La vie, partout

par | Juil 4, 2011 | Eté, Enfance et nature, Waldorf-Steiner | 2 commentaires

La vie partout

La vie partout, tout autour de nous… Lorsque nous sommes arrivés dans cette maison où nous sommes encore, nous avions réalisé un très beau jardin qui faisait notre fierté. Des travaux indispensables ont malheureusement ravagé tout ce que nous avions fait ; depuis, rien n’a jamais plus été pareil. Nous avons mis plusieurs années à nous remettre de cette période catastrophique. Depuis quelques mois, nous avons très envie de réhabiliter ce lieu qui a beaucoup souffert comme nous ; peut-être n’y ferons-nous pas grand chose de plus, mais quelque part la vie reprend le dessus.

When we arrived in this house where we are still, we made a beautiful garden that was our pride. Unfortunately essential work  destroyed everything we had done and  then, after, nothing has never been the same. We have taken several years to get over this catastrophic period. Since a few months we have really wanted to rehabilitate the place that has suffered like us, perhaps we won’t do much more, but somehow life takes over.

 Cela se voit tout autour de nous : la vie partout…

Malgré les épreuves, nous avons la chance de vivre dans un environnement naturel merveilleux et de voir grandir nos filles dans cet espace assez privilégié. C’est déjà en soi une très belle chose dont je suis reconnaissante. La Bretagne est une terre magnifique !

Force de la vie

L’énergie de vivre,  partout, reprend le dessus ; le sol se régénère ; des plantes que nous n’avions jamais vues apparaissent et la diversité se développe. Certes, pour un potager productif, il faudra amender la terre chaque année ; mais le principal est là.

Cela me rappelle un documentaire que nous avions vu, « Aftermath, Les chroniques de l’après-monde » : si la vie humaine s’arrêtait, là, maintenant, que deviendrait la Terre ? C’était saisissant, car, on voyait en image que, dès les premiers moments de la disparition de l’être humain, la nature effaçait nos traces, même les plus destructrices du point de vue écologique.

La permaculture le montre bien, elle aussi : si nous laissons la nature au repos, le cycle éternel de la nature reprend ses droits. Moins nous intervenons, plus nous observons, mieux c’est, plus nous sommes ne harmonie avec notre véritable nature et la Nature : nous sommes alors la Nature à l’oeuvre.

C’est une dimension que beaucoup de nos contemporains ont encore du mal à comprendre et à tolérer. Pourtant, de plus en plus de travaux le montrent, en tout premier lieu grâce à la permaculture qui est un système global et pas seulement une « méthode » de jardinage.

Edit de 2018

Vous trouverez sur Chant des Fées un certain nombre d’articles ayant trait à l’enfance et la nature, mais aussi au jardinage avec les enfants. C’est une dimension essentielle dans la parentalité : plus nos enfants nous verrons oeuvrer au sein de la Nature, plus leur conscience naturelle sera préservé et mieux ils seront à même de ne pas se couper de leur propre nature, d’éviter ce que l’on appelle désormais le syndrome de déficit de la nature.

Tout le monde peut se mettre au jardinage avec ses enfants même si l’on n’a qu’un balcon (j’en connais !) et il existe désormais de nombreux livres comme « Mon potager, mes mômes et moi« , qui montrent l’expérience de jardinage entre parents et enfants. Il existe aussi désormais des livres vous introduisant très simplement à la permaculture, comme ceux de Damien Dekarz qui évitent le jargon spécialisé trop opaque tout en transmettant les bases et l’esprit de la permaculture.

Il serait vraiment trop bête de s’en passer et de passer à côté de la possibilité d’enrichir notre parentalité de cet aspect essentiel de la vie.

1 Partages
Partagez
Enregistrer1
Tweetez
Partagez
Partagez