Hiya et la clé du bonheur est un conte que j’ai grand plaisir à vous présenter. Il est le fruit du travail de Christelle Holleville Guilleux, avec la participation de son frère et de leur maman. Pour en savoir davantage sur cette jolie aventure familiale, je vous conseille la lecture de leur site.

Hiya et la clé du bonheur raconte le périple d’une petite fille, répondant au doux nom de Hiya, qui part en quête du bonheur.

Grâce à plusieurs amis tous très différents les uns des autres, cette quête la mènera autour du monde et lui apportera un certain nombres de précieuses réponses qui l’aideront à vivre son enfance et à grandir sainement.

Dans sa langue natale, « Hiya » signifie « coeur » ; c’est important, car la quête de bonheur que mène Hiya n’est pas une quête vers les palais artificiels de nos sociétés matérialistes qui sont incapables de rendre les enfants heureux.

En effet, la quête d’Hiya s’effectue sur un autre plan, sur celui de la croissance intérieure, et est par conséquent basée sur le coeur. C’est en devenant toujours plus humain que nous pouvons réellement être heureux et contribuer à semer des graines de bonheur dans notre vie et celle des personnes avec qui nous vivons ou que nous croisons.

Hiya et la clé du bonheur est donc un conte résolument humaniste. C’est ce qui me touche le plus dans ce petit livre d’un peu plus d’une vingtaine de pages. Nous avons absolument besoin que l’humanisme fasse son grand retour dans nos sociétés et que nos enfants puissent en bénéficier.

Hiya

En tant que tel, Hiya et la clé du bonheur n’est pas un ouvrage Steiner à proprement parler. Mais, comme vous le savez, nous sommes nombreux à pratiquer la pédagogie Steiner et, fort heureusement, à ouvrir nos lectures sur des découvertes qui sont compatibles avec nos attentes pédagogiques, quel que soit leur horizon.

Dès lors, ce conte rencontre très largement l’esprit de la pédagogie Steiner, humaniste dans son essence.

Si vous le contez, il est tout à fait réalisable avec de jeunes enfants en âge du Jardin d’Enfants ; il risque peut-être d’être un peu long pour les plus jeunes (autour de 3/4 ans) sauf à subir une adaptation. Il peut être lu ou conté aux enfants de classe 1 (6/7 ans) et au-delà.

Pour les enfants de classe 2, il est particulièrement intéressant en enrichissement, soit au sein d’un bloc sur les « saints » (on entend par là, plus généralement, les personnes qui ont fait don de leur vie pour l’Humanité), soit durant les blocs sur les fables. En classe 2 (7/8 ans), l’enfant est encore profondément relié au monde de la nature et notamment aux animaux, et cet arrière-plan est considérablement exploité durant cette classe. Hiya et la clé du bonheur met en scène des animaux à chaque rencontre que fait la fillette ; ceux-ci sont porteurs d’une sagesse ancestrale qu’ils transmettent à Hiya.

Selon les enfants, il pourra être abordé en lecture autonome avec déjà un bon niveau de lecture. Je précise que sa typographie est adaptée aux lecteurs dyslexiques, ce qui est un indéniable plus et montre, là encore, le bel esprit de son auteur.

Je laisse le mot de la fin à mes « grandes » de douze ans et demi : « C’est vraiment très mignon ! »

Hiya

Enregistrer

Pin It on Pinterest

Shares