Aquarelles d’Imbolc

par | Fév 2, 2011 | Arts, Célébrations, Imbolc, Peinture et dessin | 6 commentaires

Aquarelles d’Imbolc

Aujourd’hui, nous avons fait plusieurs Aquarelles d’Imbolc. Pour les filles, c’était la toute première fois qu’elles utilisaient cette peinture, le papier plus épais nécessaire et la technique délavée (qui leur a un peu donné de mal d’ailleurs !)

Nous avons en premier refait le dessin de l’Histoire des enfants-racines, celui-ci :

Aquarelles d'Imbolc

Voici l’aquarelle d’Enora :

Aquarelles d'Imbolc

Voici l’aquarelle de Gwendolyne :

Aquarelles d'Imbolc

L’histoire de la noble chandelle

Ensuite, je leur ai raconté l’histoire de la noble chandelle qu’Apasdelutins a récemment traduite et publiée sur son blog :

Il était une fois la lueur rougeâtre d’une chandelle qui voulait célébrer la Chandeleur de toute sa splendeur. Elle brillerait toute la nuit, même si quelqu’un voulait lui souffler dessus, elle répandrait son grand cercle de lumière tout autour d’elle durant la nuit entière.

Elle était si fière de sa lueur rouge qu’elle se demanda : pourquoi est-ce que je ne brillerais que la nuit ? Je pourrais également briller toute la journée ! 
Alors, elle ne s’éteint pas quand le matin s’annonça et brilla tout au long de la matinée et de l’après-midi.

Quand le soleil descendit à hauteur de la fenêtre, il la vit et s’exclama : “Quoi, cette chandelle voudrait rivaliser avec moi ? Ah, mais c’est moi le plus brillant de la terre !” Alors le soleil se glissa dans la chambre pour éteindre la bougie. Il essaya et essaya encore, mais la lueur de la chandelle ne fit que faiblir et tourner à l’orange. Le soleil dut se résoudre à abandonner, car il était l’heure pour lui de se coucher. La bougie se concentra très très fort, rassembla toutes ses forces et retrouva à nouveau sa vive coloration rouge. Quand la lune bleue la vit par la fenêtre, elle se dit : “Qu’est-ce que cette lueur, là-dedans ? Je suis la seule à pouvoir briller, cette nuit !” La lune bleue se faufila dans la chambre et essaya elle aussi de souffler sur la bougie. Mais elle était moins forte que le soleil et, elle avait beau s’approcher, elle n’arrivait pas à l’atteindre. Elle essaya encore et encore, mais finalement, elle dut partir à son tour.

Au beau matin, lorsque les enfants entrèrent dans la chambre, ils trouvèrent la chandelle toute resplendissante, entourée de murs verts – les couleurs de Noël et de la Chandeleur. Et la petite bougie sourit car elle savait qu’un cœur vif et chaleureux est plus fort que tout !

Voici la peinture que j’ai proposée aux filles, sur le thème de la lueur de la bougie :

Aquarelles d'Imbolc

Enora a souhaité faire une bougie…

Aquarelles d'Imbolc

… et sa soeur, trois :

Aquarelles d'Imbolc

Ensuite, nous avons réalisé une carte de voeux pour l’anniversaire de la cousine des filles, une de mes petite nièces. Voici la carte de Gwendolyne :

Aquarelles d'Imbolc

Celle d’Enora :

Aquarelles d'Imbolc

Et la mienne :

Aquarelles d'Imbolc

Enregistrer

Enregistrer

Chèr(e)s lectrices et lecteurs,

Les liens affiliés permettent principalement aux fées de rémunérer l'hébergeur (O2Switch), certains services logiciels apportant au site des fonctionnalités payantes (plugins premium).

Ces liens portent uniquement sur des livres que j'ai choisis avec soin, parce qu'ils correspondent à la ligne éditoriale de Chant des Fées et répondent à des critères de qualités, de valeurs humanistes, écologiques, artistiques et créatives. Naturellement, je lis tous les livres que je recommande.

Chant des Fées contient plus de 500 articles entièrement gratuits, un chiffre qui est en évolution constante. Cela représente un temps de travail que votre participation, en cliquant sur ces liens affiliés, ne rémunère pas à proprement dit ; cependant, votre action renvoie tout de même de la valeur au travail considérable effectué, et soutient l'auteure, sans omettre celle que vos commentaires et échanges apportent aux fées ! Elles vous remercient chaleureusement pour votre compréhension.
- Monique

6 Commentaires

  1. marie

    Bonjour,
    Merci du fond du coeur de partager avec nous tes réalisations, c’est une vrai « bénédiction »…
    Pour l’aquarelle, en tant qu’adulte, on peux facilement obtenir un résultat satisfaisant en utilisant d’autres peintures que des aquarelles liquides, pour les enfants, c’est moins évident, on peut utiliser de trés trés bonnes peintures comme « biocolor » (moins chère mais assez satisfaisante si les enfants ne sont pas TROP exigents)néanmoins, pour les avoir testées, rien ne vaut de très bonnes aquarelles…
    Au niveau de la transparence et de l’intensité.
    Pour le papier, le papier « aquarelle » 300g est trop épais, en fait, un bon « canson » est super ‘180g’… Le détremper 2 mn est top, bien essorer, surtout sécher à plat.
    Je ne suis pas arrivée au même résultat pour la noble chandelle, mais c’est le jeu des couleurs qui compte 😉
    En souhaitant pouvoir encore et encore me nourrir de vos travaux, bonne continuation…
    Amitiés les plus sincères

    Réponse
    • Monique

      Bonjour Marie,
      Merci de ta visite et de ton joyeux enthousiasme 🙂 cela me fait très plaisir. En fait, j’ai beaucoup de plaisir à communiquer et encore plus depuis que j’ai introduit la pédagogie Waldorf Steiner à la maison !
      Si je trouve comme toi qu’il est vrai que rien ne remplace un vrai bon matériau, j’ai à coeur aussi de partager mes astuces de maman qui vit avec de très petits revenus, car je sais ne pas être la seule dans ce cas et que ça peut être très complexant de ne pas pouvoir investir dans ce vrai bon matériau 😉 Quand on est limité par une contrainte financière importante, on doit être doublement créatif ; c’est pourquoi, en l’espèce, si on ne peut pas acheter une bonne aquarelle, on peut aussi tout à fait investir dans de la gouache et la travailler en aquarelle, etc, etc… Et après tout, j’ai connu pas mal de personnes dans les ateliers de peinture qui ne se privaient pas de faire avec les moyens du bord 🙂
      A très bientôt, et avec beaucoup de plaisir à te lire 😀

      Réponse
  2. carole

    oh,tu sais je suis une piètre dessinatrice voire carrément nulle,mais peut-être qu’avec un modèle de dessin,je pourrai tenter…Je me renseignais pour ma fille,mais je ne suis pas pressée ,elle n’a que 2 ans et demi!Merci d’avoir pris du temps pour m’expliquer!

    Réponse
    • Monique

      Si tu aimes, ou aimerais, dessiner/peindre, tu aurais tort de ne pas te lancer 🙂 En plus, en pédagogie Steiner, il est recommandé d’accompagner les enfants en peignant nous-même ; c’est beaucoup de plaisir, et pour eux, et pour nous. Et puis ça nous aide nous aussi à nous développer, nous réparer intérieurement, et à laisser notre créativité devenir un flot plus fluide 🙂
      Deux ans et demi ? Je crois qu’on peut faire des choses avec les petits de cet âge, mais juste avec une couleur. Cependant, c’est à vérifier et à creuser : n’ayant plus de petits de cet âge, je ne me suis pas penchée sur la question.

      Réponse
  3. carole

    Je n’ai jamais utilisé d’aquarelle,dis-moi c’est quoi la « technique délavée »?Merci.Les couleurs sont très belles,rien à voir avec la gouache!

    Réponse
    • Monique

      En fait, l’aquarelle est une couleur à l’eau qui est notamment bien plus diluée que la gouache, mais ces deux peintures sont absolument très proches. La différence est généralement liée à quelques ingrédients qui ne sont pas présents dans l’une. Mais il faut savoir que tu peux tout à fait travailler la gouache comme l’aquarelle, ce qui peut parfois être une alternative intéressante (de nombreux artistes ne s’en privent pas d’ailleurs), d’autant que l’aquarelle est très chère. Deux avantages : tu n’as pas besoin de mettre de grosses quantités de peinture pour peindre à l’aquarelle ; tu peux aussi en trouver qui viennent de Chine, sont moins chères, et parfois pas mauvaises du tout. Voilà, tout est une question de budget parfois.
      Ensuite, il te faut un papier épais, spécifique à l’aquarelle, car on la travaille avec bien plus d’eau que les autres peintures, gouaches ou acryliques.
      La technique de base est la suivante : tu traces ton dessin au crayon de papier. Puis, avec un gros pinceau doux (il y a des pinceaux spéciaux pour l’aquarelle, mais personnellement je fais sans, moyens financiers obligent…), tu prend de l’eau (propre bien sûr) et tu mouilles la partie du dessin par laquelle tu vas commencer. Ensuite, tu prends une petite quantité de peinture pour commencer à peindre ; la peinture va s’étaler, se fondre, se délaver (on parle de « lavis » d’ailleurs). Voilà, c’est le principe. En pratique, il peut y avoir de gros loupés : une couleur foncée peut faire un énorme « splash » sur la feuille, des couleurs dégouliner l’une sur l’autre, etc… mais c’est techniquement très intéressant. Et puis ensuite, les aquarellistes peuvent travailler de façon très différentes, certains utilisent le blanc, d’autres non mais aménagent des blancs dans leur feuille, etc… Tout est ouvert 🙂
      Tu vas te lancer ?

      Réponse

Trackbacks/Pingbacks

  1. Préparer le festival d'Imbolc 2016 - […] voici une histoire plus « séculière », La noble chandelle. On peut très facilement l’assortir d’une aquarelle à réaliser tous […]

Causerie au coin des fees

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

%d blogueurs aiment cette page :