Je lisais ce matin un article très intéressant sur la théorie des intelligences multiples : La théorie des intelligences multiples : le futur de la pédagogie ? Le titre étant très explicite sur la nature de son contenu, je ne reviendrais pas sur ce point ; l’article est en lui-même une bonne synthèse de l’émergence de la notion d’intelligence multiple et de son apport en matière de pédagogie. Ce qui m’a frappé, en fait, c’est à quel point Intelligence multiple et pédagogie Waldorf-Steiner sont compatibles, la pédagogie Waldorf Steiner sollicite les différents types d’intelligences, l’intelligence multiple.

Selon Howard Gardner, il y a huit types d’intelligences qui interagissent les unes avec les autres ; j’ai agrémenté la liste de celles-ci par quelques brefs commentaires pour montrer comment la pédagogie Steiner met en valeur toutes les formes d’intelligences :

L’intelligence verbo-linguistique qui se traduit par la capacité d’utiliser les mots, de constituer un texte, de créer avec les mots. Cette intelligence est hautement sollicitée dans les apprentissages formels aujourd’hui.
Dans la pédagogie Steiner, elle est cultivée très tôt, de manière non invasive pour l’enfant, par le biais des jeux de doigts, comptines et chansons pratiqués tous les jours avec celui-ci. Plus tard, lorsque l’enfant est en âge de commencer les apprentissages académiques, l’entrée dans le monde de l’écriture et de la lecture est déjà préparée par cette grande richesse de vocabulaire ; elle s’en trouve renforcée par l’apprentissage des lettres, et soutenu et enrichi par l’important travail réalisé sur les contes et les histoires. Les diverses activités d’épellation, de jeux de lettre faisant appel au coeur, au corps et à l’esprit, continuent de nourrir ce processus.

L’intelligence logico-mathématique ; elle aussi très valorisée et sollicitée dans les apprentissages traditionnels, elle consiste en la capacité à raisonner logiquement, à être habile avec les chiffres, à résoudre des problèmes.
Dans la pédagogie Waldorf, cette intelligence est favorisée de la même manière que l’intelligence verbo-linguistique, ni plus ni moins que cette dernière ou que les autres formes d’intelligence. Bien au contraire, on veillera à ce qu’il y ait un bon équilibre entre toutes les dimensions de l’intelligence afin que l’enfant grandisse harmonieusement et pour son plus grand épanouissement.

Les apprentissages feront intervenir l’acquisition des grands processus mathématiques, la résolution de problèmes par le développement d’un raisonnement mathématique. Mais, bien plus encore, l’intelligence logico-mathématique sera favorisée par les jeux rythmiques (par exemple, apprendre les tables d’addition ou de multiplication en sautant à la corde ou en lançant des sacs de haricot), mais aussi par les contes mathématiques qui sont très prisés dans cette pédagogie.

Épingles de pardon

L’intelligence visuo-spatiale qui permet de se mouvoir et de créer dans l’espace, dans le volume et que l’on favorise traditionnellement par des jeux de construction.

Bien sûr, on trouve la présence de tels jeux auprès des enfants éduqués dans l’esprit Waldorf-Steiner ; ils seront souvent faits de bois, parfois de simples rondins dégauchis par un parent soucieux d’apporter un jouet le plus naturel qui soit à son enfant.
Les longues heures passées à jouer dehors, dans des éléments naturels, favorisent la capacité des enfants à développer l’intelligence visuo-spatiale.

Enfin, lorsque l’enfant commence ses apprentissages formels, il commence aussi le dessin de formes qu’il accomplira plusieurs années durant, y compris sous ses formes les plus géométriques lorsque l’âge de l’enfant sera adéquat. Le dessin de forme fait d’abord l’objet de formes simples (soutenant ainsi le graphisme), puis avec des formes de plus en plus difficiles, jusqu’à des formes géométriques complexes. Le dessin de forme est donc une pratique régulière qui permet donc à l’enfant de développer cette intelligence visuo-spatiale.

L’intelligence intra-personnelle qui fait appel à la connaissance de soi ; l’auteur de l’article précise qu’elle permet de cerner ses forces et ses faiblesses, mais cela va bien au-delà à mon avis lorsqu’on appuie cette intelligence sur la foi dans la vie, une notion qui est, sans le dire expressément, au coeur de la pédagogie Steiner.

Avec une pédagogie aussi respectueuse de l’enfant que la pédagogie Steiner, qui connecte l’enfant à ses talents, à sa créativité, on permet à l’enfant d’apprendre à savoir qui il est. Mais, bien plus, les matières étudiées à certains moments du développement de l’enfant lui apportent des réponses, des modèles, des grands archétypes sur lesquels il peut s’appuyer pour traverser les moments difficiles de sa croissance. Et comme je le soulignais juste au-dessus, la profonde révérence en la vie qui est cultivée par cette pédagogie amène l’enfant à conforter une sécurité de base qui lui sera utile toute sa vie.

L’intelligence interpersonnelle consistant dans le fait d’aimer être en contact avec les autres, de décrypter les émotions et les humeurs (l’Asperger que je suis sait combien le développement de ce type d’intelligence est utile!)
Dans la pédagogie Steiner, les compétences sociales sont un but central. Cette pédagogie a un fondement profondément humaniste ; les talents et compétences développés par l’enfant au fur et à mesure de son instruction ont pour but de contribuer au bien-être de la société.
A une époque où la technologie prend tellement de place dans notre société, la possibilité de communiquer clairement et d’être en empathie avec les autres est importante.
Pour la pédagogie Steiner, nous grandissons en tant qu’être humain à travers et avec l’humanité des autres.

Cercle celtique

La connaissance musico-rythmique qui permet de sentir le rythme, d’intégrer les sons et de pratiquer un instrument.
La musique est omniprésente dans la pédagogie Steiner dès le plus jeune âge des enfants non seulement par le chant, les poésies et les comptines qui sont basées sur des rythmes, mais aussi par les divers jeux rythmiques pratiqués quotidiennement pour venir renforcer les apprentissages en cours, qu’il s’agisse du français ou des mathématiques, ou encore d’autres matières plus tard…
L’enfant pratique rapidement un instrument, au départ généralement la flûte pentatonique dont les tonalités simples sont tout à fait adaptées aux jeunes enfants.
Pour pousser les choses encore plus loin, le rythme est un des fondements de cette pédagogie : rythme du cosmos, rythme de l’année, rythme du mois, rythme de la semaine, rythme de la journée.

L’intelligence kinesthésique qui se développe grâce au sport ou aux activités manuelles.
Dans la pédagogie Steiner, dès son plus jeune âge, l’enfant est invité à créer avec toutes sortes de matériaux naturels et ce durant toute les années de son instruction : feutrage de la laine, filage, cardage, tricot, crochet, tissage, travail du bois, etc.
Les mouvements sont cultivés de manières diverses chaque jour : mouvements rythmiques, yoga, etc…
Les enfants instruits en écoles Waldorf bénéficient en outre de cours réguliers d’eurythmie.

L’intelligence naturaliste qui se traduit par le fait d’être sensible à la nature, à l’environnement, aux animaux. L’ouverture de la pédagogie Steiner au monde naturel est totale ; dès le plus jeune âge, il est recommandé de passer de longues heures dehors, chaque jour et ce, quel que soit le temps.

Dans certains pays, les Jardins d’Enfants Steiner intègrent totalement le jardinage aux activités des petits enfants1 ; par ailleurs, dans le curriculum Steiner, savoir prendre soin de la terre et de la Terre est enseigné aux enfants plus âgés. C’est une dimension qu’on peut de surcroît tout à fait intégrer harmonieusement à une instruction en famille ; chez nous, les enfants aident au potager et au jardin : c’est un moyen de faire passer autrement des leçons qui sans cette application pratique seraient bien trop théoriques et déconnectées de la vie. Le contact avec la nature permettant ainsi une intégration directe des cours de botanique, ou de géologie etc…

Rouge-gorge

Qui plus est, dans la pédagogie Steiner, cette intelligence naturaliste passe par une révérence envers la nature dès le plus jeune âge ; la table des saisons, si chère à nos coeurs, entretient à l’intérieur ce lien avec la nature qui nous entoure, quel que soit le moment où nous en sommes dans le cycle de l’année. Elle permet ainsi à l’enfant d’être toujours relié aux grands cycles du cosmos qui se traduisent dans les évolutions de la nature au fil des saisons.

bbe7387a4757336d0a8c0c670bab840e888888888

Pin It on Pinterest

Shares