L’herbier de la princesse Violette

Nous nous sommes servis de l’histoire L’herbier de la princesse Violette pour nos derniers apprentissages. En effet, avec ce magnifique temps que nous avons, nous passons plus de temps dehors, à admirer la nature qui nous environne, qu’à nous reclure dans la maison. Les fleurs font l’objet d’une attention quotidienne toute particulière. J’en profite pour inviter les filles à les dessiner dans leur cahier, et, à vrai dire, je n’ai aucun besoin de les pousser à le faire 🙂

L'herbier de la princesse Violette

Ainsi, les tulipes rouges qui égaient notre jardin en ce moment sont très prisées de nos petites filles !

L'herbier de la princesse Violette

On les croque, depuis le bouton jusqu’à l’épanouissement !

L'herbier de la princesse Violette

Les petites fées sont fascinées par la croissance rapide des lentilles (on ne peut pas en dire autant de nos haricots qui stagnent complètement, au point que je me demande si il va en sortir quelque chose…)

L'herbier de la princesse Violette

L'herbier de la princesse Violette

L’observation des lentilles, en plus du croquis quotidien, donne lieu à d’autres dessins :

L'herbier de la princesse Violette

C’est finalement un très beau pont vers le Grade 2 qui se produit là avec leur intérêt grandissant pour la vie animale et végétale et que nous allons approfondir dans quelques petits mois.

L'herbier de la princesse Violette

On en profite aussi pour croquer le chat qui se prélasse sous le soleil et dans l’herbe.

L'herbier de la princesse Violette

L’histoire du jour :  « L’herbier de la princesse Violette » d’Aline de Pétigny :

Il était une fois dans un pays lointain, très lointain, tout en haut d’une grande tour dans un grand château, une princesse bien jolie qui se nommait Violette.
Chaque jour un prince différent venait et lui demandait :
« Princesse, princesse Violette que faut-il faire pour te garder mienne à tout jamais ? »
« Prince, prince cueille moi le plus beau des bouquets et sans nul doute je serai ta femme. »

Le prince alors partait parcourir le monde à la recherche des fleurs les plus rares qu’il soit. Quelques uns revenaient des semaines, voir des mois plus tard, avec des fleurs rarissimes que personne dans ces contrées n’avait jamais vu et sans doute ne reverrait plus.

« Princesse, princesse Violette, voici le bouquet tant attendu, veux-tu être mienne désormais ? »
« Prince, prince, que m’apportes-tu là ? Regarde ton pauvre bouquet, il est tout fané et n’a de bouquet que le nom, » se moquait gentiment la princesse.

Les jours, les semaines, les mois passaient et personne n’offrait à la princesse Violette un bouquet présentable. Ils étaient chaque fois fanés, fatigués du long trajet parcouru.

Un beau jour plus aucun prince ne voulut tenter sa chance. Ce que demandait la princesse était impossible. Les fleurs les plus rares poussaient dans des pays lointains et se fanaient avant même d’arriver au château.
C’est ainsi que depuis plusieurs semaines la princesse attendait chaque jour en vain à sa fenêtre.

Un beau matin un jeune paysan depuis longtemps amoureux de Violette se présenta devant le château. Il prit une grande respiration et demanda :
« Princesse, princesse Violette que faut-il faire pour te garder mienne à tout jamais »
Il ferma les yeux priant le ciel qu’elle ne lui refuse pas sa chance.
La princesse le regarda et en tomba tout de suite éperdument amoureuse.
« Jeune homme, jeune homme, cueille moi le plus beau des bouquets et sans nul doute je serai ta femme. »

Fou de joie, il partit vers la forêt et là sans plus tarder cueillit toutes les fleurs qui se présentaient à lui.
Des violettes, des pâquerettes, des coquelicots, quelques brins de myosotis, des boutons d’or, des marguerites et des capucines ainsi qu’un peu de liseron.
Son bouquet était parfait, plein de couleurs et encore parsemé de la rosée du matin.
Il courut au château et au pied de la tour s’écria :
« Princesse, princesse Violette, voici le bouquet tant attendu, veux-tu être mienne désormais ? »
« Quel beau bouquet s’exclama la princesse. Sans nul doute je serai ta femme. »
Elle descendit en courant les escaliers de la tour et se jeta au cou du jeune homme qui la serra tendrement dans ses bras.

Quelques semaines plus tard ils se marièrent en grande pompe. Jamais personne ne vit mariage plus fleuri. Quelques mois plus tard la princesse Violette donna naissance à une jolie petite fille qu’ils prénommèrent Marguerite.

La princesse a précieusement gardé le bouquet. Elle a mit chaque fleur à sécher dans un livre puis elle a collé chacune dans son herbier. Ainsi des années plus tard elle raconte encore son histoire à ses enfants et à ses petits enfants.

Aline de Pétigny

L'herbier de la princesse Violette

L'herbier de la princesse Violette

L'herbier de la princesse Violette

Enregistrer

Enregistrer

6 Commentaires

  1. Sylvia

    Je vais la traduire. Pour les langues en ce moments nous sommes plus penchés sur l’anglais, nous chantons et lisons des histoires tous les jours. Et puis peut-être nous reprendrons le français dans la même ligne. Je suis en train de penser qu’une approche par blocs pour les langues peut être intéressante… nous verrons bien.

    Ah oui c’est vrai que dehors la vie est bien plus intéressante!!

    Réponse
    • Monique

      Tu leur lit en anglais ? Wahouw ; j’ai essayé une fois, et ça m’a un peu découragé qu’elle me demande toutes les trois secondes « et là qu’est-ce que ça veut dire ? » Tu aurais un conseil à me donner ?
      Pour la prochaine année, je garde les langues à la semaine ; on va continuer l’anglais et ajouter l’espagnol (demandé par l’une) et le chinois (demandé par l’autre)… D’ailleurs si tu avais une liste de quelques livres pour enfant très simples en espagnol à me conseiller ! Pour l’espagnol, j’ai trouvé des chansons et comptines ; pour le chinois, je vais surtout axé sur la calligraphie.

      Réponse
  2. carole

    Ah,ce chat!Magnifique!

    Réponse
    • Monique

      Ah oui ! Je trouve aussi !

      Réponse
  3. Sylvia

    Oh la vraiment elle est parfaite cette histoire, d’autant que mes petits se sont trouver une nouvelle passion pour les compositions florales!!

    Je crois que ce sera l’histoire de la semaine prochaine, MERCI!!

    Réponse
    • Monique

      De rien 😉
      Tu vas la traduire ou elle reste en français ? Je n’ai pas encore repris les langues avec les filles, je m’y achemine doucement. Et puis c’est dur de maintenir leur attention en ce moment ! C’est tellement mieux tout ce qui se passe dehors !

      Réponse

Causerie au coin des fees

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Pin It on Pinterest

%d blogueurs aiment cette page :