Les signes du développement de l’adolescence

par | Nov 12, 2016 | Adolescence, Célébrations, Parentalité, Pédagogie Waldorf-Steiner, Ressources | 10 commentaires

Voici le deuxième article traduit de notre série sur l’adolescence et qui porte sur les signes du développement de l’adolescence. Le premier posait déjà un certain nombre de bases relatives à l’adolescence telle qu’elle est approchée par la pédagogie Steiner. Ce deuxième article est également d’ordre très général ; cependant, étant le fruit de l’expérience d’un professeur de sciences du secondaire, son angle est davantage pragmatique. Il consiste en la transcription d’une allocution prononcée par David Mitchell, qui a eu lieu en 2002 à la conférence des enseignants au sein de l’AWSNA, l’Association Nord-Américaine des Écoles Steiner. L’original en langue anglaise de l’article se trouve sur l’excellent site Waldorf Online Library téléchargeable librement. Je vous laisse maintenant le découvrir.

Les signes du développement de l’adolescence

Nous parcourons un paysage – notre vie est comme une merveilleuse rivière qui coule à travers ce paysage. Nous, en tant qu’enseignants, avons la chance de pouvoir étudier et connaître les étapes de développement des enfants à qui nous enseignons.

Quand nous regardons le jeune enfant, nous voyons la présence magnifique d’un soleil, quand un bébé vous regarde et commence à sourire. Toute la conscience d’un bébé, tous les attributs de l’âme viennent à l’expression, initialement, au visage, puis cette conscience descend aux mains, aux jambes et enfin aux pieds. Nous pouvons observer ceci pendant que nous regardons les étapes de la locomotion et la coordination accrue des doigts et des membres. Les membres sont en mouvement constant et ce mouvement est une exigence pour la parole. Sans le mouvement, la parole ne se développerait pas.

Les jeunes ont des jalons de développement. Nous voyons la première naissance de l’ego autour de trois ans. C’est le début de la mémoire terrestre quand un enfant commence à reconnaître son corps physique et se réfère à lui-même à la première personne du singulier, « Je ». À 5, 6, ou 7 ans, la première dentition ou « dents de lait » est poussée par les dents permanentes émergentes. Ce temps de développement était particulièrement important pour de nombreuses tribus amérindiennes. Les jeunes étaient invités à lever leur bras droit au-dessus de leurs têtes et à toucher leurs lobes d’oreilles avec leurs doigts. S’ils le pouvaient alors ils étaient capable de raisonnement abstrait et le bras avait atteint la proportion adulte trouvée dans le « nombre d’or ». Cette proportion arrive vers la septième année. Une fois atteinte, les enfants commencent à avoir une faible reconnaissance de leurs propres forces formatrices ou corps éthérique.

Vers l’âge de 9 ans, nous observons une merveilleuse harmonie cosmique prenant place dans le corps de l’enfant. Le rythme cardiaque ralentit à un niveau plus ou moins constant de 4 à 1 rythmes avec la respiration. C’est aussi le moment où les enfants expérimentent ce que les psychologues nomment la « queue du serpent ». L’astral descend et ils commencent à être plus conscients de leurs viscères. Ils se plaignent de maux d’estomac surtout quand ils sont nerveux ou effrayés. À l’âge de 9 ans, la vision se stabilise, l’ouïe se stabilise, et les réponses entre les sens sont harmonisées. L’enfant commence à se reconnaître lui-même et commence à reconnaître la vie individuelle de son âme. À ce point, nous sommes ainsi capables d’observer des aperçus prématurés de leur adolescence. C’est une expérience que nous essayons de comprendre lors de cette conférence.

En tant que professeur de sciences du secondaire, j’exhorte les enseignants de Jardin d’enfants1 et de primaire à exercer les sens de leurs élèves autant que possible. Permettez-leur l’expérience de trouver leur équilibre, d’éprouver différentes odeurs, différents goûts et sons, de leur permettre de vivre dans la couleur fluide de leurs aquarelles, et d’expérimenter la légèreté et la gravité. Ces expériences sensorielles dans les premiers stades du développement se transforment en clarté dans leur observations quand ils rencontrent les sciences dans les classes moyennes et le lycée. L’éducation et l’exercice des sens donnent lieu à une capacité d’approfondir la phénoménologie.

Les neurophysiologistes nous disent que neuf ans est l’âge où les enfants sont correctement capables d’effectuer des tâches. Gesell dit qu’à l’âge de neuf ans nous avons l’émergence de l’auto-motivation. Cela mène aux âges de 10 et 11 ans où nous trouvons un équilibre d’âme incroyable. La recherche nous informe qu’à cet âge, nous avons le plus faible taux de mortalité infantile pour des causes à la fois naturelles et accidentelles.

1NDT : l’équivalent de notre maternelle.

signes du développement de l'adolescence

C’est le calme avant la tempête. La rivière sinueuse de la vie a traversé le calme tranquille d’un lac de haute montagne et emprunte maintenant une pente descendante. Elle se tord, tourne, développe sa vitesse, et soudainement commence à bouillir et à mousser. Vous remarquez à l’avance que l’air devient plus humide et que les premiers rapides arrivent. Le pic de l’enfance a été atteint – la puberté – la porte d’entrée des rapides vallonnés de l’adolescence.

Rudolf Steiner décrit l’adolescence comme le temps d’un « douce aspersion de la douleur qui ne disparaît jamais. » La puberté vient du latin « pubescere » qui signifie « être couvert de poil ». La puberté est très individualisée, en ce sens que le développement se produit à différents niveaux selon les différentes personnes. C’est souvent une période douloureuse et manquant d’assurance que l’on doit simplement passer.

Les statistiques indiquent que les filles atteignent la puberté entre 9 et 17 ans, même si je sais qu’elle se produit parfois à 8 ans et ai entendu des histoires à propos de plus jeunes. L’âge moyen est de 12 ans et 4 mois. Les garçons atteignent la puberté plus tard, de 10 à 18 ans. L’âge moyen est de 13 ans et 2 mois. Il est intéressant de noter que le début des règles chez les filles dépend des populations, de l’économie, de la nutrition, de la culture, et il se produit plus tard, curieusement, à des altitudes plus élevées, en milieu rural, dans les grandes familles et dans les écoles Waldorf. Ainsi, l’éducation Waldorf fait partie de la protection contre l’apparition précoce de l’adolescence.

Jerome Bruner de Harvard et Jean Piaget, de concert avec Rudolf Steiner, affirment que le cognitif s’éveille entre les âges de 12 à 14 ans. C’est l’émergence de la pensée vraie. Qu’est-ce que la pensée ? C’est une antipathie inconsciente. Dans Shakespeare, Hamlet dit : « Rien n’est bon ou mauvais, mais la pensée le fait ainsi. » Dans nos classes, nous observons des jeunes qui commencent à s’éloigner en entrant dans leur propre monde de pensées. À cet âge, les enseignants et les parents deviennent les pierres humides sur lesquelles les jeunes aiguisent leur capacité de raisonner. C’est un moment merveilleux et nécessaire pour le développement, ce n’est pas un problème ; embrassez-le avec joie, ne le craignez pas. La capacité que nous avons besoin de renforcer à l’intérieur de nous-même est celle de l’empathie. Nous devons retenir nos propres réactions / opinions et entrer dans l’être de l’adolescent avec intérêt, et compassion, tout en présentant un chaleureux sens de l’humour.

signes du développement de l'adolescence

Certains des signes extérieurs pour identifier la puberté sont : d’abord, les pieds commencent à se développer, suivis par les mains et enfin les jambes et les bras. Observez les garçons adolescents – tous soudainement, ils apparaissent involontairement dans des pantalons pour aller dans l’eau. La peau est visible entre les chaussettes et le bas de la jambe de pantalon. Les jambes ont une poussée de croissance avant que les parents ne puissent acheter de nouveaux pantalons ! Ils assument une promenade « en barque » et restent bouche bée. Le nouvel adolescents s’étire à la fois avec ses bras et ses jambes et il y en résulte une incroyable maladresse. Ils peuvent également marcher pesamment et plus agressivement et se bagarrer plus fréquemment, tout cela dans une tentative subconsciente pour entrer en contact avec leur propre ego en se heurtant les uns contre les autres, contre des tables, des chaises et des portes. C’est le moment où les enseignants du primaire pourraient dire : « Pourquoi les enseignants du secondaire ne tiennent-ils pas leurs enfants ? »

Les voix des filles tombent d’un ton : la voix du garçon tombe d’une octave complète. Le centre de gravité de l’adolescence tombe de la deuxième vertèbre cervicale à la vertèbre sacrée. La mâchoire se détache et semble s’avancer.

À l’intérieur, qu’est-ce qui se passe? Les poumons augmentent de taille à partir de l’âge de 10 ans. La respiration change – les garçons atteignent une inspiration qui remplit les 3/4 de leur diaphragme et le souffle d’une fille devient plus costal ou peu profond. La pression artérielle augmente et le cœur, tout en ne changeant pas de taille, devient plus dense, et double presque de poids. Le système lymphoïde diminue et il y a des plaintes fréquentes de maux de gorge. Il y a une incidence élevée d’infection dans les amygdales. 24 hormones majeures et 200 hormones mineures sont libérées. En grec, le mot « hormone » signifie exciter. Ces enfants ne le suscitent pas, mais, tout d’un coup, ils ont toutes ces choses qui se passent dans leur corps. Nous ne nous y référons pas comme « l’âge des hormones en rage » pour rien. Le jeune, une fois équilibré, peut maintenant montrer des signes de dépression, d’agressivité et de solitude – des comportements complètement différents que dans les jours remplis de joie de l’enfance.

Chez les jeunes femmes, on remarque que la graisse se redistribue – les lèvres épaississent, les hanches et les cuisses prennent forme et les seins se développent. Le squelette montre un modèle intéressant. La croissance à la fois accélère et décélère. Les jeunes éprouvent des douleurs dans leur corps comme les os poussent. C’est pourquoi ils ont besoin de tant de sommeil ; ils en ont besoin pour grandir sans douleur, parce que pendant le sommeil les tendons et les muscles relâchent leur prise sur les os. Il y avait un garçon que je connaissais à High Mowing et nous avons dû commander un nouveau lit pour lui après quelques mois d’école parce qu’il a brusquement augmenté d’une douzaine de cm et ne pouvait plus tenir dans sa couchette.

signes du développement de l'adolescence

D’autres caractéristiques sexuelles secondaires commencent à apparaître dans tout le corps. Alors, finalement, l’adolescent reconnaît un sens plus élevé que Rudolf Steiner a appelé le « Sens de la vie» – ce sens plus élevé que nous avons quand nous expérimentons le bien-être et la maladie, une conscience surveillant le corps entier. Parallèlement à cela, les adolescents possèdent une endurance revigorée qui cherche constamment à démontrer sa force. Maintenant, les jeunes commencent à chercher des défis et des obstacles à surmonter – sports de compétition, escalade, danse vigoureuse, et ainsi de suite. Ils sont chargés positivement d’énergie émotionnelle. Penser juste que tout cela se passe en même temps me donne envie d’aller au lit et de me reposer, mais nous les mettons dans une salle de classe et leur disons de s’asseoir. On leur demande d’être énormément assis à ce stade de leur vie.

Nous sommes mis au défi d’apporter une nouvelle forme à l’éducation de nos adolescents et nous espérons que cette conférence sera la graine de nouvelles possibilités.

* Les membres du groupe de base du projet Waldorf High School ont édité cet article et l’orateur l’a examinée, mais elle est considérée comme étant sous forme de projet nécessitant une revue complète. Elle est fournie pour que les écoles de l’AWSNA puissent utiliser le contenu.

– David Mitchell

Publications de l’AWSNA

AWSNA WHSRP

Nous sommes peu nombreux à faire l’instruction en famille avec de grands enfants sur la base de la pédagogie Steiner. Pour nous retrouver, nous rencontrer et dialoguer, deux lieux s’offrent à nous :

Comme toujours, pour que vous puissiez archiver cet article pour votre propre recherche, je vous propose de le télécharger ci-dessous :

signes du développement de l'adolescence

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Les signes du développement de l\'adolescence

10 Commentaires

  1. Amélie

    Merci Monique pour cette formidable traduction. Je n’en suis pas là avec mon plus grand mais je préfère commencer à m’informer sur cette période si intense du développement humain.
    J’ai beaucoup aimé aussi l’article de ce jour (26/12).
    Amitiés

    Réponse
    • Monique

      Merci Amélie !
      Je crois que lire ouvre bien des voix (voies !), alors ta démarche est très chouette !
      A bientôt 🙂

      Réponse
  2. Emilie Bauquis

    merci pour ce bel article que j’ai lu assidûment. Mon fils de 10 ans tente de s’épanouir déjà maintenant en ayant ses propres pensées et opinions. C’est intéressant de voir cette période car j’ai l’impression d’avoir devant moi un mini adulte déjà

    Réponse
    • Monique

      Merci à vous pour votre commentaire ! Je suis ravie que cet article vous plaise autant !
      10 ans est un tournant extrêmement important et déjà annonciateur, en effet 🙂

      Réponse
  3. Maman D'automne Les Saisons

    Bonsoir Monique,
    Tu sais je pense souvent a toi, vous, viens régulièrement ici, mais ne commente pas assez…. Dans tous les cas, sache que tes articles sont de vrai repères…. Je t’embrasse bien fort et te remercie….

    Réponse
    • Monique

      Coucou Maman d’automne, je te remercie beaucoup pour ton petit mot très chouette !
      Gros bisous et bonne lecture !

      Réponse
  4. Sylvie

    Comme j’aime tes articles Monique…

    Malgré de nombreuses lectures en anglais, j’aime bien faire le point avec tes publications.

    Dans mon cas, je vis «puissamment» l’adolescence chez nous puisque mes trois derniers ont 11, 13 et 17 ans (l’aîné a 20 ans).

    C’est une période tellement troublante je trouve.. pour eux, certes, mais pour moi qui les accompagne au quotidien. Je dois l’avouer, c’est une période tellement loin de l’enfance qu’elle me rend parfois nostalgique. Un point me console cenpendant, lorsque l’adolescent émerge de cet état, que j’aime appeler «latence», il se transforme admirablement en jeune adulte épanoui 😀

    Merci pour ton partage!

    Réponse
    • Monique

      Merci Sylvie pour tes mots et ton passage ici qui m’ont fait très plaisir 🙂
      Je connais aussi cette nostalgie de la petite enfance ; il y a deux jours, j’ai passé une après-midi avec des petits, et j’ai ressenti un grand plaisir à être avec eux. J’adore partager mes journées avec mes grandes, mais la petite enfance possède un charme incontournable !
      J’aime beaucoup ce que tu décris de la sortie de l’adolescence ; ça m’évoque plein de choses sur lesquelles je vais réfléchir.
      A bientôt 🙂

      Réponse
  5. isabelle

    bonsoir monique,
    tout d’abord encore un grand merci à toi que de défricher tout cela pour nous. même si je lis bien l’anglais c’est si puissant en français ! Je vois que tes filles te font réfléchir et que tu cherches des réponses, je ne sais pas ce que tu vis avec tes deux jeunes adolescentes moi je n’ai pas toutes les clés en mains avec ma grande de bientôt 14 ans. j’essaie de ne pas culpabiliser mais je mesure qq erreures éducatives que j’ai faites durant sa petite enfance car je ne connaissait pas bien l’éducation waldorf (elle était un peu une petite princesse et j’étais trop centrée sur elle, résultat avec d’autre frères et sœurs qui sont arrivées après, elle souffre bcp de cela et a bcp de colère et est très très exigeante…).

    Sinon, Je pense qu’il n’y a pas que les enfants instruit en famille avec cette pédagogie qui peuvent vivre les principes de l’éducation waldorf et plus largement adhérer à l’antroposophie. C’est accessible à tout le monde !

    Enfin,je me permet de te dire que tu as utilisé le terme forces formatives, j’ai l’habitude d’entendre au sujet du corps éthérique les « forces formatrices »

    je t’embrasse et j’en profite pour te dire que je savoure tous les soir (et en ce moment même )un peu de ta sauge mélangée avec un peu de graines de fenouil plus tilleul du jardin c’est excellent.

    Réponse
    • Monique

      Coucou Isabelle,
      Pour le moment, je ne cherche rien de plus que d’approfondir mes connaissances, constituer quelques repères, et sans doute amadouer encore quelques petites appréhensions restantes qui me sont tout à fait personnelles ! En fait, pour le moment, rien de majeur avec les filles ; mais, elles n’ont que 12 ans et nous entrons seulement dans l’adolescence… Je ne peux pas présager pour les années à venir même si j’ai assez confiance à vrai dire.
      Je suis sûre que tu trouveras la juste voie avec ta grande ; des erreurs, nous en faisons tous. J’ai tendance à croire qu’il n’y a rien irrattrapable 🙂
      Merci pour « forces formatrices » ! ça m’avait vraiment échapper. Je corrigerai le pdf d’ici peu et irai amender le texte juste après t’avoir répondu.
      Je pense comme toi que tout le monde peut adhérer à la pédagogie Steiner ; j’irai peut-être juste un peu plus loin : je pense qu’on peut y adhérer sans être anthroposophe et que ça n’est surtout pas un problème.
      Merci pour ton chouette commentaire et tes pensées du soir autour de la sauge de notre coin de Finistère !
      Bises et à bientôt 🙂

      Réponse

Causerie au coin des fees

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

45 Partages
Partagez30
Enregistrer13
Tweetez
Partagez2
Partagez
%d blogueurs aiment cette page :