Célébrer la Samain

Samain est mon festival préféré. Il est tout à la fois le début et la fin de l’année. On le prononce « so-win » et le mot signifie « fin de l’été », mais aussi « rassemblement, réunion ».

Dans la nature, les dernières récoltes ont été engrangées. Les champs sont nus ; les feuillages tombent, la sève descend dans la terre… chaque plante se prépare au long hiver qui est à nos portes. De même, les animaux s’apprêtent pour l’hiver ; certains s’envolent pour des climats plus chauds, d’autres vont hiberner. Toute la nature se met au repos.

Tout comme une nouvelle vie commence dans l’obscurité du ventre maternel, la nouvelle année débute dans le giron obscure du ventre de la Terre-Mère.

Dans les temps anciens, cette période était marquée par une baisse d’activité de nos ancêtres qui en profitaient pour passer de longues soirées à conter, à réaliser des créations artisanales, à réparer, à chanter et jouer de la musique, à rêver… Leur part créative, leur part de rêve, en d’autres termes, leur intériorité, pouvaient alors s’exprimer. La saison sombre correspond dès lors au moment où notre monde intérieur, fait de rêve et de désir d’âme, s’expriment.

De nos jours, il est utile de consciemment ralentir notre rythme lorsque Samain et la saison sombres s’annoncent afin de vivre davantage au rythme de la terre notre Mère et de profiter de Sa sagesse. Cela peut-être encore plus profitable aux personnes qui ont du mal à apprécier les saisons automnale et hivernale.

Samain est le moment où nous honorons le passé, nos ancêtres, et tout ce que nous avons accompli durant l’année écoulée. Dans l’esprit celte et dans une optique de religion de la terre, ce n’est pas une fête triste et morbide. La mort fait partie de la vie ; elle est le milieu de la vie. Il y a là aussi une grande leçon de sagesse à apprécier.

Lors de Samain, le voile qui sépare notre monde de l’Autre est des plus fins ; il nous est alors possible de nous relier plus facilement aux mondes invisibles : l’Autre Monde, mais aussi le monde de l’inconscient qui est en nous.

Enfin, Samain étant la fin d’une année, elle est aussi le début d’une autre et porte en germe les fruits de cette nouvelle année. Ce festival est donc aussi le moment où il est possible planter les graines qui donneront lors de la saison lumineuse prochaine.

Voilà en quelques mots comment on peut s’aligner dans le coeur, le corps et l’esprit, avec la respiration, le rythme, de la terre lors de cette grande fête.

Célébrer la Samain

Nous honorons nos ancêtres, les ancêtres du sang,

les ancêtres spirituels, ceux du sol,

connus ou inconnus

Nous honorons tout ce que nous sommes car nous faisons partie d’un grand cycle

Nos prières montent dans l’obscurité

Nous allumons des bougies pour nos bien-aimés

Nous nous souvenons…

Souvenez-vous, souvenez-vous …

Que la bénédiction des ancêtres soient sur vous et les vôtres,

Que la nouvelle année porte ses fruits dans votre vie

Que vos souhaits accordés soit aussi nombreux que les graines dans une grenade

Que le glissement dans l’obscurité vous apporte la lumière

Que les souvenirs de ce qui a été vous garde fort pour ce qui est à venir

Que ce Samhain transforme votre coeur, votre âme et votre esprit en terreau pour l’avenir

Vous pouvez télécharger la prière de Samain en cliquant sur l’icône ci-dessous :

(En tête d’article, peinture de Amanda Clark)

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Pin It on Pinterest

Shares