Comment le cerveau droit et le cerveau gauche interviennent-ils dans l’apprentissage de la lecture, de l’écriture et de l’orthographe ?

Il est très important de comprendre les rôles respectifs du cerveau droit et du cerveau gauche dans les apprentissages fondamentaux que sont l’écriture, la lecture et l’orthographe. Il y a quelques jours j’ai publié la première partie de cet article qui décrit longuement les processus neurologiques à l’oeuvre dans l’apprentissage de la lecture, de l’écriture et de l’épellation. Cette deuxième partie la complète.

En fait, cette deuxième partie est une synthèse de la première et, finalement, nous permet d’aller à l’essentiel du précédent article qui était très long et très dense. Ainsi, dans un premier temps, nous pouvons assimiler cette synthèse, puis retourner au texte complet avec déjà des bases.

 Bonne lecture !

cerveau droit

Enseigner à nos enfants à écrire, à lire et à épeler: 2e partie

# 1 Question : Si je comprends bien ce que vous avez écrit dans la première partie, les enfants d’âge préscolaire ou de maternelle ne devraient pas être poussés à écrire, à lire ou à épeler, car cela pourrait créer des difficultés d’apprentissage à l’avenir?

Réponse : Oui, c’est vrai. La plupart des jeunes enfants, âgés de moins de 7 ans, n’ont pas fini de développer leurs voies neurologiques pour l’écriture, la lecture et l’orthographe. Premièrement, les enfants doivent avoir pleinement développé leur système proprioceptif pour pouvoir visualiser et imprimer dans leur mémoire les formes exactes des lettres et des chiffres qu’ils voient.

Ensuite, pour lire avec compréhension et épeler, les enfants doivent avoir développé leur cerveau droit pour la reconnaissance visuelle de petits mots (ex. si, le, est, sont, étaient, à, etc.) et leur cerveau gauche pour la phonétique, la possibilité de faire correspondre une lettre ou des lettres à des sons particuliers. En outre, ces enfants doivent également avoir développé le pont ou corps calleux pour permettre une communication simultanée entre les côtés droit et gauche – ou hémisphères – de leur cerveau. Lorsque toutes ces voies de lecture seront développées, les enfants seront capables de reconnaître instantanément les petits mots à l’aide de leur cerveau droit, de déchiffrer de plus gros mots phonétiquement en utilisant leur cerveau gauche et de créer des représentations imaginatives pour les mots qu’ils déchiffrent, une autre activité du cerveau droit. Lorsque ces voies de lecture seront pleinement développées, ces enfants seront en mesure de lire couramment, de faire des représentations imaginatives à partir des mots et des phrases qu’ils lisent, de comprendre ce qu’ils lisent et de disposer d’une mémoire visuelle leur permettant d’épeler plus facilement.

Maintenant, si les jeunes enfants, particulièrement les enfants de 4, 5 et 6 ans, sont poussés à lire ou à épeler, ils ne peuvent faire cette activité qu’en utilisant leur cerveau droit puisque le cerveau gauche et l’intégration bilatérale de leurs hémisphères cérébraux ne sont pas complètement développés. Ces enfants vont essayer de lire tous les mots par mémoire visuelle. Ils regarderont les premières et dernières lettres d’un mot et devineront. Un mot comme « stop » pourrait être lu comme « stamp », « stump » ou « step »1. Le cerveau droit travailler si dur à essayer de comprendre visuellement la forme de chaque mot, grand ou petit, qu’il n’est plus disponible pour créer des images internes des mots.

cerveau droitCes enfants peuvent toujours lire couramment, mais ils ne pourront pas déchiffrer des mots, épeler ou avoir une compréhension durable. La voie de lecture du cerveau droit est surchargée et les enfants finiront par être seulement des lecteurs visuels avec une orthographe et une compréhension pauvres. Par la suite, ces enfants sont souvent étiquetés comme ayant des difficultés d’apprentissage non verbales, car ils ont un esprit brillant, mais ne font pas de lecture, d’orthographe et de mathématiques (particulièrement les problèmes de mots qui dépendent des capacités de production d’images internes par l’enfant pour résoudre le problème).

Un autre domaine de difficulté est l’écriture. Souvent, les mains des enfants ne fonctionnent pas séparément l’une de l’autre avant l’âge de 6 ou 7 ans. Avant cet âge, les mouvements des doigts d’une main se reflètent dans les mouvements des mêmes doigts sur la main opposée. Cela rend l’écriture très difficile pour les jeunes enfants. De plus, l’écriture en script est une activité impliquant le cerveau gauche alors que l’écriture cursive, qui est fluide et non mécanique, nécessite à la fois le développement du cerveau droit et gauche ainsi que l’intégration bilatérale, la connexion entre les deux hémisphères.

# 2 Question : Qu’en est-il des enfants plus âgés de 2e, 3e, 4e, 5e et 6e années qui semblent toujours lire principalement par mémoire, ne peuvent pas sonder facilement les mots, ont de la difficulté à épeler et ont du mal à imaginer histoire qu’ils lisent ? Que se passe-t-il avec ces enfants ?

Réponse : Tout d’abord, je vérifierais si l’intégration bilatérale des côtés droit et gauche du cerveau s’est développée. Si les enfants peuvent faire le saut transversal, avec le bras et la jambe opposés s’étendant en même temps et que leur mouvement de saut est fluide et non mécanique, alors l’intégration bilatérale s’est développée. Si cette voie ne s’est pas développée, alors les traitements Biodynamiques d’Ostéopathie Crânienne suivis par la Thérapie d’Eurythmie Thérapeutique, les cours d’équitation Parelli, le Cours de l’Extra Leçon, ou les thérapies par mouvements d’intégration sensorielle (comme HANDLE, ou la Brain Gym, ou Bal-a-vis-x) seront nécessaire pour aider cette voie à se former pleinement. Souvent, le développement du système proprioceptif (sens du corps dans l’espace), du système vestibulaire (tonus musculaire, équilibre, articulation de la parole, suivi oculaire et convergence) ainsi que l’intégration bilatérale des hémisphères cérébraux droit et gauche sont compromis ou bloqués quand les enfants subissent une naissance par césarienne, un accouchement par forceps, la pitocine pour stimuler le travail, un travail prolongé ou un accouchement très rapide.

Une fois ces voies neurologiques « ouvertes » et développées, les enfants de 1re, 2e et 3e année peuvent commencer spontanément à lire phonétiquement, à noter l’orthographe des mots et à créer des représentations imaginatives à partir des mots qu’ils lisent dans une histoire ou un livre. Une fois que les enfants peuvent faire le saut transversal avec le bras et la jambe opposés, l’écriture cursive deviendra beaucoup plus facile et plus fluide. Incidemment, le dessin de formes et la pratique de l’écriture cursive aident à développer l’intégration bilatérale des hémisphères cérébraux et servent donc à renforcer les voies de lecture.

# 3 Question : Qu’en est-il des enfants des 4ème, 5ème et 6ème classe et même des enfants des classes plus âgées qui sont encore en train de lire à partir de la mémoire visuelle ? Ils comprennent généralement un mot en devinant et peuvent seulement déchiffrer lentement quelques mots phonétiquement. Ils peuvent encore avoir des difficultés avec l’orthographe et ne pas avoir beaucoup de capacité de compréhension ou de représentation interne lorsqu’ils lisent des histoires ? Que se passe-t-il dans cette situation ?

Réponse : Parfois, lorsque les enfants sont invités à lire et à épeler dès leur plus jeune âge ou que leurs voies de lecture sont bloquées, le cerveau droit est le seul hémisphère disponible pour la lecture. Par conséquent, ces enfants apprennent à lire chaque mot avec la mémoire visuelle. Plus tard (plusieurs années plus tard), leur cerveau gauche s’est peut-être développé pour la lecture, mais ils n’utilisent toujours pas le cerveau gauche comme principale méthode de lecture. Au lieu de cela, ces enfants regardent toujours les mots en utilisant leur cerveau droit et essayent de reconnaître les mots par la forme générale du mot et la première et la dernière lettres de chaque mot. S’ils ne peuvent pas comprendre ce mot par la vue, ils passent par l’utilisation de leur cerveau gauche et essayent de déchiffrer le mot phonétiquement. Tant que les enfants utilisent principalement leur cerveau droit pour reconnaître les mots par la mémoire, leur cerveau droit n’est pas libre pour la création d’images internes. De plus, ces enfants auront d’énormes problèmes d’orthographe car leur cerveau droit ne fait pas attention à la disposition des lettres dans un mot. Rappelez-vous que dans la « vraie lecture », le cerveau droit est utilisé pour reconnaître seulement environ 500 petits mots à vue, tandis que les autres milliers de mots sont décodés par le cerveau gauche utilisant la phonétique (déchiffrant des mots en faisant correspondre les sons aux lettres), par conséquent libérant le cerveau droit pour fournir simultanément une représentation imaginative du mot que le cerveau gauche a déchiffré.

cerveau droit

Chez ces enfants plus âgés, dont les voies d’intégration proprioceptive et bilatérale se sont finalement développées mais ne sont pas utilisées, je recommanderai un tutorat mettant l’accent sur la phonétique, la correspondance des sons aux lettres et le déchiffrement des mots. Il est plus bénéfique que ce tutorat soit accompagné de jeux de mouvements tels que jouer à la capture ou à l’épellation des mots en avant et en arrière tout en marchant sur une planche d’équilibre. Enseigner aux enfants les sons longs et courts de toutes les voyelles et les règles d’orthographe a maintenant un sens et stimule la zone de lecture dans l’hémisphère gauche du cerveau. Par exemple, une règle d’orthographe qui stimule le cerveau gauche serait que les enfants regardent des mots contenant deux voyelles dans une séquence et leur enseignent que la première voyelle est celle qui dit son nom tandis que l’autre est silencieuse (ex. oa dans « boat », ea dans « meat », ou dans « bead »)2. Une autre règle d’orthographe qui exerce le cerveau gauche serait que les enfants notent la voyelle unique au milieu d’un mot et leur enseigne que les voyelles utilisent leur son long dans des mots qui se terminent par « e » comme dans les mots « plane », « time » ou « stone ». Si les enfants sont poussés à apprendre la phonétique avant l’intégration bilatérale et que le cerveau gauche s’est pleinement développé, ils auront toujours du mal à lire et à épeler. Dans ce cas, les parents dépenseront des milliers et des milliers de dollars pour des heure intensives de soutien scolaire chaque jour pendant des années qui ne seront pas très efficaces. Les enfants deviendront très frustrés et apprendront à détester la lecture. Lorsque l’intégration bilatérale s’est développée, le soutien est amusant et facile, et ne nécessite que 1 à 2 heures par semaine pour les 1 à 2 prochaines années, les enfants apprenant les sons de toutes les lettres, les règles orthographiques et les mots.

# 4 Question : Comment sait-on quelle thérapie de mouvement ou tuteur serait les meilleurs pour un enfant particulier ?

Réponse : La chose la plus importante à rechercher est un thérapeute du mouvement et/ou un tuteur qui soit pleinement présent lorsqu’il travaille avec votre enfant. L’enfant doit aimer le thérapeute ou le tuteur et le thérapeute ou le tuteur doit aimer son travail et aimer votre enfant. Ce n’est pas un amour sentimental, mais un amour inconditionnel.

1NDT : il m’a paru plus judicieux de laisser les mots en anglais afin de mieux appréhender toutes les facettes du problème posé ; « stamp », « stump » et « step » signifient respectivement « timbre », « souche », « étape ».

2NDT : exemple qui semble surtout valoir pour la langue anglaise (essayer de faire fonctionner cet exemple en français avec le mot « bateau », ça ne fonctionne pas), c’est pourquoi j’ai laissé les mots dans cette langue. Je vous conseille d’ailleurs, si jamais vous ne la connaissez pas, d’écouter la prononciation anglaise de ces mots sur Internet afin de mieux saisir son explication. Vous pouvez les écouter sur des sites très différents Reverso ou encore Word Reference.

Licence Creative Commons
Enseigner à nos enfants à lire, écrire et épeler, partie 2, traduction de Monique Tedeschi est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.
Fondé(e) sur une œuvre à https://www.waldorflibrary.org/articles/1236-teaching-our-children-to-write-read-a-spell-part-1.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://www.chantdesfees.fr.
Partagez62
Enregistrer6
Tweetez2
Partagez2
72 Partages