Vivre sous le ciel

Vivre sous le ciel

Voici la traduction d’un nouvel article intitulé « Vivre sous le ciel »; il est plein de pistes et de ressources pour profiter de la nature autour de nous en y accompagnant les enfants. Il s’inspire largement du mouvement  Forest School, un mouvement qui m’apparaît comme répondant positivement à de nombreuses problématiques auxquelles sont soumis les enfants d’aujourd’hui, problématique leur causant beaucoup de dommages.

C’est un article à l’origine en anglais, un anglais parlé plus que littéraire, un peu comme une prise de notes, ce qui explique son style particulier auquel je n’ai pas touché ; il est important à mes yeux de respecter le style d’une personne.

Vous le trouverez en téléchargement libre sur le site Waldorf Online Library.

Je vous en souhaite bonne lecture !

Vivre sous le ciel

Vivre sous le ciel

Par Sally Schweizer

Paru dans Gateways Automne / Hiver 2004, numéro 47

Quand une aiguille de pin tombe dans la forêt, l’aigle la voit, le cerf l’entend, et l’ours la sent.

Dicton natif américain

Beaucoup de nos activités familières à l’intérieur sont tout aussi pertinentes dans l’environnement extérieur. Dans cet article, je vais donner de nombreux exemples vivants d’activités de plein air que nous avons poursuivies au cours des années dans notre Jardin d’Enfants à Michael Hall. Les rangements à l’extérieur, par exemple, devraient être tout aussi conséquents qu’ils le sont à l’intérieur. Récupérer le bol de quelqu’un pour une deuxième portion est tout aussi naturel à l’extérieur sur une bûche qu’à l’intérieur. C’est un rythme, une habitude naturelle, provoquée par l’imitation ; aucune pensée n’est impliquée, seule la joie, aidant, faisant et voyant le bien. Les enfants de six ans, qui vivent déjà dans de bonnes habitudes inconscientes, commencent à répéter des actions en dehors d’une reconnaissance qu’ils ont à faire. Ce sont des actes de dévotion, un véritable élan de volonté, installant la scène pour leurs enseignants de classe qui construira dessus. Suspendre tout correctement après avoir été à l’extérieur, indépendamment même si c’est une lutte, devient une habitude nécessaire. « Je peux entendre des bottes jouer à l’extérieur de la porte », dis-je lorsque nous sommes prêts à commencer l’histoire. Les enfants sautent et rangent. « Oh j’ai oublié ! » « Je mets les miennes plus loin ! » « Les miennes étaient simplement couchées, elles étaient un peu paresseuses parce qu’elles étaient fatiguées ». Se vêtir correctement pour aller à l’extérieur devrait également être une habitude, pas pensée, et réalisée en prenant le temps et avec soin.

Les êtres élémentaux sont les intermédiaires entre la terre et l’esprit du cosmos.

Rudolf Steiner, « Man as Symphony of the Creative Word ».

Steiner décrit la relation particulière de chaque élémentaux à notre monde de la manière la plus fascinante, par exemple, le papillon, dont les ailes répandent sur la mort leur poussière dans l’éther chaud de la terre, miroitant et chatoyant, dans lequel les êtres de feu se sont ensuite versés. Et ceci est le monde autour de nos enfants, en particulier en dehors. Il décrit la relation entre les gnomes et notre système de mouvement, les ondines et notre système métabolique, les sylphes et le système rythmique, les gendarmes1 et le système nerveux. Il nous raconte comment le mouvement des oiseaux dans l’air résonne d’une musique spirituelle pour les sylphes.

Comme il est important, alors, d’être dans ce monde des oiseaux, dans le monde des papillons, autour et dans la nature ! Les enfants aiment les histoires de la nature ; ils trouvent un lien avec le monde de la nature et les élémentaux. Chanter des chants d’oiseaux et chanter pour le soleil, la lune et les étoiles trouvent une place instantanée dans leurs cœurs. En parlant de chanter avec les enfants, Steiner dit dans son Éducation de l’enfant :

Plus vivante l’impression faite sur l’oeil et l’oreille, meilleur c’est. Les mouvements de danse sur un rythme musical ont une puissante influence dans la construction des organes physiques, et cela aussi ne devraient pas être sous-évalués.

La nature regorge d’impressions pour les yeux et les oreilles, et de mouvements sur un rythme musical que nos enfants imitent : feuilles dans le vent, gouttes de rosée resplendissantes sur la toile d’araignée, nuages jouant dans le ciel, gouttes de pluie tombant dans une flaque d’eau, flammes dans le feu, crépitement du bois, graines ballottant dans leurs cosses, grenouilles coassantes, et toutes les délicates différenciations de couleur et de forme. Tout cela est absorbé par le corps éthérique de l’enfant.

La vue est le plus utilisé de tous les sens, mais le mouvement sous-tend tous les sens inférieurs. Ils sont pénétrés par l’activité de la volonté, par les forces de volonté inconscientes. Pensez au sens de la vie : les mouvements internes de bien-être et d’élans de joie ! En contact, nous atteignons notre propre périphérie, passons à nos propres limites pour trouver des supports dans l’espace extérieur qui soutiennent la pratique des compétences et contribuent à créer l’harmonie entre les enfants. Lors de la création ou de la modification d’une partie du jardin, les enfants devraient être impliqués ; sinon, c’est une occasion perdue. Ils peuvent aider à creuser, passer des briques, installer des pierres, chercher des copeaux de bois dans une brouette, ou regarder. Nous sommes tous familiers avec la façon dont ce travail significatif est ensuite imité en son temps et plus tard recréé dans le jeu. Chaque jour, nous, les adultes, devrions travailler à l’extérieur comme un exemple : balayer, ratisser, laver, désherber, fabriquer du compost. Un jardin n’est jamais fini parce que certaines parties sont dans un état constant de croissance et de changement. Si les parents sont tenus informés et consultés, beaucoup d’implication peut en résulter. Les journées de travail sont de grandes occasions sociales amusantes. De toutes les façons, nous avons besoin de leur aide sur toute la question des vêtements.

Vivre sous le ciel

Les vêtements

Que portons-nous nous-mêmes à l’ extérieur ? Imitation ! Nous savons que les enfants doivent avoir de la chaleur pour leurs forces de vie, et qu’ils ne reconnaissent jamais ni ne peuvent encore réguler leur propre température. Ils doivent être habillés correctement avant qu’ils ne passent la porte, niché dedans, boutonné, chapeaux, écharpes et gants, une paire de chaussettes supplémentaire en hiver et une veste et un pantalon imperméables à l’eau quand tout est mouillé. Ces derniers sont coûteux, mais permettent d’économiser sur le lavage et le raccommodage. Jai expliqué aux parents de temps à autre que ce n’est pas nécessaire que les enfants aient beaucoup de vêtements propres et d’être souvent lavés eux-mêmes, parce qu’ils ne sont pas vraiment sales ; quand c’était approprié je disais aussi que les forces de vie sont emportées aussi par le lavage des vêtements et du corps ; le savon ne devrait être utilisé que où c’est nécessaire. Après que les chapeaux d’hiver soient ôtés, les enfants devraient porter des chapeaux de soleil. J‘ai fait tout un tas de bonnets avec protection du cou à partir de vieilles taies avec de jolies bordures, mais les enfants peuvent aussi porter le leur. Personne n’est autorisé à avoir les épaules nues. En ce qui concerne l’absence de mécanisme de défense de l’enfant, le Dr Victor Bott écrit dans decine anthroposophique :

L’exposition au bruit, au froid, à la chaleur ou à la lumière trop intenses peut donner lieu à des perturbations. La régulation de la température dépend de l’ego, et doit donc être prise en charge par les soins des adultes pour l’enfant jusqu’à ce que l’ego prenne possession du corps beaucoup plus tard.

Plantation et Animaux

Des graines et des baies pour les enfants et les oiseaux, des herbes pour la soupe, des tisanes et des teintures, des légumes, des fruits, des fleurs (en particulier qui sont parfumées pour les abeilles, les autres insectes et les papillons) ou intéressante, comme le muflier, des arbustes à floraison hivernale, des arbres, sont appropriés. Avoir un tas de compost et de terreau de feuilles et de bois, et des bâtons à laisser pourrir pour la vie sauvage.

Prendre soin des animaux contribue à renforcer la sociabilité et le respect. Nous ne pouvions pas avoir des animaux à Michael Hall parce que c’était trop exposé et vulnérable, sans personne nulle part qui soit près, mais nous avons eu le cadeau de vaches ou de moutons à côté pendant la plupart de l’année, plus les écureuils (gris, pas rouge, malheureusement), les oiseaux, le renard étrange et les cerfs, les lapins et les souris ! Les taupes étaient secrètes, mais leurs tunnels étaient une source inépuisable d’exploration et d’excitation.

Les petits ou difficiles espaces

Certains enseignants ont seulement un très petit espace pour un grand nombre d’enfants, et de l‘asphalte sur le terrain qu’ils ne peuvent pas creuser. Ici, je trouverais de vieux demi-barils, des baignoires, des éviers, et planterais dedans. Des bûches recyclées fournissent bien aussi des bacs, attachés aux poteaux d’angle. Mis à proximité d’un mur ou une clôture, les grimpantes peuvent pousser d’elles-mêmes, et les petits arbres peuvent prospérer aussi. L’eau quand c’est nécessaire. Peut-être une partie de l’asphalte peut être recouverte de copeaux de bois qui peuvent être balayées ou en tapis. S’il y a beaucoup de boue, voir comment vous pouvez couvrir une partie de celle-ci avec, par exemple, des pierres, du gravier, de vieux tapis ou des copeaux de bois. Ayez des bûches, des planches, des briques et des branches pour le jeu créatif. Faites un cercle de rondins pour jouer, pique- niquer et raconter des histoires. Attachez des cordes aux clôtures et accrocher les tissus sur eux comme des tentes.

Vivre sous le ciel

Au-delà de la porte du jardin

Nous sommes des bûcherons transportant des arbres, portant, portant, portant des arbres.

Nous ne nous soucions pas du vent ou de la météo, nous transportons juste, tous ensemble.

Nous sommes des bûcherons transportant des arbres, portant des arbres, portant des arbres.

Scier, hacher, transporter.

Les « chants de marins » rythmés aident au travail tout du long ; nous les utilisons pour accompagner les activités, et à l’extérieur on n’y fait pas exception. J’ai l’habitude de faire des rimes tout du long quand nous avançons, pour apaiser une situation, mais en général, de toutes les façons, seulement sur l’impulsion du moment :

Ploc, ploc, flaques d’eau, ploc. plouf, Floc, floc, bou-hou-houe floc. Attention à vos bottes, attention à votre nez, Tenez votre chapeau, tenez vos orteils Ploc, ploc, flaques d’eau, ploc. plouf, Floc, floc, bou-hou-houe floc.

Je viens de la faire maintenant en l’écrivant. Cela a souvent encouragé les enfants plus âgés à ajouter des vers de leur propre cru. Ils adorent !

Temps du cercle à l’extérieur

Qu’en est-il du cercle dans et au-delà du jardin ? Pourquoi pas, tant qu’il conserve sa juste place dans le rythme de la matinée ? Des choses magiques se produisent, aussi, comme le chant des oiseaux avec nous, et de trouver ce que les marguerites chantent. Nous pouvons utiliser le paysage naturel pour améliorer notre temps du cercle (par exemple, les taupinières deviennent les sept collines dans Blanche Neige). Les histoires sont belles à l’extérieur, sous l’arbre, sous le buisson, sur la butte, sous le ciel. Le même rythme, les mêmes rituels et la même vénération les accompagnent.

Des temps de jeu créatifs dans les bois et dans les champs sont si riches : rien n’est interdit, et les jouets de la Terre Mère sont passés aux rayons pour nous. C’est également plus silencieux que dans le Jardin d’Enfants. Je crains beaucoup le bruit que nos enfants ont à souffrir aujourd’hui.

Tout apprentissage associé à la parole dans ces années devrait être particulièrement par imitation. Les enfants vont mieux apprendre à parler par l’ouïe.

Rudolf Steiner, The education of the child

Tout le corps de l’enfant est également une oreille. Où mieux entendre qu’à l’extérieur ? Nos chansons, nos jeux, nos histoires racontées à l’extérieur, les oiseaux, le vent, le bruissement des feuilles, les branches qui craquent. Ces expériences seront plus tard des concepts, et ceux-ci seront la base sur laquelle l’enfant, plus tard, répond dans le monde.

La joie des enfants dans et avec leur environnement doit donc être comptée parmi les forces qui construisent les organes physiques. Ils ont besoin d’enseignants qui ressemblent et agissent avec bonheur, et, surtout, avec honnêteté, avec un amour non affecté.

Rudolf Steiner, The education of the child

Émerveillement

L’environnement extérieur est un riche trésor, bien que modeste, pour nous remplir, nous, adultes avec bonheur, surtout si nous voyons combien accomplissant il est pour les enfants. Mes enfants se sentiraient privés si ils n’avaient pas eu assez de temps à l’extérieur. Questions (d’un papa longues jambes : « Qu’est-ce qu’ils mangent ? ») et révérence (envers un ver écrasé sur la route, « Nous lui faisons une tombe ».) aident à construire, par l’imagination, les pouvoirs d’une pensée originale et les sentiments pour ses frères et sœurs humains. Les questions contribuent à raviver la flamme de la curiosité, la possibilité de découvrir et d’inventer. Le temps a trait à l’essence : « Dépêchez-vous, ou nous allons manquer les magasins. » Ne pas avoir de temps pour l’enfant le prive d’expériences vitales ; ceux qui déambulent et musardent peuvent voir des choses que nous avons ratées. Nous avons le pouvoir de donner notre temps aux enfants.

Vivre sous le ciel

Eau et Forces de guérison

Jouer avec l’eau est très important pour les enfants ; à l’ intérieur, ils peuvent faire la vaisselle, peindre, laver les vêtements de poupées et les pots de peinture. J’ai récemment vu un garçon se tenir sous les gouttes du plafond (du toit qui fuit) « Je prends une douche ». L’ eau est particulièrement utile pour les enfants précocement endurcis. Bien que ce qui sort de l’eau du robinet ne possède plus les propriétés curatives qu’elle devrait avoir, et la pluie est polluée (« Maman dit que vous ne devez pas manger de la glace. Il y a de la pollution en elle ».) né-an-moins1, l’eau est une force de guérison. La rosée, un ruisseau, l’étang, les flaques d’eau, les gouttières qui gouttent, la boue, la pluie, le brouillard : tous sont des cadeaux pour nos enfants, et nous pouvons chercher des moyens pour l’amener à eux. Joan Marcus m’a dit une fois qu’elle avait de l’eau dans la pièce sous certaines formes, et que si cela n’était pas possible, on pouvait avoir un voile bleu.

Les forces de guérison de la musique, le rituel, la chaleur, la couleur et la beauté se trouvent tous à l’extérieur. La musique nous donne le chant des oiseaux, notre propre chanson, les sons de la nature; « Les feuilles applaudissaient des mains ! » Les rituels sont les mouvements du soleil et la lune, les saisons, la croissance et la mort, nos grâces avant le pique-nique et les remerciements après, allumer la bougie (geste respectueux au soleil.) La chaleur provient du feu, du soleil, de nos vêtements, de la lueur vermeille sur les joues, du bonheur et de notre amour les uns pour les autres et pour le monde. La couleur dans la nature est comme une bouffée d’air frais pour beaucoup d’enfants qui souffrent des fausses couleurs difficiles d’aujourd’hui. Il y a de la beauté dans les yeux d’un oiseau pour une fleur, le grand chêne, et les nuages, dans toute la nature.

Combien de temps dehors?

Combien de temps faut-il être à l’ extérieur ? Un nombre croissant de jardins d’enfants et de garderies sur le continent, et maintenant également ici en Grande-Bretagne, passent des journées entières dehors, et même sans aucun bâtiment, juste un abri quelque part. Margaret McMillan a des « abris » dans la ville, et non pas « les salles de classe ». Un jour d’avril, dans la neige, je me suis rendue dans un Jardin d’Enfant d’État dans une forêt en Suisse et j’ai demandé à l’enseignant les choses que l’on ne pouvait guère faire en dehors. Il a répondu qu’il fallait laisser certaines choses aller : cela dépendait de ce que vous pensiez être important. En fait, il n’y a presque rien que vous ne puissiez pas faire à l’extérieur, surtout si vous avez un abri. L’expérience des Jardins d’Enfants forestiers permanents est que les enfants sont moins malades et généralement plus forts, plus sains et plus harmonieux. J’ai beaucoup pensé à tout cela, et, quand je me suis retirée, j’étais encore au stade dêtre à l’extérieur pour un total d’environ trois jours par semaine, parce que j’avais toujours besoin d’équilibrer avec l’intérieur pour les enfants : pas pour les activités, mais pour l’être.

Voyages et expéditions

Quand nous étions à l’ extérieur, nous sommes allés aux mêmes endroits pour la répétition, et aussi à de nouveaux pour l’émerveillement et la surprise. Ceci est impossible pour certains, mais avec un peu d’imagination on peut aussi le faire dans une petite zone. Parfois, j’ai invité les parents à venir avec nous pour voir ce que nous faisions ; c’était très populaire, et les gens prenaient même des jours de congé pour cela. On peut organiser des excursions en bus ou en voiture dans le cas il n’y a pas beaucoup de possibilités au Jardin d’Enfants ; alors vous avez besoin d’avoir des évaluations des nouveaux risques, des polices d’assurance complètes et des permis de conduire valides avec la permission des parents.

Nous avons eu de nombreuses expéditions heureuses. Cinq kilomètres ne sont pas trop loin à marcher pour les enfants une fois qu’ils y sont habitués ; cela renforce les forces de volonté. Une fois, notre récompense pour avoir longuement marché vers une ferme a été de voir deux agneaux nouvellement nés. Regarder les constructeurs sur un toit avec un seau sur une poulie pour les tuiles était passionnant. « Je voudrais le faire quand je serais plus âgé. Je voudrais être un véritable ouvrier quand je serai grand. Devez-vous payer pour le faire ? » Être autour du feu c’est comme d’être dans la cuisine de la nature, une tasse de tisane chaude (herbes collectées et séchées par nous-même) dans une main et une patate chaude ou des châtaignes dans l’autre (la pluie ne nous a pas dérangés) : le bonheur ! Les joues luisaient, la vie sociale fleurissait : nous serrant sur le rondin pour d’autres, partageant notre nourriture, partageant une histoire bizarre, parlant ensemble : idyllique ! Nourriture pour les sens et pouvoir de la volonté, soulignés par l’activité. J’ai été bénie avec des assistants qui me soutenaient dans tout cela, qui n’avaient pas peur d’être un peu sales et de sentir le feu de bois. Les parents étaient merveilleux, aussi ; je leur expliquais pourquoi je faisais cela, et comment ils pourraient m’aider.

1NDT : le mot original « nonetheless », est lui aussi assorti de tirets, mettant l’accent sur la relativisation qu’il apporte.

Vivre sous le ciel

Les éléments

Suggestions pour des jeux extérieur

Eau : Bateaux de noix que l’on souffle dans une pataugeoire déguisée. Pêcher des petites parcelles de poissons de fruits secs dans les bleus et les verts, au large d’un drap bleu. Les parcelles ont des boucles de fil de fer, les tiges ont des crochets métalliques.

Air : Lancer de petits sacs de sable avec des banderoles dans un panier. Lancer une balle à travers un cerceau décoré pour frapper la cloche suspendue à elle. Souffler des boules de tissu ou de toison.

Feu : Jouer avec un papillon de papier de soie sur un bâton. Faire une bougie dans le sable (mèche attachée à un bâton placé dans la partie supérieure d’un petit trou, la cire versée dedans).

Terre : La fosse de sable a été brossée et peignée la veille, et le matin est décorée par de nombreux doigts avides dessinant sur elle des images spéciales, avant que les banderoles qu’ils ont faites (des bâtons et des bandes de papier crépon rouge, jaune, orange, attachés en haut) soient placées sur elle pour des jeux d’anneaux. Les boîtes de différents matériaux pour un parcours d’obstacles les pieds nus : herbe coupée, cailloux, sable, galets, de la boue humide, etc.

Activités extérieures générales

Eau : forme des flots, étang, bateaux avec des feuilles, du papier, de l’écorce, chute d’eau, noria, (deux petites palettes de carton rectangulaire traversée au milieu par une cheville, soutenues de chaque côté du cours d’eau par des bâtons fourchus), étapes de lavage, plantes d’eau, bac à sable après la pluie, regarder les nuages, un vieux bateau à jouer dedans.

Terre : peinture de gel (mettre des papiers peints encore sur des planches sur un sol glacé, attendez; ramener normalement à l’état sec). Fosse de boue, argile, jardinage, collecte de cristaux à partir du sol (dans les chemins de gravier, même), bac à sable, jouer avec de vraies briques.

Feu : Jouer avec la cire d’abeille, des bougies de gâteau d’anniversaire si c’est le jour en dehors (protéger du vent avec un parapluie), four à pain, bougies de sable, regarder les papillons et les abeilles, visiter les ruches (pas trop près), feu de joie, des cuillères et des casseroles pour « cuisiner ».

Air : Saut, lancer des balles, courir après des cerceaux, faire des moulins à vent et tout un tas de machins volants au vent, regarder les nuages, escalader la haie ou un arbre jusqu’au sommet.

Vivre sous le ciel

A travers l’Année:

Festivals extérieurs

Un enseignant une fois rapporta d’une pouponnière qu’elle n’avait pas été à l’ extérieur pendant cinq mois à cause de la boue. Incroyable ! Mais nous ne pouvons réellement apprécier les joies du printemps et de l’été que si nous prenons part à la mort et aux secrets de l’automne et l’hiver.

L’âme de la terre dort

Dans la chaleur de l’été ;

Puis le miroir du soleil flambe

dans le monde extérieur.

L’âme de la terre se réveille

dans le froid de l’hiver,

alors le vrai soleil brille

Spirituellement à l’intérieur.

Dans la journée joyeuse de l’été

La terre dort profondément,

dans la sainte nuit de l’ hiver

La Terre se réveille.

Rudolf Steiner, traduction1 anglaise par Matthew Barton

Si le rythme et les habitudes vivent dans les enfants, eh bien, les festivals peuvent être célébrés en dehors. Les danses du Mât de mai en sont la plus évidente preuve. Parfois, nous avons dû le faire avec des imperméables ou nous accrocher étroitement aux rubans gonflés, se terminant dans un glorieux nœud de couleur ! Mais tout cela est une expérience de volonté en développement que les parents aiment et en rient à cause de notre propre enthousiasme.

La Pentecôte, le festival de la fin du printemps, est à propos de la floraison, imagée par la famille des composées2 (marguerite, pissenlit, etc.) Comme il est beau, ensuite, d’amener l’image de l’impulsion du christianisme dans le monde entier quand on est entouré par des fleurs et des insectes. Ceci est l’alternative à avoir beaucoup de bougies à l’intérieur : on peut les avoir un jour venteux, ou une blanche dans une lanterne de verre. La musique peut être faite à l’extérieur aussi bien qu’à l’intérieur.

À la St Jean , nous pouvons célébrer avec des chansons et une histoire et de la musique en dehors, suivis par le feu. Un solstice d’été avec abondance alimentaire pour les sens est célébré par certains après la fête de la Saint Jean et par certains séparément. Danse, chant, miel, des jeux et un pique-nique peuvent être organisés : la nourriture pour les sens, divertissant tous les éléments.

Les parents aiment aider et s’occuper de différents jeux, et prévoir un pique-nique où chacun apporte quelque chose qui est partagé : un délice de couleurs, d’odeurs et de goûts. Il doit être bien organisé avec la bénédiction de table normale, en commençant ensemble, passant autour et partageant, suivi des remerciements à la fin. Les parents peuvent avoir besoin d’aide pour nous soutenir en cela, mais ne sont que trop heureux de s’intégrer et de faire « la juste chose » pour leurs enfants. Le pique-nique peut être sur des tapis sous l’arbre, sur l’herbe, sur ces bûches. Je ne me souviens pas qu’il ai jamais plu pour ce festival, des menaces de pluie, oui, mais pas de pluie effective.

St Michel : Certaines personnes le célèbrent en collaboration avec le festival des moissons, certains séparément. Quelle que soit la manière, les deux peuvent être à l’ extérieur. Michel est là, le compagnon pédagogique de l’humanité, comme une image pour les enfants de tout ce que nous avons recueillies et récoltées dans notre panier pour l’hiver sombre et froid. Un élément de St Michel peut être beaucoup de travail acharné dans le jardin ou parmi les enfants plus âgés, s‘il est rattaché à une école, ou une promenade dans un lieu « difficile » avec des ronces, des lieux dans les buissons, en haut de collines escarpées et ainsi de suite.

Le courage et l’activité sont certainement les principaux aspects à cette époque. J’ai l’habitude de faire les deux ensemble : la St Michel et la récolte. Nous avons eu beaucoup de travail à faire à l’intérieur et à l’extérieur le matin avant de célébrer dans un cercle dans une ambiance de réflexion tranquille, avec de la musique et une histoire à la fin. Les travaux comprenaient le balayage extérieur, le polissage des pommes, du jus de pomme à faire, cuire le pain des moissons au four, ratisser, couper l’herbe, cueillette de lavande, désherbage et faire la soupe. Les parents ont été invités pour le matin autant de temps qu’ils voulaient et on leur a montré comment ils pouvaient aider. Tout le monde a partagé le petit repas bien mérité.

St Martin : Nous lavons fêté dehors avec une promenade dans la nuit, visitant les personnes âgées, ou encore celles qui travaillent pour l’école, apportant une lanterne et des biscuits à chacune. Nous avions de la nourriture terrestre, comme un équilibre à la nourriture spirituelle, dans un lieu préparé, dans la cour, chez des amis, sous les arbres, quelque part, quelle que soit la météo : tisane chaude (cannelle ainsi que gingembre en infusion avec du jus de pomme ajouté) et des biscuits. Les parents étaient bien préparés avec des chansons et des détails au préalable, tels que les chaussettes supplémentaires. À un certain moment, où les enfants pouvaient s’asseoir, par exemple sur un mur bas, je produisais de ma poche une petite marionnette à jouer. Dans l’obscurité, à la lumière de la lanterne, l’ambiance était magnifique.

Avent : Mon idée principale était d’embraser l’émerveillement qui échappe à beaucoup de nos enfants aujourd’hui, et de la maintenir en vie chez ceux où elle vit toujours dans le but de créer un espace pour l’avènement de l’enfant Christ. Parfois, je faisais un jardin en spirale, parfois pas, mais au moins une partie, sinon la totalité, est toujours à l’extérieur. Il serait trop long de le décrire ici, mais c’était toujours une surprise, et des choses merveilleuses arrivaient aux enfants. Parfois, nous sommes allés pour une promenade un matin normal et avons trouvé des bougies dans les pommes sous les buissons, avec l‘aide des parents, bien cachés, et faisant de la musique pour nous attirer là-bas. Quand nous sommes revenus, nous avons trouvé un beau jardin en spirale de brindilles et de cristaux, et des étoiles qui n’étaient certainement pas là avant ! (J‘ai fais tout un art, avec ou sans aide, de créer une pièce maîtresse du festival en cinq ou dix minutes tandis que les enfants se préparaient à l’extérieur ou alors, étaient tout prêt derrière les rideaux.) Une des plus belles choses que je faisais était de déchirer des petits morceaux de peau de mouton lors de la troisième semaine de l’Avent et de les mettre sur l’herbe dans le champ à une certaine distance avant le début du Jardin d’Enfants. Quand nous revenions de notre promenade (attirés à nouveau par musique magique du carillon ou autre), nous trouvions tant de petits moutons dans la prairie, et pouvions « entendre » qu’ils voulaient revenir avec nous dans le Jardin de l’Avent des enfants à la maison. Encore une fois, les parents avaient été bien informés et tenus au secret ! Parfois, je faisais des choses semblables pour d’autres festivals, par exemple suspendre tant de petits berceaux coquillages avec des bébés en eux dans les buissons tôt le matin sur un kilomètre et demi de distance, que nous avons trouvés plus tard avant l’histoire de la Belle au bois dormant dans la forêt avec les parents. On pourrait dire ce genre de chose est un truc, mais qu’en est-il de Saint Nicolas et du Père Noël ? Les enfants devraient avoir de la magie.

1NDT : plus exactement maintenant : traduction de la traduction anglaise de Matthew Barton !

2NDT : ou Astéracées.

Vivre sous le ciel

Chandeleur : Dans les parterres de fleurs, nous avons planté des bougies que nous avions décorés ou faites et avons chanté pour la Terre Mère.

Pâques ou la Fête du Printemps : Les nouvelles plantations constituent une partie de celui-ci en faisant des jardins de Pâques à l’extérieur pour amener à la maison dans un pot fleuri ou sur de l’écorce : cresson, luzerne ou blé semé quelques jours avant. La décoration d’oeufs est plus une tâche d’intérieur.

Ce qui nous attend ? Un nouveau départ

Les graines jaillissent du ventre de la Terre,

et les eaux de pluie des hauteurs des Cieux ;

Il en va ainsi de l’Amour jaillissant dans les cœurs humains,

et de l’eau de la sagesse des pensées des hommes.

Rudolf Steiner

Comme le cycle des siècles passe, l’humanité est engagée dans une certaine éducation destructrice de l’âme, et nous sommes en train de détruire le sol même sur lequel nous marchons. Rudolf Steiner nous a dit que ce serait des moments de dures épreuves pour les êtres humains et qu’ils deviendraient encore plus difficile. Pourtant, il y a de l’espoir ! Je deviens très affligée et inquiète de tout ce que je vois et expérimente, mais se tiennent devant moi les possibilités de guérison qui nous sont offertes par les quatre Archanges : Gabriel, Raphaël, Uriel et, bien sûr, Michel, le leader de notre époque, pour nous guider dans la morale à nous tenir debout en tant qu’individus et ne pas avoir peur de le faire, et d’être des guides dignes de nos enfants autant que nous pouvons l’être.

La St Michel est le Festival de la Force de Volonté. Des temps de sacrifice, mais donc aussi de guérison, peuvent être devant nous tous. Décrivant comment faire un joli jardin pour nos jeunes enfants, et faire en sorte qu’il y aura un jardin du monde pour eux et leurs enfants afin qu’ils puissent marcher dedans, ne sont pas une seule et même chose. Nos intérieurs, eux-mêmes éveillés, avec les yeux, les oreilles et les cœurs partout, doivent être actifs pour accomplir des actions extérieures. Il existe de nombreuses organisations qui travaillent pour sauver et guérir la planète pour les enfants que nous éduquons. Il y a d’autres groupes qui peuvent donner des conseils et une aide pratique à vivre avec la nature et la création d’un paysage harmonieux pour les jeunes.

Tout ce que nous amenons à travers la méditation et l’action change le monde ; chaque action a des répercussions, que ce soit un grand déplacement ou une seule goutte dans l’océan. Les enseignants créent des ondulations dans les piscines de leur travail avec les enfants, résonnant dans le monde entier. Je suis convaincue qu’il n’y a nulle part plus riche pour cette eau pétillante que sous le ciel. Et les arrière-cours de tous nos groupes peuvent porter des jouets célestes, des fruits pour l’avenir, de la magie.

Cet article est extrait d’un article plus important qui a été publié dans Kindling, the United Kigdom Journal for Steiner Waldorf Early Childhood Care and Education.

Vivre sous le ciel

Pour vos archives personnelles, vous pouvez télécharger la traduction française de cet article au format pdf :

Enregistrer

Enregistrer

Vivre sous le ciel

Nous n’avons pas forcément tous la possibilité de passer de longues heures dans la nature, mais, le plus important est d’avoir à l’esprit que nous sommes des êtres qui créons notre réalité : à partir de la vôtre, que pouvez-vous créer pour que vos enfants, ou, plus généralement, les enfants avec qui vous passez du temps, soient davantage en contact avec le monde naturel et avec leur propre créativité. Tout passe d’abord par votre propre processus créatif. Tout ce que vous mettrez en place sera un apport formidable pour les enfants, si petit que vous paraisse le pas accompli.

Enregistrer

Pin It on Pinterest

Shares