Éduquer l'enfant doué

Éduquer l’enfant doué en école Waldorf

L’article « Éduquer les enfants doués dans les écoles Waldorf », est paru dans la revue Research Journal, au printemps 2010. Il témoigne de la volonté de prendre bien mieux en compte les enfants doués, leurs souffrances, leurs difficultés, ainsi que d’apporter une aide précieuse aux parents de ces enfants qui sont bien souvent démunis.

En France, la question de l’enfant doué est fort heureusement de plus en plus abordée. Un réel effort d’information a été mené ces dernières années afin de permettre leur meilleure prise en compte et d’accroître leur épanouissement. Beaucoup de parents choisissent l’instruction en famille pour leur enfant doué ; pour ces enfants, la pédagogie Waldorf-Steiner est un choix éclairé, dont les conséquences sont très positives. 

(Le cheval à l’aquarelle a été réalisé par ma fille Gwendolyne, 11 ans à l’époque)

Éduquer l'enfant doué

Les enfants surdoués posent des énigmes profondes pour leur enseignants, y compris ceux qui travaillent dans les écoles Waldorf. Peut-être est-il temps que nous pensions différemment ou que nous améliorions notre compréhension des besoins de ces enfants. Les enquêtes indiquent qu’en moyenne deux pour cent d’une classe peut consister en des élèves que nous pouvons appeler doués.(1) Il y a plus de 200.000 élèves dans les écoles Waldorf dans le monde entier(2), donc on peut s’attendre à trouver environ 4000 élèves doués dans les écoles Waldorf. Aussi, selon Michaela Glöckler, « puisque les élèves doués sont rarement les « plus faciles », mais ont tendance à être  plus uniques, apparaissant peut-être aussi comme socialement « difficile », notre première tâche doit être de forger un regard lucide sur le phénomène de la douance en lui-même » (3).

Trop intelligent pour l’école ?

Markus est maintenant âgé de dix ans. Les autorités psychologique et pédagogique en Norvège s’en occupent depuis ses sept ans. Un an et demi plus tard, il était clair qu’il ne pouvait pas être diagnostiqué avec le syndrome d’Asperger ou TDAH, ou tout autre des nombreux diagnostics suggérés durant ce cheminement. Les examens extensifs, les enquêtes et les investigations diverses ont fait partie de la vie de Markus depuis des années maintenant. Ses symptômes ? Il est trop intelligent. Il dit à propos de lui-même, « Je ressemble à un enfant, mais à l’intérieur je suis  différent, je pense. » L’école ne semble pas répondre aux besoins de cet enfant. Entre autres choses, il est musicalement précoce. Et, en tant que jeune enfant, il pose des questions tout le temps, au point d’irriter tous ceux autour de lui, des questions pour lesquelles il demande des réponses appropriées, précises. A quatre ans, il a voulu entendre parler de la photosynthèse. Quand ses parents réussissent à répondre à une question, il est prêt avec une nouvelle. Il apprend rapidement et s’ennuie souvent à l’école.

Markus n’a pas d’amis à l’école, aucun étudiant, aucun enseignant – non pas qu’il a des ennemis. Quand il essaie de jouer avec d’autres enfants, il est souvent considéré comme une nuisance. Il ne les comprend pas, et ils ne le comprennent pas. Souvent, il ne comprend pas les règles sociales tacites. Sa vie émotionnelle n’a pas évolué au même rythme que sa vie intellectuelle. Cela conduit à des malentendus et des frustrations. Il se demande : « Pourquoi les gens, y compris mon père et mère, ne pensent pas comme je le fais ? » Pour ses parents, il est pénible de ne pas comprendre leur propre enfant.

Cela a énormément aidé les parents de Markus, cependant, quand ils ont appris à penser de leur fils qu’il est doué. Ses talents en eux-mêmes ne sont pas toutefois si importants pour eux ; ils veulent qu’il puisse profiter de son enfance. Sa mère a créé une association dont le nom norvégien se traduit par « Enfants surdoués heureux », et elle voit maintenant son fils interagissant de manière heureuse et confortable avec d’autres enfants doués.

En Norvège, il n’y a pas d’écoles, de programmes, ou de leçons spécifiquement pour les enfants doués. (4) Quand les parents de Markus ont demandé de l’aide, une autorité suggéra qu’il émigrent en famille à l’étranger. Le Danemark, l’Australie, l’Angleterre, la Suisse, et l’Allemagne ont des classes spéciales pour les enfants doués (5) ; et, aux États-Unis, chaque État est tenu d’instituer un tel programme pour ces étudiants.

Qu’est-ce que la douance ?

Dans le passé, la douance a été fortement associée au concept de génie (7). Cette connexion a commencé au tournant du 20e siècle, lorsque les psychologues ont développé des tests conçus pour mesurer l’intelligence. (8) Les gens qui se situaient sur le bas d’une échelle de mesure ont été étiquetés « retardés » et ceux qui se tenaient en haut de l’échelle ont été considérés comme des « génies ». L’utilisation des tests d’intelligence comme seule évaluation de la douance a été sérieusement critiquée ces dernières années, principalement parce que de tels tests sont souvent confondus avec l’origine ethnique, le langage, la scolarité, et l’acculturation. Depuis, les chercheurs et les éducateurs en sont venus à envisager la douance comme quelque chose de plus vaste que les talents intellectuels ; elle comprend également la créativité, la mémoire, la dextérité physique ou manuelle, les compétences sociales, et la sensibilité artistique. (9)

Plus récemment, le Rapport Marland a offert une définition de la douance qui a été, et continue d’être, la plus largement utilisée par les autorités. (10) Le rapport définit comme « doués et talentueux » ces enfants, identifiés par des personnes professionnellement qualifiées, qui, en vertu d’habiletés exceptionnelles, sont capables de hautes performances dans un domaine particulier. Ce sont des enfants qui ont besoin de programme ou de services éducatifs au-delà de ceux prévues par les programmes scolaires réguliers afin de réaliser leurs potentielles contributions à leur propre développement et à la société. Selon le rapport Marland, les enfants capables de hautes performances incluent ceux qui démontrent des capacités manifestées ou potentielles dans plusieurs des domaines suivants, exclusivement ou en combinaison :

• Capacités intellectuelles générales

• Aptitude académique spécifique

• Pensée créative ou productive

• Capacités de leadership

• Arts visuels et arts du spectacle

• Capacités psychomotrices

Selon McClellan, une explication de la douance est la base, la préparation, sur laquelle un programme d’éducation pour ces enfants est construit. Les capacités spécifiques incluses dans une définition de la douance déterminent les critères utilisés pour sélectionner les enfants d’un programme et les services fournis à ceux-ci. Les capacités incluses dans une définition sont, par conséquent, importants pour ceux qui déterminent quels enfants sont identifiés comme doués et quels types de services éducatifs ils reçoivent. (11)

Éduquer l'enfant doué

Enfants intelligents ou bien informés

Enfants doués

Connaissent les réponses

Sont intéressés

Ont de bonnes idées

Travaillent dur

Répondent aux questions

Sont parmi les meilleurs en classe

Écoutent avec intérêt

Apprennent facilement

Ont de bons amis

Sont perceptifs

Orientés techniquement

Copient avec exactitude et précision

Se réjouissent de la pensée logique

Prennent plaisir à l’école

Comprennent les idées

Posent des questions

Extrêmement curieux

Ont des idées sauvages

Font beaucoup d’autres choses et gère bien

Discutent en détail et sont circonstanciés

Sont en avance sur la classe

Démontrent des attitudes et vues fortes

Savent déjà

Préfèrent la société des adultes

Sont intenses

Sont inventifs

Créent des histoires

Prennent plaisir aux pensées multiples et complexes

Se réjouissent de l’apprentissage

Pensent abstraitement

 

Être excellent à l’école ou être doué

L’Association danoise pour les enfants surdoués a crée le tableau ci-dessus pour distinguer les intelligents ou bien informés des enfants vraiment doués.

Doués ou TDAH ?

Autres perspectives sur la douance

Les enfants et les adultes doués risquent d’être étiquetés TDAH. Certains peuvent être à la fois doués et souffrir de TDAH, mais beaucoup ne le sont pas, et il n’est pas actuellement possible de déterminer si oui ou non ces conditions sont liées. Ces élèves peuvent présenter également les comportements suivants:

• Colère et frustration

• Haute énergie, intensité, remuants, impulsivité

• Individualiste, non conforme, attitudes têtues

• Sautes émotionnelles, humeur changeante

• Retard scolaire

• Désorganisation, négligence, mauvaise écriture

• Oubli, étourderie, rêverie

• Faible intérêt pour le détail

Ces comportements ou caractéristiques peuvent nous aveugler sur la douance d’un étudiant. En conséquence, un grand nombre d’enfants doués peuvent être médicamentés pour des conditions dont ils ne souffrent pas réellement ; ils peuvent être médicamentés pour rendre plus facile la vie de leurs parents et des enseignants. D’autre part, certains prétendent que les médicaments permettent aux enfants et aux adultes doués de gérer l’ennui ou pour permettre aux enfants doués de profiter dans des environnements dans lesquels ils ont à agir ou qu’ils pourraient trouver autrement trop difficiles.

Il est prouvé que près de la moitié de tous les enfants avec des scores de QI supérieurs à 130 reçoivent des notes au-dessous de la moyenne ; et, dans une étude, 13% des lycéens en abandon scolaire pourraient être dépistés surdoués. Dans une autre étude, 25% des enfants diagnostiqués avec le TDAH étaient si hautement testés en matière de créativité qu’ils étaient qualifiés pour les bourses d’État.

L’intelligence non conventionnelle peut encore plus compliquer les faits. Un étudiant peut ne pas être en mesure de saisir les opérations mathématiques simples, par exemple, mais être en mesure de jouer exceptionnellement bien du piano. Peu de personnes sont douées dans de nombreux domaines.

Également, l’identification d’un enfant doué est pas sans chausse-trappes. Certains de ces enfants sentent qu’ils sont jugés uniquement sur leur intelligence, et non pas sur leur effort. L’échec signifie alors qu’ils ne sont pas aussi intelligents que tout le monde le croit. Il est important, alors, que les enseignants et les parents louent les enfants pour leur travail et leurs efforts réels, pas pour des qualités relativement innées comme l’intelligence.

Enfants doués et scolarité

En règle générale, les écoles empruntent une approche parmi deux observées pour s’occuper des enfants doués. Certains sont inclus dans une classe « normale » et reçoivent une instruction individualisée, enrichie par rapport au niveau de la classe ; d’autres sont séparés et participent à des classes d’enfants doués.

Une autre stratégie pour faire face à la douance est de sauter les niveaux scolaires, mais souvent, les écoles s’y opposent en raison de préoccupations liées à la maturité socio-affective. Une autre possibilité est de permettre aux étudiants doués d’assister à des grades supérieurs pour certains sujets. Plusieurs écoles aux États-Unis ont des « programmes enrichis » pour les élèves doués. De tels programmes  prennent généralement la forme d’une amélioration plutôt que d’une accélération. Les leçons impliquent souvent plus de travail, et les enfants peuvent se sentir punis d’être intelligents.

Beaucoup de parents choisissent l’éducation alternative pour leurs enfants doués, et l’enseignement à domicile est actuellement un choix populaire. Les parents enseignant à domicile essaient de répondre aux besoins sociaux de leurs enfants dans des activités telles que le sport, les clubs et les camps.

Éduquer l'enfant doué

Les enfants doués dans les écoles Waldorf

Des preuves anecdotiques suggèrent que certains élèves quittent les écoles Waldorf parce qu’ils ne se sentent pas suffisamment mis au défi. L’éducation Waldorf, cependant, se fonde sur deux principes. L’un d’entre eux est d’éduquer en rapport des lois générales du développement humain, et l’autre, tout autant d’égale importance, est d’éduquer en fonction des besoins individuels de chaque enfant. Comme Christoph Lindenberg l’écrit, « L’école Waldorf n’est pas un endroit où l’on empêcher ou entraver le développement de l’intelligence ». Rudolf Steiner lui-même assista ou enseigna à quelques classes dans la première école Waldorf ; deux des étudiants présents dans sa classe étaient extrêmement talentueux en musique. Il parla de la faculté de modifier les emplois du temps de ces étudiants de sorte qu’ils aient plus de temps dans leurs horaires de musique.

Steiner décrivit de manière générale comment les enseignants pouvaient s’occuper des élèves doués:

Tout d’abord, vous devez soigneusement vérifier si l’affirmation de soi des élèves qui sont plus doués, et donc plus capables, est justifiable ou non. Il ne faut pas permettre à leurs grands talents de se développer dans une sorte d’égoïsme ambitieux, mais vous devez les aider à utiliser leurs dons au service des autres enfants. « John est un bon garçon. Regardez ce qu’il peut faire. De telles personnes sont une grande aide pour les autres, et je suis heureux avec vous de tout ce que vous avez appris de John. » Donc, vous commencez en louant un enfant et finissez par tous les louer ! Vous trouverez presque toujours que vous pouvez traiter avec eux bien mieux en combinant deux méthodes. Tout d’abord, vous devez parler avec eux, non pas en face de la classe, mais en privé, de sorte qu’ils se rendent compte que vous voyez en eux. L’autre chose est ceci : Vous devez donner à de tels enfants des tâches qui sont au-delà de ses pouvoirs, et essayer de lui rendre clair qu’il a à résoudre ces problèmes qui sont trop difficiles pour lui.

Ernst Lehrs, l’un des professeurs fondateurs de la première école Waldorf, décrivit le cas suivant. Enfant de douze ans, Alexis von Vivenot lisait Kant et Hegel, et, avec la nouvelle compréhension qu’il avait gagnée, il se mit à critiquer l’Église Catholique. Il fut, par conséquent, interdit de lire une telle littérature. Sa mère et lui furent présents, plus tard, quand Steiner visita une de leurs connaissances. Steiner parla au garçon de l’École Waldorf à Stuttgart, et, quelques mois, plus tard, Alexis rejoignit la neuvième classe. Il était politiquement intéressé et engagé, et il demanda à Lehrs de l’aider à exprimer sous formes d’écrits ce qui était important pour lui. Lehrs porta cette question à l’attention de Steiner lors de l’une de ses conférences avec les enseignants de l’École Waldorf. Steiner demanda d’abord si les adultes impliqués avaient observer comment l’élève marchait ; il ne marchait pas en ligne droite. D’autres observations inclurent que ses cheveux tombaient sur son front ; quand il lisait, il respirait irrégulièrement ; et son écriture manuscrite n’était pas claire. Steiner nota que le garçon avait des difficultés dans l’espace tridimensionnel et suggéra qu’il devrait faire de la gymnastique Bothmer, écrire chaque jour cinq lignes très belles, et recevoir d’autre assistance. Cela aida le garçon ; il devint plus concentré et attentif. Par la suite, Steiner décrivit le karma de ce garçon. Parmi plusieurs choses, Steiner fit remarquer que la dernière partie de l’incarnation précédente du garçon avait maintenant rejoint la présente. Plus tard, Alexis étudia à Oxford et devint un important diplomate lors de la Deuxième Guerre Mondiale.

Dans un autre cas, le corps des enseignants de l’école Waldorf voulu renvoyer un garçon doué parce qu’il était trop difficile à gérer. Steiner suggéra des problèmes mathématiques et des exercices de géométrie comme thérapie. Cela aida.

Enfin, à partir de l’autobiographie de Steiner, nous apprenons que lui-même était porteur de nombreuses questions en tant qu’enfant qui n’étaient pas abordées à la maison ou à l’école, ce qui fit de lui un garçon solitaire.

Implications

Beaucoup d’enfants doués s’occupent eux-mêmes tôt avec du contenu qu’ils ne peuvent pas vraiment digérer émotionnellement, souvent par manque d’expérience. Une telle divergence entre intérêts spécifiques et potentiels personnels peuvent conduire à l’isolement. Les attentes et la réalité s’affrontent. Ce défi peut être abordé en travaillant avec l’art parce que chaque travail d’art amène l’imagination et la réalité à se rapprocher. Nous devons garder à l’esprit, également, que « l’enseignement de l’école Waldorf n’est pas un système pédagogique, mais un art – l’art de réveiller ce qui est réellement là dans lêtre humain. »

En outre, selon Steiner, nous avons la tâche en tant que professeurs d’être conscients de notre guidance de l’ego d’un enfant afin qu’il ne pénètre pas trop profondément dans le corps, ni qu’il ne s’incarne insuffisamment. Si l’ego est trop fortement connecté au corps, nous avons tendance à devenir trop orienté vers le monde physique. Vice versa, une association lâche avec notre corps et notre environnement nous rend enclins à devenir des rêveurs qui manquent d’esprit pratique.

Trop ou trop peu, telle est bien en effet le problème en main : appliquer les bonnes mesures de sorte que nous aidions chaque enfant à trouver un équilibre en rencontrant sa destinée. Il est utile, alors, de voir la douance comme un processus en développement, une augmentation des potentialités. Les enfants surdoués peuvent avoir besoin d’une approche curative, en particulier, de sorte qu’ils développent le courage nécessaire de relever le défi de leurs dons.

Les écoles qui envisagent l’éducation des enfants doués peuvent envisager les conditions ou les adaptations suivantes :

• La maturité pour entrer plus tôt à l’école

• La flexibilité de l’engagement dans les classes

• Le saut de classe

• Une participation partielle dans les classes supérieures pour certaines matières – en partageant des périodes de leçon principales.

• Du soutien individuel ou collectif pour les leçons

• Des devoirs spéciaux

• Des problèmes, des tâches et des projets ouverts qui peuvent avoir plusieurs solutions

• Une instruction dans laquelle les élèves doués peuvent aider d’autres élèves d’une classe

En abordant ces sujets, bien sûr, nous ne pouvons pas perdre de vue la santé socio-affective de l’élève. Nous savons que lorsque l’intelligence est soulignée et nourrie trop tôt, il y a un danger que les forces de vie ne soient pas autorisées à achever sainement la croissance physique de l’enfant.

L’intelligence, la créativité, et d’autres formes de dons sont des cadeaux de la destinée qui doivent être respectés, renforcés et aidés à grandir. L’intellectualité, à cet égard, n’est pas un but en soi. Un grand nombre de nos esprits les plus brillants et les plus créatifs peuvent être non reconnus et même faussement pathologisés à cause d’un manque de compréhension. La reconnaissance de la douance comme une caractéristique permanente de soi et en tant que question de croissance et de développement peut nous aider à comprendre et à soutenir totalement l’enfant doué. Nous n’allons pas ignorer ou méconnaître un tel étudiant, ni nous concentrer uniquement sur les dons de cet enfant ou son accomplissement immature.

Cet enfant

Du monde spirituel

Est descendu vers vous

Afin que vous résolviez son énigme,

De jour en jour,

D’heure en heure.

– Rudolf Steiner –

Éduquer l'enfant doué

Notes de fin

1. Glöckler, 2006.

2. e.V., 2008.

3. Glöckler, 2006.

4. Thune, Gutten som så gjerne ville lære, 2008.

5. Ibid.

6. Zettal, 1982.

7. McClellan, 1985.

8. Terman, 1982.

9 Pritchard, 1951.

10. Marland, 1972; McClellan, 1985.

11. McClellan, 1985.

12. Barn, 2007; author’s translation from Danish.

13. Webb, 2004.

14. Gallagher, 1997.

15. Ibid.

16. Webb, 2004.

17. Gallagher, 1997.

18. Ibid.

19. Ibid.

20. Steiner, 1996.

21. Lindenberg, 1981.

22. Steiner, 1919–1924.

23. Steiner, 1967, pp. 72–73.

24. Lehrs, 1979, pp. 333–344.

25. Niederhäuser, 1962.

26. Steiner, 1999, pp. 83-94.

27. Steiner, 1976, p. 23.

28. Steiner, 1982.

NDT : A partir de la note 12, il n’y a plus de numéros de renvois dans le texte original. Il m’a donc été impossible de les insérer dans le texte de la traduction

Références

  • Barn, L. (2007, June). Kjennetegn. Retrieved 2008,

  • e.V, B.d. (2008). Weltliste. Stuttgart: Bund der Freien Waldorfschulen e.V.

  • Gallagher, T. (1997). Born to Explore. Retrieved June 14, 2008, from http://borntoexplore.org/gifted.html

  • Glöckler, M. (2006). Children with Special Gifts. Education—Health for Life Kolisko Conferences (pp. 153-159). Dornach: Medical and Pedagogical Sections at the Goetheanum.

  • Lehrs, E. (1979). Gelebte Erwartung. Stuttgart: J.Ch. Mellinger Verlag GmbH.

  • Lindenberg, C. (1981). Geschichte Lehren. Stuttgart: Verlag Freies Geistesleben.

  • Marland, S. (1972). Education of the Gifted and Talented. Washington: U.S. Government Printing Office.

  • McClellan, E. (1985). “Defining Giftedness.” Digest.

  • Niederhäuser, E.G. (1962). Konferenzen Rudolf Steiners. Stuttgart: Rudolf Steiner-Nachlassverwaltung.

  • Pritchard, M. (1951). The Contribution of Leta Hollingworth to the Study of Gifted Children. New York: D.C. Heath.

  • Steiner, Rudolf (1982). Balance in Teaching. New York: Mercury Press.

  • __________ (1967). Discussions with Teachers. London: Rudolf Steiner Press.

  • __________ (1996). The Foundations of Human Experience. Great Barrington, MA: Anthroposophic Press.

  • __________ (1919–1924). Konferenzen mit den Lehren der Freien Waldorfschule. Dornach: Rudolf Steiner ,Verlag.

  • __________ (1999). Min Livsvei. Oslo: Antropos.

  • __________ (1976). The Younger Generation. Spring Valley, NY: Anthroposophic Press.

  • Terman, L. (1925). Genetic Studies of Genius. Palo Alto, CA: Stanford University Press.

  • Thune, G. (2008). “Gutten som så gjerne ville lære.” A Magasinet, 8 and 12.

  • Webb, E.N. (2004). Misdiagnosis and Dual Diagnosis of Gifted Children and Adults. Scottsdale, AZ: Great Potential Press.

  • Zettal, J. (1982). “The Education of Gifted and Talented Children—from a Federal Perspective” in Special Education in America: Its Legal and Governmental Foundation.

Ellen Fjeld Kottker, MSEd, est chargée de cours au collège universitaire Rudolf Steiner à Oslo, Norvège. Elle a passé 23 années comme enseignant thérapeute dans une école Waldorf et comme enseignant de classe. Elle est impliquée dans des travaux internationaux reliés au mouvement des écoles Waldorfs, au Haguer Circle, et à la section pédagogique du Conseil européen de la Société Anthroposophe.

Balazs Tarnai, Ph.D., est professeur adjoint d’Éducation Spéciale à l’université catholique Seton Hill à Greensburg, en Pennsylvanie. Il donne souvent des conférences sur le rattrapage scolaire aux États-Unis et à l’étranger.Il a été impliqué dans les formations certifiantes de Chirophonetics, Extra Lesson et Remedial Éducation. Il enseigne régulièrement en éducation continue dans les pro grammes parrainés par l’AHE (Association for a Healing Education) et a servi comme membre du Advisory Board. Il a reçu des prix pour ses contributions à la recherche sur l’autisme et l’éducation spéciale.

L’article original en langue anglaise est téléchargeable librement sur le site The Online Waldorf Library.

Vous pouvez télécharger cette traduction au format pdf en cliquant sur l’icône ci-dessous :

Enregistrer

Enregistrer

Éduquer l'enfant doué

Pin It on Pinterest

Shares