Je ne résiste pas à la tentation de vous présenter ici trois poèmes de Maurice Carême pour l’été. comme vous le savez, Maurice Carême est un de mes poètes préférés quand il s’agit d’apprendre des poèmes avec les enfants. Sa douceur, son amour de la nature, le rendent totalement compatible avec la pédagogie Waldorf-Steiner.

Trois poèmes de Maurice Carême pour l’été

Le temps des vacances

C’est le temps béni des vacances.

Le vent fait des nœuds d’hirondelles.

Le jour est rond comme une amande.

Tout le village sent le miel.

Le soleil a pendu sa lampe

Juste au-dessus des vaches blanches

Étonnées de n’avoir plus d’ombre,

Mais les prairies qui, près du bois,

Tremblent doucement sous leur poids

N’ont jamais été si profondes.

Vive le voilier qui passe

Les flâneurs sont sur le quai

_ Vive le voilier qui passe !_

Les flâneurs sont sur le quai

Et rêvent de s’embarquer.

poèmes de Maurice Carême pour l'été

Mais rêver ne mène à rien

_ Vive le voilier qui passe ! _

Mais rêver ne mène à rien.

Les marins le savent bien.

poèmes de Maurice Carême pour l'été

Vent de quart ou vent debout

_ Vive le voilier qui passe ! _

Vent de quart ou vent debout,

Il leur faut parer à tout.

poèmes de Maurice Carême pour l'été

Et tant pis pour qui ne voit

_ Vive le voilier qui passe ! _

Et tant pis pour qui ne voit

Le bonheur claquer au mât.

Le bonnet d’or

J’ai mis le bonnet d’or

Du soleil sur la tête…

Et de travers encor.

Ouvrez-vous, les fenêtres !

Éclatez haut, les cors !

Sonnez clair, les trompettes !

J’ai mis le bonnet d’or

Du soleil sur la tête.

Je puis tout me permettre.

In, Au clair de la lune, Le livre de Poche, 1997

Enregistrer

Enregistrer

Pin It on Pinterest

Shares