Pédagogie Waldorf-Steiner et neurosciences

Pédagogie Waldorf-Steiner et neurosciences convergent-il en une perspective prometteuse ? Depuis quelques années, les neurosciences sont vulgarisés auprès du grand public et nous pouvons dès lors bénéficier de leur précieux apport éclairant dans bien des domaines, en premier lieu, tout ce qui touche au bien-être des enfants. Cet article que j’ai traduit de l’anglais vous propose le point de vue du Dr Melrose, psychologue et mère d’un enfant instruit en école Waldorf, ces écoles nées de la pédagogie élaborée par Rudolf Steiner. Le Dr Melrose a un site (en anglais) que vous pouvez consulter.

L’article est à l’origine paru sur le site The Magic Onions, un site très actif dans le domaine de cette pédagogie, sous le titre : « Waldorf from a Neuroscientific perspective ».

Traduction de l'article de Magic Oignon : "Pédagogie Waldorf-Steiner et neurosciences"

"Waldorf à travers les neurosciences"

L’an dernier, j’ai participé à une conférence donnée par le Dr Reggie Melrose. Le thème de la conférence était le développement du cerveau et, plus précisément, comment les neurosciences soutiennent les théories Waldorf. Le Dr Melrose était tout à fait fascinante et sa perspicacité concernant le cerveau en développement était vraiment instructive. Je ne pouvais pas croire notre chance quand elle a accepté de partager son expertise avec nous dans le cadre de « Discovering Waldorf »1. Alors, ne manquez pas celui-ci … prenez une tasse de café et profitez de cette stimulation cérébrale!

Voici une petite information de fond pour vous …

Le Dr. Regalena « Reggie » Melrose est un docteur en psychologie de l’enfant et psychologue scolaire avec près de 20 ans d’ expérience, travaillant auprès des enfants et des adolescents dans les écoles, les milieux cliniques, et dans sa pratique privée. Elle est l’auteur de plusieurs ouvrages dont “You Can Heal Your Child: A Guide for Parents of Misdiagnosed, Stressed, Traumatized, and Otherwise Misunderstood Children », et le révolutionnaire, “Why Students Underachieve: What Educators and Parents Can Do about It. » Le Dr Melrose est une conférencière internationale en matière d’effets du stress et des traumatismes sur le cerveau, l’apprentissage et le comportement ; elle maintient une pratique privée visant à guérir les effets du stress et des traumatismes chez les enfants, les adolescents et les adultes, à long Beach, CA.

Bienvenue, Reggie!

* * *

Pourquoi Waldorf fonctionne ? L’éclairage neuroscientifique

Par le Dr Regalena « Reggie » Melrose

Pourquoi la pédagogie Waldorf « marche » à plus à voir avec la façon dont le cerveau se développe et fonctionne de manière optimale, ce que Rudolf Steiner n’aurait jamais pu savoir en son temps. Bien sûr, l’éducateur et fondateur de l’éducation Waldorf a théorisé de manière convaincante la façon dont les enfants apprennent le mieux, mais jusqu’à ce que l’IRM et d’autres mesures sophistiquées du cerveau soient développées, nous n’avions aucun moyen de prouver ou de réfuter les théories de Steiner, avec le genre de précision et d’exactitude dont nous sommes maintenant capables. Un ensemble de preuves de ces 20 dernières années d’enquête neuro-scientifique soutient les théories de Steiner, y compris certains sur les points les plus fondamentaux de l’éducation Waldorf.

Trois de ces points me passionnent le plus, à la fois en tant que parent d’un élève en école Waldorf mais aussi en tant que conférencière internationale sur le thème de l’apprentissage, du comportement et du cerveau : le holisme2, le jeu et la nature. L’emphase mise sur les trois converge avec la façon dont le cerveau apprend le mieux : quand le cerveau tout entier est engagé à un moment donné, lorsque ses connexions neuronales fondamentales ont eu amplement le temps de se développer, et quand il est mis en situation d’être dans un état optimal.

Savoir comment le cerveau se développe est essentiel pour comprendre pourquoi ces trois foyers sont si importants pour le succès de tout programme éducatif. Apprenons d’abord quelques principes de base du cerveau. Tout d’abord, il est « triunique »3, c’est-à-dire qu’il comporte trois parties. Plus important encore, toutes les trois parties ne sont pas complètement développées à la naissance comme nous l’avions cru auparavant. En fait, très peu du cerveau d’un nouveau-né est disponible. Quand le cerveau des nouveau-nés est observé avec une IRM, la seule partie de ce cerveau qui est illuminée ou active est la partie la plus primitive – le tronc cérébral, le cerveau sensitif, ou « cerveau reptilien », comme il est aussi appelé. (Les petites régions sous-développées des cortex auditif et visuel sont les seules exceptions.) Cette partie primitive du cerveau est responsable de notre expérience de l’excitation et du stress. Il fonctionne à haute vitesse et négocie notre lutte ou notre fuite en cas de besoin. Je tiens à l’appeler le « cerveau sensoriel », car il ne parle que la langue des sensations, la seule langue qui permet systématiquement notre survie. Lorsque nous rencontrons un ours dans les bois, par exemple, nos paroles ne nous sauveront pas, mais nos sens accrus le feront.

Les deuxième et troisième parties de notre cerveau – le limbique, respectivement le cerveau qui ressent et le néocortex ou cerveau pensant, – ne commencent à se développer qu’après la naissance. C’est un nouveau savoir critique qui fournit une réponse convaincante à la question ancienne, très débattue, de la nature contre la culture. Nous savons maintenant que parce que nous avons seulement l’utilisation d’une très petite partie de notre cerveau à la naissance, le cerveau est littéralement sculpté par les expériences que nous avons en interaction avec les autres dans notre environnement. Il faut attendre les 3 à 4 mois du nourrisson, lorsque le cerveau limbique a été activé par les expériences que les nouveau-nés sont capables d’exprimer, au-delà des états de détresse ou de contentement, comme il le fait avec seulement le cerveau sensoriel. A cet âge à peu près, les bébés peuvent partager un large éventail d’émotions, nous donnant ainsi un bébé plus social.

La troisième partie du cerveau, le néocortex, le cerveau pensant, commence à se développer après le limbique, le cerveau qui ressent les émotions. Les indications de cette maturité comprennent le babillage entre 6 et 9 mois, un premier mot autour de l’âge de 1 an, et 2 à 3 mots reliés ensemble vers l’âge de 2. Alors que les sensations sont le langage du cerveau sensoriel et les sentiments sont le langage du cerveau limbique, le néocortex parle le langage des mots et sert d’intermédiaire à tout ce que la plupart des éducateurs estiment. Par exemple, le néocortex traite le contrôle des impulsions, la capacité de planifier à l’avance, d’organiser et de comprendre que le choix que nous faisons aujourd’hui peut continuer à avoir des conséquences plus tard. L’empathie pour un autre est traitée par le néocortex, comme le sont nos capacités à utiliser le rationnement, la raison et la logique. Nous pensons et analysons avec notre néocortex, et bien sûr, nous comprenons et avons l’utilisation du langage verbal à la fois réceptif et expressif. Si vous avez entendu parler de fonctionnement « cerveau droit » ou « cerveau gauche », il fera sens pour vous maintenant que c’est le néocortex qui contrôle les fonctions de l’hémisphère gauche, tandis que les parties du cerveau qui traitent des ressentis et des sentiments contrôlent les fonctions de l’hémisphère droit. Le cerveau fonctionne de manière optimale lorsque toutes ses parties sont également développées, évaluées et engagées. Pourquoi Waldorf fonctionne ? C’est parce qu’il fait justement cela.

L’approche de Steiner de l’éducation était une approche holistique. Il a reconnu que nos sens, les sentiments et les cognitions doivent tous activement participer à chaque étape de notre développement de sorte que les étudiants maintiennent, sur le long terme, une joie et l’amour de l’apprentissage. Les éducateurs Waldorf ne font pas la même erreur faite par un certain nombre d’autres modèles plus traditionnels, classiques et courants de l’éducation. Les éducateurs Waldorf ne surestiment pas le développement du néocortex et le cerveau gauche à l’exclusion du cerveau droit, ce qui se détecte et se sent profondément. Il ne se concentre pas, à un âge trop jeune, avant que le cerveau soit prêt, sur les efforts purement académiques qui tentent avec rigueur d’engager une partie du cerveau auquel l’enfant a peu accès, le néocortex qui est encore sous-développé. (Le néocortex n’est pas complètement développé jusqu’à ce que nous soyons dans le milieu à la fin de la vingtaine !) Au lieu de cela, ce que les éducateurs Waldorf réussissent avec succès, c’est d’impliquer et de nourrir les parties du cerveau relatives aux sens et aux sentiments, ceux facilement accessibles par les jeunes enfants, de sorte que les connexions neuronales fondamentales et essentielles, nécessaires à l’apprentissage scolaire ultérieur, soient solidement établies.

Permettez-moi de développer: Vous savez maintenant que le cerveau se développe de manière hiérarchique du plus au moins primitif, du plus animal au plus humain uniquement. Ce que cela signifie est que le développement sain du néocortex plus sophistiqué dépend du développement sain du cerveau qui traite les sentiments, le cerveau limbique, qui dépend du développement sain du cerveau sensoriel. Le problème avec les modèles éducatifs courants d’aujourd’hui est qu’ils veulent que le cerveau apprenne à marcher avant de pouvoir ramper. Eh bien, soyons précis : La plupart des systèmes scolaires aujourd’hui veulent que les enfants courent avant qu’ils puissent ramper. Nous rencontrons de fiers parents qui disent : «Mon enfant se promenait à 9 mois ! Il n’a même pas besoin de ramper, il est juste debout et s’en va ! N’est-ce pas fantastique ? » Et ce que je veux dire est : « Non, non ! Ce n’est pas fantastique ! Poussez-le au sol ! Faites-le ramper ! » Cela semble être une réaction exagérée, mais elle est fondée sur une bonne connaissance que chaque étape du développement est essentielle à l’autre, posant la base d’une fondation neuronale pour soutenir ce qui est à venir. Nos enfants ont besoin de suffisamment de temps et de pratique pour « mariner dans leur maîtrise » d’une compétence ou d’une autre, à chaque stade de leur développement. Cela ne se produit pas dans assez d’écoles à travers le pays aujourd’hui, mais c’est ce qui se passe dans les écoles Waldorf.

Prenons le cas du jeu. Dès le début de la carrière scolaire d’un enfant dans une école Waldorf, il ou elle est amené à jouer de façon diverses et variées tout au long de la journée scolaire. Steiner savait que le jeu est le fondement précieux de toute croissance d’un humain en bonne santé, y compris dans ses progrès scolaires. Et soyons clairs à propos des jeux dont il s’agit. Il s’agit de ce que le Dr David Elkind appelle « la forme la plus pure de jeu : les jeux non structurés, spontanés, auto-motivés, imaginatifs, du type jeux libres, où les enfants initient leurs propres jeux et même inventent leurs propres règles. » Ce genre de jeu, nous met-il en garde, est en train de disparaître de nos maisons, des écoles et des quartiers, à un rythme alarmant avec un grand coût pour la santé, le bien-être et la réussite de nos enfants.

De nombreuses études ont montré que le jeu à chaque étape du développement améliore le QI, le fonctionnement social et émotionnel, l’apprentissage et le rendement scolaire. Les résultats de plusieurs études menées sur une période de 4 ans ont montré que les dépenses d’un tiers de la journée scolaire en éducation physique, en art et en musique amélioraient non seulement la condition physique, mais les attitudes envers l’apprentissage et les résultats des tests, selon le Dr Elkind. En outre, lorsque la performance des enfants qui ont fréquenté les écoles maternelles courantes a été comparée à la performance des enfants qui ont été dans des écoles maternelles orientées sur le jeu, les résultats n’ont montré aucun avantage en lecture et en mathématiques pour les « enfants académiques », mais ont bien montré qu’ils avaient des niveaux plus élevés d’anxiété de test, étaient moins créatifs, et avaient une attitude plus négative envers l’école que les enfants qui jouaient librement.

Ceci est précisément le point qui nous manque dans la culture d’aujourd’hui axée sur la réalisation. Nous avons investi dans un mythe éducatif selon lequel « plus égal à plus ». Une formule consistant en plus de temps consacré à des apprentissages académiques, en commençant plus tôt dans le développement, avec plus de devoirs, n’augmente pas la production de nos enfants. Il l’a diminue ! Des coupes dans le temps pour les arts, l’activité physique et le temps dans la nature, pour que nos enfants puissent passer plus de temps à lire, à écrire et faire de l’arithmétique, n’est pas la réponse. Il est la cause. Nos enfants s’éteignent et décrochent à des taux catastrophiques non seulement parce que « plus ne correspond pas à plus », mais aussi parce qu’il est égal à l’arrêt définitif.

Le cerveau fonctionne de son mieux lorsqu’il est dans un état optimal d’éveil. Nos enfants ne peuvent pas assister, écouter, traiter l’information, conserver, ou bien accomplir lorsqu’ils sont dans un état soit, sous, soit sur-excité. L’accablement est ce qui provoque ces états. Lorsque, avant que le cerveau, soit prêt les enfants sont exposés et doivent participer à des apprentissages académiques, des médias, de la technologie, et des jeu organisés, tels que les sports d’équipe, le stress précoce et souvent prolongé qu’ils éprouvent peut éventuellement arrêter le système. Les enseignants partout aux États-Unis et au Canada me disent qu’ils « le » voient au début de la troisième année4. Chez beaucoup trop de leurs élèves, ils constatent que « la lumière s’est éteinte ». La joie, la curiosité, et l’émerveillement qui sont essentiels dans le processus d’apprentissage sont déjà émoussée par trop d’une chose et pas assez d’une autre. Alors que le système d’enseignement général d’aujourd’hui se concentre presque exclusivement sur les apprentissages académiques, une fonction faisant surtout intervenir le cerveau gauche, les éducateurs Waldorf se concentrent davantage sur l’ensemble du cerveau, en insistant sur l’hémisphère droit à chaque stade de développement. Steiner ne pouvait qu’avoir observé et donc émis l’hypothèse que ce qui maintient nos enfants dans la zone optimale d’éveil où tout l’apprentissage et le comportement adaptatif sont possibles. Avec les connaissances scientifiques actuelles, nous savons maintenant qu’il avait raison. Puiser dans les dons sensoriels de l’hémisphère droit fournit le « flux » nécessaire pour le marathon de la réussite, pas seulement le sprint.

Maintenant que nous avons appris l’importance du l’holisme et du jeu dans le processus d’apprentissage, considérons le rôle inestimable de la nature. Un donné5 dans l’éducation est l’engagement du cerveau gauche. L’apprentissage implique presque toujours un processus verbal, analytique. Ce qui n’est pas un donné, c’est la stimulation et l’expression du cerveau droit. Les fonctions de l’hémisphère droit du cerveau ont en quelque sorte été jugées moins importantes pour la réalisation et la réussite de nos enfants, du moins le « succès » tel qu’il est définit par la plupart aux États-Unis. Nos corps sont pris en charge pour déplacer moins, nos esprits pour faire davantage la course. Des coupes ont été faites non seulement dans les pauses et dans l’éducation physique, mais aussi dans les initiatives créatives comme le théâtre, la musique et les beaux-arts, qui tous apportent une contribution importante au fonctionnement optimal du cerveau, la réalisation et la réussite, peu importe comment vous les définissez. Qu’est-ce que la nature a à voir avec cela ? Un tas de choses, selon la neuroscience : rien ne stimule et résonne avec le cerveau droit plus puissamment, et donc, rien ne nous maintient dans la zone optimale d’éveil, mieux que la nature.

Rappelez-vous, la zone optimale d’éveil, lorsque l’anxiété n’est ni trop haute ni trop basse, est le seul état physiologique dans lequel l’ensemble de l’apprentissage et du comportement adaptatif est possible. La nature favorise admirablement cet état. Selon des années de recherche récemment compilées par le Dr Eeva Karjalainen, les cadres verts, naturels, réduisent le stress, améliorent l’humeur, réduisent la colère et l’agressivité, augmentent le bonheur en général, et même renforcent notre système immunitaire. La nature est un antidote essentiel à l’augmentation du stress, l’accablement, l’épuisement et l’abandon dont nous sommes témoins dans le système éducatif aujourd’hui. Le manque d’exposition à la nature provoque un tel état préjudiciable au cerveau, et est si répandue aujourd’hui, que nous avons un nom pour cela : Le syndrome du déficit de nature. Le Dr Karjalainen rapporte qu’ « après des situations stressantes ou de concentration exigeante », nous ne récupérons jamais aussi bien en milieu urbain que nous le faisons dans les cadres naturels. Lorsque nous faisons l’expérience de la nature, notre pression sanguine, le rythme cardiaque, la tension musculaire, et le niveau des hormones du stress, tous diminuent plus rapide que lorsque nous sommes en milieu urbain. Chez les enfants en particulier, nous savons que les symptômes du TDAH sont réduits quand on leur donne la possibilité de jouer dans un cadre de verdure.

En tant que mère moi-même, je ne peux pas imaginer un parent sur la terre qui ne veut pas tous ces avantages et plus pour leurs enfants. Je ne peux imaginer qu’une fois que les parents et les éducateurs connaissent les résultats des recherches indiquant le chemin vers un fonctionnement optimal du cerveau, que chacun de nous serait à jamais d’accord avec le type de système éducatif que nous avons maintenant. L’alternative Waldorf existe, et j’en suis reconnaissante. Je prie instamment tous les parents d’en apprendre davantage à ce sujet et de l’envisager fortement pour leurs enfants. Je suis également consciente, cependant, que tous les parents n’ont pas accès à une école Waldorf pour des raisons financières, géographiques ou autres. Pour ces parents et nous tous vraiment, j’ai une demande supplémentaire, que nous votions, fassions des pétitions, écrivions des lettres, faisions des appels, et nous battions jusqu’à ce que nous puissions assurer qu’une réforme du système éducatif actuel soit fondée sur les découvertes neuro-scientifiques inestimables des 20 dernières années. Nous devons exiger des changements qui soient soutenus par des données scientifiques solides, fondés sur la façon dont nous savons que le cerveau fonctionne le mieux, pas seulement à court terme, mais pour toutes les années à venir.

Pédagogie Waldorf-Steiner et neurosciences  : Traduction par Monique Tedeschi – Tous droits réservés

1NDT : Série d’articles sur le site Magic Onions

2NDT : « Le Holisme (du grec ancien ὅλος / hólos signifiant « entier ») est un néologisme forgé en 1926 par l’homme d’État sud-africain Jan Christiaan Smuts pour son ouvrage Holism and Evolution1. Selon son auteur, le holisme est : « la tendance dans la nature à constituer des ensembles qui sont supérieurs à la somme de leurs parties, au travers de l’évolution créatrice. » https://fr.wikipedia.org/wiki/Holisme

4NDT : Correspond souvent à notre CE2.

5NDT : désigne « ce qui est immédiatement présent à l’esprit avant que celui-ci n’y applique ses procédés d’élaboration. » https://fr.wikipedia.org/wiki/Donn%C3%A9

Enfant bulles - Pédagogie Waldorf-Steiner et neurosciences

"Pédagogie Waldorf-Steiner et neurosciences" : Ma conclusion

J’ajouterais aux derniers mots du Dr Melrose que l’instruction en famille est un très bon moyen alternatif lorsque nous n’avons pas d’écoles Steiner près de chez soi, ou, même si nous en avons une dans notre environnement proche, parce que c’est un choix de vie conscient et délibéré. Qui plus est, il est tout à fait possible d’instruire ses enfants sur la base de cette pédagogie.

Pédagogie Waldorf-Steiner et neurosciences me semblent bien s’harmoniser en ce qui confirme ma propre expérience. J’instruis mes filles jumelles depuis l’année de leur 4 ans avec la pédagogie Waldorf-Steiner. C’est cette expérience qui m’a conduit à élaborer un programme d’activités inspirées de cette pédagogie, destiné aux 3/6 ans. Intitulé « Au rythme de la  terre » il est en vente sur ce site.

Enfant au ballons - Pédagogie Waldorf-Steiner et neurosciences
cd5546bea9acc38df7131e35bb1111b7((((((((((((((((((((

Pin It on Pinterest

Shares