préparation à la lecture

La préparation à la lecture a à voir avec le corps

La préparation à la lecture aurait à voir avec le corps ?

Voici un article exceptionnel sur la dimension corporelle de la préparation à la lecture et à l’écriture. Il a été publié à l’origine en anglais sous le titre Reading Readiness has to do with the Body et est l’oeuvre de Laura Grace Weldon.

L’original contenait de nombreux liens ; j’ai choisi de les conserver et de les incorporer à ma traduction bien qu’ils sont tous en anglais et que certains d’entre vous sont susceptibles de ne pas pouvoir les lire ; certes, mais mon soucis de déontologie intellectuelle a ici primé.

préparation à la lecture

La préparation à la lecture a à voir avec le corps

Les enfants d’aujourd’hui n’ont jamais été autant assis. Les bébés passent des heures confinés dans les sièges d’auto et les poussettes plutôt que de ramper, de se promener ou d’être portés. À mesure qu’ils vieillissent, leurs journées sont souvent fortement programmées entre des activités éducatives et des événements organisés. Les enfants ont 25 % en moins de temps pour jouer librement qu’ils ne l’avaient il y a une génération, et c’est avant de prendre en compte les distractions comme la télévision ou les jeux vidéo.

De leur propre initiative, les enfants se déplacent. Ils se tiennent les mains et tourbillonnent en cercle jusqu’à ce qu’ils tombent en riant. Ils implorent de prendre part à des tâches intéressantes avec des adultes. Ils veulent relever des défis et essayer de nouveau après avoir commis des erreurs. Ils grimpent, creusent et courent. Quand ils sont fatigués, ils aiment être bercés ou être blottis. L’étouffement de ces besoins corporels compromet leur capacité d’apprentissage.

Nous savons que nos petits marchent et parlent au moment où ils sont prêts. Aucune récompense ou punition n’est nécessaire pour « leur enseigner ». Pourtant, on s’attend à ce que les enfants lisent, écrivent et orthographient à partir de cinq ou six ans comme s’ils se développaient de la même manière en même temps. On pousse les jeunes enfants vers les apprentissages académiques avec l’hypothèse que cela les rendra meilleurs étudiants. Cette approche n’est pas seulement inutile, elle peut contribuer à des problèmes tels que les troubles de l’apprentissage, les déficits d’attention et le stress à long terme.

Des études contrastant l’enseignement de la lecture à l’âge de cinq ans par rapport à l’enseignement à l’âge de sept ans révèlent que les leçons antérieures peuvent nuire au développement de la lecture. Au moment où les enfants atteignent l’âge de 11 ans, les élèves qui ont été instruits plus tôt montrent une mauvaise compréhension du texte et des attitudes moins positives envers la lecture que les enfants dont l’enseignement a commencé plus tard.

L’alphabétisation n’est pas facile. Elle demande aux enfants de décoder des formes dans les sons et en mots, de se rappeler ces mots correctement sous forme écrite et parlée, et de comprendre leur signification. Permettre à la lecture de se développer naturellement ou de l’enseigner plus tard tend à créer des lecteurs avides, à vie. Pourquoi?

Les enfants poussés à lire tôt (pas ceux qui l’expérimentent naturellement) ont tendance à s’appuyer sur les processus du cerveau droit parce que cette zone mûrit plus rapidement. Ces premiers lecteurs sont susceptibles de deviner des mots inconnus en utilisant des indices tels que l’apparence, le contexte, les lettres de début et de fin. Leur principale tactique est de mémoriser les mots à vue. Ce sont des méthodes précieuses, mais elles ne constituent pas une approche équilibrée de la lecture. De tels enfants peuvent rapidement se fatiguer après avoir lu de courts passages ou lire sans difficulté, mais ont de la difficulté dérivant du sens de ce qu’ils lisent. La procédure qu’ils utilisent pour décoder les mots peut rendre le contenu difficile à comprendre. Ces problèmes de lecture peuvent persister.

D’autre part, les enfants profitent quand ils apprennent à lire naturellement ou sont enseignés plus tard. C’est parce que, comme le cerveau gauche mûrit et que le chemin entre les deux hémisphères se développe, il devient plus facile pour eux d’émettre les mots, de visualiser les significations, et, mentalement, de bricoler avec des abstractions. Ils mémorisent des mots à court terme mais émettent des mots plus longs, une approche qui est moins imposante. Comme ils incorporent plus de mots dans leur vocabulaire de lecture, ils se représentent et comprennent plus facilement ce qu’ils lisent.

Pour que les enfants puissent lire et écrire, ils doivent être prêts en terme de développement. Certains sont prêts à l’âge de quatre ou cinq ans, d’autres pas avant de nombreuses années. Cette préparation comprends des voies neurologiques complexes et une conscience kinesthésique. Elle inclut le sens proprioceptif développé par les récepteurs sensoriels dans les muscles, les articulations et les tendons : une forme de maturation essentielle pour un sens physique de soi (elle est même essentielle pour apprendre à moduler sa voix et à tenir les objets avec précaution).

Cette préparation n’est pas créée par les classeurs ou les programmes informatiques. Elle est le résultat de la maturation du cerveau ainsi que des expériences riches trouvées dans la sensation corporelle et le mouvement.

Ces expériences se produisent lorsque les enfants jouent et travaillent, en particulier avec des moyens qui traversent la ligne médiane. Ils comprennent les mouvements expansifs tels que l’escalade, le saut, le creusement, la natation, jouer à la marelle et à s’attraper, le vélo, le balayage, la course. Ils incluent également des mouvements fins tels que hacher des légumes, dessiner, construire, jouer des jeux de rimes et de mains, utiliser des ciseaux, et jouer dans le sable. Et bien sûr il y a la croissance essentielle qui vient du fait de se blottir, d’écouter des histoires, de chanter, d’essayer de nouveaux goûts, de se réjouir de faire croire. Les enfants sont attirés par de telles expériences. Sans eux, ils n’auront pas une base solide pour l’apprentissage.

Ces activités stimulent le cerveau de l’enfant pour développer de nouvelles voies neuronales. De telles activités créent également une confiance, un traitement sensoriel fluide et créent une banque d’expérience directe qui aide l’enfant à visualiser des concepts abstraits. Les adultes bien intentionnés peuvent penser qu’une bonne façon de passer un après-midi pluvieux est de faire une longue promenade en voiture pour se rendre à une exposition éducative. Un jeune enfant est susceptible de tirer plus de valeur de développement (et d’amusement) en sautant dans les flaques et en creusant dans la boue, puis en temps de jeu dans la baignoire.

Il existe de nombreux autres facteurs qui contribuent à la préparation à la lecture. Peut-être le plus important est une vie de famille solidaire où le jeu, la lecture et la conversation sont une partie agréable de chaque journée. Mais cela aide de se rappeler que les jeunes enfants veulent participer au travail déterminé de faire des repas, de réparer ce qui est brisé, et de planter dans le jardin. Ils ont également besoin de temps libre sans le divertissement intégré de jouets spécialisés, de télévision ou de jeux vidéo. Leur développement est orienté vers le mouvement. Ces expériences corporelles préparent les enfants à la magie trouvée quand les formes deviennent des mots, les mots deviennent des histoires, et qu’ils deviennent des lecteurs.

Laura Grace Weldon

NB : Si cet article sur la dimension corporelle de la préparation à la lecture et à l’écriture vous a intéressé, sachez que des parties de celui-ci sont extraites de Free Range Learning dont Laura Grace Weldon est l’auteure.

préparation à la lecture

Pour télécharger la traduction de l’article La préparation à la lecture a à voir avec le corps au format pdf, cliquez ci-dessous :

Enregistrer

Enregistrer

Pin It on Pinterest

Shares