Histoire pour Halloween : Le petit lutin

Halloween approche, et comme chaque année, trouver une histoire à raconter aux petits enfants peut s’avérer un défi. Voici une histoire pour Halloween, simple et efficace ! Elle est  se trouve à l’origine sur le site Waldorfhomeschoolers.com, en anglais ; son auteure est « Miss Kathryn ».

Traduction de l’histoire Le petit lutin

Il y avait une fois un petit lutin qui vivait dans les bois, dans un petit vallon rocheux. Il était en fait assez particulier, car il avait pour passe-temps favori de jouer des tours aux paysans et à leurs enfants, ainsi qu’aux habitants du village et leur famille.

Quand la nuit était venue et qu’il faisait sombre à l’extérieur, le petit farfadet regardait son vallon rocheux, et si la lune brillait, et que les étoiles scintillaient, le petit farfadet se glissait à travers les bois. Il se faufilait alors à droite dans l’étable d’un paysan, où les vaches étaient paisiblement à grignoter du foin, et savez-vous ce que ce vilain lutin faisait ? Rapide et calme, il prenait la queue d’une vache, puis la queue d’une autre, et les attachait ensemble avec un noeud. Alors, le lendemain, quand le fermier viendrait pour les conduire au pâturage, il serait bien attrapé !

Ensuite, le lutin coquin se glissait dans le poulailler ; il y prenait tous les beaux œufs bruns sur les nids et les cachait dans un coin sous la paille. Le lendemain matin, les enfants de la ferme ne trouvaient aucun œuf à ramasser !

Alors le petit farfadet allait ensuite tout droit au village, vers les maisons des habitants. S’il y avait quelques jouets d’enfant dans le jardin, il les emmenait et les cachait. Puis il montait sur les porches, tirait les sonnettes, et rapidement, avant que les gens ne puissent voir qui était à la porte, il s’enfuyait et se cachait.

Finalement, les paysans, leurs enfants, et les habitants et leurs enfants, furent très fatigués de subir les tours pendables du farfadet. Un jour, il se réunirent tous pour essayer de décider quoi faire. Ils réfléchirent de toutes leurs forces, et, soudain, quelqu’un dit : « Je sais comment nous pouvons mettre un terme aux tours stupides de ce cochon de lutin ! Maintenant, tout le monde va dans les champs et tente de ramener le plus grand légume que vous pouvez trouver. »

Alors, tout le monde alla dans les champs, et les plus grands légumes qu’ils trouvèrent étaient les grandes, rondes, citrouilles jaunes. Tout le monde en ramena une. Alors l’homme dit : « Maintenant, regardez ce que je fais. » Il coupa le haut de la citrouille pour en faire un chapeau. Puis il ramassa toute la pulpe, et toutes les graines, puis il dit : « Et maintenant, voici la partie importante. » Il prit son couteau et coupa deux yeux et un nez, et une grande bouche souriante. Puis il dit à tous les gens : « Vous devez tous faire des lanternes comme celles-ci, et mettre une bougie à l’intérieur de chacune. Alors ce soir, quand il fera sombre, vous mettrez votre lanterne citrouille à votre fenêtre ou sous votre porche et allumerez la bougie. Nous tromperons ce vilain farfadet ! » Alors les gens ramenèrent leur citrouille à la maison, et quand la nuit fut venue, ils mirent les lanternes à leurs fenêtres ou devant leur porche, et allumèrent les bougies.

Cette nuit-là, le petit lutin scruta son petit vallon rocheux, et, bien sûr, la lune brillait et les étoiles scintillaient, alors il se glissa à travers les bois jusqu’à la première ferme. Il était sur le point de se faufiler dans la stalle des vaches, quand soudain il remarqua un grand visage d’or lui souriant. « Oh ! », cria-t-il, « quelqu’un me regarde ! Je ferais mieux de ne pas aller là-bas ! » Et il s’enfuit rapidement. Jusqu’au poulailler, il couru, et il était sur le point d’y entrer quand il vit le grand visage d’or lui souriant. « Oh ! », hurla-t-il, « Je ferais mieux de ne pas rester ici, quelqu’un me regarde ! », et il se sauva vers le village. Mais comme il était sur le point de monter au porche de la première maison et de s’apprêter à sonner, il s’arrêta subitement. « Oh ! », s’écria-t-il, « Je ferais mieux de ne pas rester ici, quelqu’un me regarde ». Et, effectivement, il y avait un autre grand visage doré lui souriant.

Alors, le farfadet facétieux en question couru aussi vite qu’il le pouvait pour revenir à son petit vallon rocheux, et à partir de ce moment, il surveilla ses manières !

Je vous rappelle que, sur ce site, vous trouverez différents modèles de gnomes à réaliser en laine:

Il y en a donc pour tous les goûts et ces nains faciles à réaliser vous permettront de jouer cette histoire tout en la racontant !

Et pour plus de facilité, je vous invite à télécharger l’histoire traduite au format pdf en cliquant sur l’icône ci-dessous :

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter un joyeux Halloween !

histoire pour Halloween

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

deab24edbffbd140cf2440e090138f3d;

Pin It on Pinterest

Shares