème ? Si, comme beaucoup le pense, toutes les spiritualités se rejoignent au fond dans un courant commun, rien ne nous empêche de célébrer les fêtes de toutes les religions ; a fortiori, si toutes les spiritualités se rejoignent au fond dans un courant commun, rien ne nous interdit de ne célébrer que la tradition qui a véritablement du sens pour nous, intérieurement, mais aussi dans notre famille.

Avent païen

J’aime beaucoup regarder ce qui se passe chez nos amis anglophones, et notamment aux Etats-Unis. Si je ne voue pas un culte éperdu et intégral à ce peuple et à cette culture, leur liberté intérieure quant à la spiritualité et, plus particulièrement, quant au fait religieux me subjugue totalement. Vue d’ici, de mon petit bout de Bretagne, la vie au sein des communautés Waldorf, souvent formées autour d’une école et comprenant plusieurs familles qui instruisent leurs enfants, semblent capable d’englober bien des manières de pratiquer la pédagogie Steiner. Et, à vrai dire, c’est cela que je trouve fantastique, car créatif et tellement vivant. Certains piochent seulement quelques éléments dans la pédagogie Steiner qu’ils « mixent » avec d’autres pédagogies (Unschooling, Montessori et Reggio, la plupart du temps), d’autres n’appliquent qu’elle, mais quasi systématiquement toujours en l’adaptant à leur famille. Ce que je constate, c’est qu’ils n’ont pas du tout les mêmes scrupules que nous ; en d’autres termes, leur application de la pédagogie Steiner n’est pas rigide.

Et c’est là où je veux en venir ; la pédagogie Steiner n’est pas un dogme. Elle est magnifique, tellement magnifique qu’elle peut véritablement être pétrie dans le creuset de votre vie de famille. La seule chose qui empêche cette alchimie merveilleuse de prendre, c’est de ne pas oser se l’approprier dans son essence et de créer avec 🙂

Alors, j’en reviens à mon histoire de célébrations pendant l’Avent. Si votre coeur ne bât pas à l’unisson de St Nicolas ou de Noël, oui, vous pouvez quand même vivre un beau mois de décembre, profond, spirituel et d’inspiration Waldorf.

Fort heureusement, notre partie du continent était riche de bien des traditions avant que St Nicolas et le Père Fouettard fassent leur apparition.

L es Celtes, bien sûr, nous ont livré un héritage conséquent, mais aussi les Germains et nombre de nos traditions dites de Noël viennent en droite ligne de la culture du Nord de l’Europe. Il est étonnant d’ailleurs de constater encore à quel point ces origines sont souvent minorées, voire occultées. Tout comme pour les Celtes dont ils ne sont pas très éloignés (ce dont témoignent les fouilles archéologiques concernant certaines tribus), ce sont les recherches archéologiques des toutes dernières décennies qui redonnent à ces cultures une place trop  longtemps occultée. Il y a donc tout un fond commun à explorer, à redécouvrir et avec lequel s’enrichir : Wotan est à l’origine de St Nicolas, plusieurs racines païennes nourrissent le mythe de Ste Lucie (la Déesse dans son aspect lumineux notamment), les rois mages peuvent être facilement remplacés par la Befana qui se relie elle-même à la déesse germanique Berchta, et ainsi de suite.

Sans oublier également les significations à nos festivités qui nous viennent de la Rome antique et païenne, car la France a ceci de fantastique, c’est qu’elle a été nourrie par diverses sources qu’on peut très facilement retrouver en grattant un tout petit peu à la surface de son vernis.

Accomplir ce travail est passionnant, profond, totalement nourrissant et… vivant !

Liens intéressants à consulter pour démarrer un Avent païen :

Sur Wotan et St Nicolas

Lucie, avatar de la déesse lumière, partie 1

Lucie, avatar de la déesse lumière, partie 2

En anglais sur le Wikipédia

Sans oublier le fameux site Racines et Traditions qui est un des incontournables de la recherche en la matière. Plusieurs articles sont susceptibles de vous éclairer et de vous apporter des pistes ; consulter la table des matières du site.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

77b28d869d22dc92bfe63f8457d145ceRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRR

Pin It on Pinterest

Shares