De quoi le jeune enfant a-t-il vraiment besoin ?

C’est une question longuement posée et documentée dans la pédagogie Steiner. Ce dont le jeune enfant a vraiment besoin n’est pas si compliqué et surtout n’a rien de technique. L’article ci-dessous, traduit par mes soins, est un texte de Susan Howard, une grande pédagogue Steiner, qui nous livre clairement les clés de ce dont a besoin le jeune enfant.

L’article originel existe en anglais ; il est librement téléchargeable sur plusieurs sites, donc celui-ci.

Cet article complète harmonieusement des publications antérieures du site Chant des Fées, comme :

Je vous en souhaite une très bonne lecture et de profiter pleinement, en famille, de ses bienfaits !

jeune enfant

De quoi les jeunes enfants ont-ils vraiment besoin?

L’essentiel de l’éducation de Waldorf pour la petite enfance

par Susan Howard

Existe-t-il un programme Waldorf pour la petite enfance ? Existe-t-il des activités – jeux de marionnettes, jeux de cercle, aquarelle, par exemple, spécifiques à un programme Waldorf ? Y a-t-il des matériaux et des meubles – murs lasurés, poupées faites à la main, crayons de cire d’abeille et autres matériaux naturels – qui sont des ingrédients nécessaires dans un cadre Waldorf ? Qu’est-ce qui fait de l’éducation de la petite enfance une éducation Waldorf ? Rudolf Steiner a évoqué à plusieurs reprises les expériences essentielles au développement sain du jeune enfant.

Ceux-ci incluent :

• l’amour et la chaleur

• un environnement qui nourrit les sens

• des expériences créatives et artistiques

• des activités significatives des adultes à imiter

• un jeu libre et imaginatif

• la protection des forces de l’enfance

• gratitude, respect et émerveillement

• joie, humour et bonheur

• des aidants adultes poursuivant un chemin de développement intérieur

Amour et chaleur

Des enfants qui vivent dans une atmosphère d’amour et de chaleur, et qui ont autour d’eux de très bons exemples à imiter vivent dans leur élément approprié. – Rudolf Steiner, The Education of the Child

L’amour et la chaleur émotionnelle, plutôt que tout programme particulier destiné à la petite enfance, constituent la base du développement sain de l’enfant. Ces qualités doivent vivre entre l’adulte qui s’occupe de l’enfant et l’enfant, dans le comportement des enfants les uns envers les autres et parmi les adultes du centre de la petite enfance. Quand Rudolf Steiner a visité les classes de la première école Waldorf, il demandait souvent aux enfants : « Aimes-tu ton professeur ? » Les enfants sont également servis si cet amour et cette chaleur existent dans les relations entre les enseignants et les parents, entre les enseignants de la petite enfance et le reste de l’école. dans la communauté environnante.

Un environnement qui nourrit les sens

La tâche essentielle de l’enseignant de jardin d’enfants est de créer un environnement physique approprié autour des enfants.

L’environnement physique doit être compris dans le sens le plus large que l’on puisse imaginer. Cela inclut non seulement ce qui se passe autour des enfants dans le sens matériel, mais tout ce qui se passe dans leur environnement, tout ce qui peut être perçu par leurs sens, qui peut agir sur les pouvoirs intérieurs des enfants à partir de l’espace physique environnant. – Rudolf Steiner, The Education of the Child

L’apprentissage précoce est profondément lié au corps physique et aux expériences sensorielles de l’enfant. Tout ce que le jeune enfant voit, entend et touche a un effet. Ainsi, un environnement propre, ordonné, beau et calme est essentiel.

L’environnement physique, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur, devrait offrir des possibilités variées et enrichissantes d’expérimentations personnelles en matière de contact, d’équilibre, de mouvements vifs et joyeux, ainsi que d’écoute intérieure. Les enfants doivent participer à des activités en grand groupe, en petit groupe et en solitaire.

En intégrant divers éléments dans un environnement harmonieux et significatif, l’enseignant crée un environnement accessible à la compréhension, au ressenti et à la volonté active de l’enfant. Les soins, l’amour et l’intention exprimés à travers les matériaux et l’ameublement extérieurs des classes sont expérimentés inconsciemment par l’enfant. L’enfant expérimente l’environnement immédiat comme doté d’une âme et propice.

L’adulte façonne l’environnement temporel et spatial. Grâce à un programme rythmé, dans lequel la même chose se produit au même moment, tous les jours, toutes les semaines ou tous les mois, l’enfant acquiert un sentiment de sécurité et de confiance dans le monde. En outre, les différentes activités de la journée doivent se dérouler dans un flux confortable avec des transitions en douceur.

jeune enfant

Expérience créative et artistique

Pour devenir de véritables éducateurs, nous devons être en mesure de percevoir l’élément véritablement esthétique du travail, afin d’apporter une qualité artistique à nos tâches. … [Si nous apportons cet élément esthétique, alors nous commençons à nous rapprocher de ce que l’enfant exprime de sa propre nature. – Rudolf Steiner, A Modern Art of Education

Dans la salle de classe de la petite enfance, l’art de l’éducation est l’art de vivre. Le professeur est un artiste dans la manière dont il perçoit et se relie aux enfants et aux activités de la vie quotidienne. Il orchestre et chorégraphie les rythmes de chaque jour, de chaque semaine et de chaque saison de manière à ce que les enfants puissent respirer librement dans une structure vivante.

En outre, l’enseignant offre aux enfants des expériences artistiques de chant et de musique, de mouvements et de gestes, à travers l’eurythmie et les jeux rythmiques, et de discours et langage créatifs, à l’aide de versets, de poèmes et d’histoires. Les enfants modèlent avec de la cire d’abeille, dessinent et font de l’aquarelle. Les spectacles de marionnettes organisés par l’enseignant constituent un élément important de la vie du jardin d’enfants.

Activité significative des adultes à imiter

La tâche de l’enseignant de maternelle est d’adapter les activités pratiques de la vie quotidienne de manière à ce qu’elles soient appropriées à l’imitation de l’enfant par le jeu. … Les activités des enfants de la maternelle doivent provenir directement de la vie elle-même plutôt que d’être « pensées » par la culture intellectualisée des adultes. Au jardin d’enfant, le plus important est de donner aux enfants la possibilité d’imiter directement la vie elle-même. – Rudolf Steiner, Changing Consciousness

Un travail réel, significatif, avec un but, adapté aux besoins de l’enfant, correspond au besoin naturel et inné de l’enfant pour le mouvement et constitue une activité éducative extrêmement importante. L’enseignant se concentre sur les activités significatives qui nourrissent la vie en classe « à la maison », telles que cuisiner et cuire au four, jardiner, faire la lessive et le nettoyage, créer et entretenir le matériel dans l’environnement immédiat, et prendre soin des besoins corporels des enfants.

Cette attention dirigée de l’enseignant crée une atmosphère de liberté dans laquelle l’individualité de chaque enfant peut être active. Il n’est pas prévu que les enfants copient simplement les mouvements et les actions extérieurs de l’adulte, mais qu’ils expérimentent également l’attitude intérieure : la dévotion, l’attention, la détermination, la concentration et l’esprit créatif de l’adulte.

Jeu libre et imaginatif

Dans l’activité de jeu de l’enfant, nous ne pouvons que fournir les conditions de l’éducation. Ce qui est gagné par le jeu, par tout ce qui ne peut être déterminé par des règles fixes, découle fondamentalement de l’activité autonome de l’enfant. La véritable valeur éducative du jeu réside dans le fait que nous ignorons nos règles et réglementations, notre théorie de l’éducation, et laissons la liberté à l’enfant. Rudolf Steiner, « Self Education in the Light of Spiritual Science »

Les jeunes enfants apprennent par le jeu. Ils abordent le jeu d’une manière tout à fait individuelle, hors de leur configuration unique d’âme et d’esprit, et de leurs expériences uniques du monde dans lequel ils vivent. La manière dont un enfant joue peut donner une idée de la manière dont il assumera son destin en tant qu’adulte.

L’enseignant a pour tâche de créer un environnement propice à la possibilité de jouer sainement. Cet environnement comprend l’environnement physique, le mobilier et les matériaux de jeu, l’environnement social des activités et des interactions sociales, ainsi que l’environnement intérieur / spirituel des pensées, des intentions et de l’imagination portées par les adultes.

Expérience créative et artistique

Pour devenir de véritables éducateurs, nous devons être en mesure de percevoir l’élément véritablement esthétique du travail, afin d’apporter une qualité artistique à nos tâches. … [Si nous apportons cet élément esthétique, alors nous commençons à nous rapprocher de ce que l’enfant exprime de sa propre nature. – Rudolf Steiner, A Modern Art of Education

Dans la salle de classe de la petite enfance, l’art de l’éducation est l’art de vivre. Le professeur est un artiste dans la manière dont il perçoit et se relie aux enfants et aux activités de la vie quotidienne. Il orchestre et chorégraphie les rythmes de chaque jour, de chaque semaine et de chaque saison de manière à ce que les enfants puissent respirer librement dans une structure vivante.

En outre, l’enseignant offre aux enfants des expériences artistiques de chant et de musique, de mouvements et de gestes, à travers l’eurythmie et les jeux rythmiques, et de discours et langage créatifs, à l’aide de versets, de poèmes et d’histoires. Les enfants modèlent avec de la cire d’abeille, dessinent et font de l’aquarelle. Les spectacles de marionnettes organisés par l’enseignant constituent un élément important de la vie du jardin d’enfants.

jeune enfant

Protection des forces de l’enfance

Bien qu’il soit absolument nécessaire que chaque personne soit pleinement éveillée à un âge avancé, il faut absolument permettre à l’enfant de rester aussi longtemps que possible dans l’état d’imagination picturale paisible et onirique dans lequel il passe ses premières années de vie. Car si nous permettons à son organisme de devenir fort de cette manière non intellectuelle, il développera correctement l’intellectualité dont le monde a aujourd’hui besoin. – Rudolf Steiner, « A modern Art of Education »

Le rêve vivant et éveillé de la conscience du jeune enfant doit pouvoir s’épanouir dans le groupe de la petite enfance. Cela signifie que l’enseignant refrène autant que possible les instructions verbales. Au lieu de cela, ses gestes et ses actions constituent un modèle à imiter pour l’enfant. Les rythmes et activités quotidiens familiers fournissent un contexte dans lequel le besoin d’instruction verbale est réduit. Des images simples et archétypales dans des histoires, des chansons et des jeux fournissent des expériences que les enfants peuvent intérioriser, mais qui ne nécessitent pas de réflexion ou d’explication intellectuelle ou critique.

Gratitude, respect et émerveillement

Si, au cours de la première période de la vie, nous créons une atmosphère de gratitude autour des enfants, alors de cette gratitude envers le monde, envers l’univers entier, et aussi de la gratitude de pouvoir être en ce monde, un sens profond et chaleureux de dévotion va naître … droit, honnête et vrai. – Rudolf Steiner, « Che Child’s Changing Consciousness »

La première expérience de gratitude est à la base de ce qui deviendra une capacité pour un amour et un engagement profonds et intimes dans la vie future, pour le dévouement et la loyauté, pour la véritable admiration des autres, pour la ferveur spirituelle ou la dévotion, et pour se mettre de tout coeur au service du monde.

Joie, humour et bonheur

Si vous faites la grimace de manière à donner l’impression à un enfant que vous êtes une personne grincheuse, cela lui fait du mal pour le restant de ses jours. Quel genre de plan d’école vous faites n’est ni ici ni là-bas ; ce qui compte, c’est quel genre de personne que vous êtes. – Rudolf Steiner, « The Kingdom of Childhood »

La détermination du professeur à l’égard de son travail et de ses efforts sérieux doit être contrebalancée par de l’humour et un comportement qui témoigne du bonheur. Il doit y avoir chaque jour des moments d’humour et de délice dans la salle de classe.

Des aidants adultes sur la voie du développement intérieur

Pour le jeune enfant avant le changement de dents, la chose la plus importante dans l’éducation est l’être de l’enseignant. – Rudolf Steiner, « Essentials of Education »

Les jeunes enfants ont besoin de passer du temps dans la nature pour y vivre émerveillement et joie. Il suffit de penser aux sentiments qui naissent dans l’âme de l’éducateur de la petite enfance qui réalise : Ce que j’accomplis avec cet enfant, je l’accomplis pour la personne adulte à ses vingt ans. Ce qui compte, ce n’est pas tant la connaissance des principes éducatifs abstraits ou des règles pédagogiques. … Ce qui importe, c’est qu’un sens profond des responsabilités se développe dans nos cœurs et nos esprits et affecte notre vision du monde et notre position dans la vie. Rudolf Steiner, « Education in the Face of the Present-Day World Situation »

Nous arrivons ici à l’environnement spirituel de la petite enfance : les pensées, les attitudes et l’imagination qui vivent chez l’adulte qui s’occupe des enfants. Le domaine invisible qui se cache derrière les actions extérieures de l’enseignant a une profonde influence sur le développement de l’enfant.

L’environnement spirituel comprend la reconnaissance de l’enfant en tant qu’être triple – corps, âme et esprit – sur le chemin du développement évolutif à travers des vies répétées sur la Terre. Cette reconnaissance constitue une base pour les activités quotidiennes à la maternelle et pour la relation entre adulte et enfant. Une telle compréhension de la nature et du destin de l’être humain découle de la vie intérieure de l’adulte, de l’ego. C’est un domaine qui est en grande partie caché et il est donc difficile d’observer directement et d’évaluer objectivement. Pourtant, à terme, ce domaine pourrait affecter le développement des enfants plus profondément. Ce n’est pas simplement notre activité extérieure qui influence l’enfant en croissance. Ce qui se cache et s’exprime à travers cette activité extérieure est également crucial. En fin de compte, l’influence la plus profonde sur l’enfant est ce que nous sommes en tant qu’êtres humains et qui nous devenons et comment.

jeune enfant

Conclusion

Les « éléments essentiels » décrits ici sont de nature qualitative. Pour la plupart, ils ne font pas partie d’un ensemble de « pratiques optimales » concrètes. Ils concernent plutôt les qualités et les attributs intrinsèques de l’enseignant qui favorisent un développement sain chez les jeunes enfants.

Ces qualités peuvent s’exprimer de différentes manières, en fonction :

• de la tranche d’âge des enfants du groupe et de leurs caractéristiques individuelles;

• de la nature du programme particulier – un programme de jardin d’enfants, de groupe de jeu ou de soins prolongés; et

• de l’environnement et de l’entourage – urbain ou rural, à la maison ou à l’école ou au centre de la petite enfance.

De nombreuses pratiques qui ont été associées à l’éducation Waldorf-Steiner de la petite enfance – certains rythmes et rituels quotidiens, matériel de jeu, chansons, histoires, même les couleurs des murs, la tenue des adultes et le menu du goûter – peuvent être pris à tort comme des éléments essentiels. Les résultats de telles hypothèses peuvent être surprenants, voire dérangeants – une table de la nature avec le Roi Hiver apparaissant sous un climat tropical en « hiver » ou des poupées à la peau rose et aux cheveux jaunes dans une crèche où tous les enfants ont la peau et les cheveux noirs. De telles pratiques peuvent indiquer une tendance à adopter une approche doctrinale ou dogmatique qui ne correspond pas aux réalités de la situation immédiate mais qui impose plutôt quelque chose de « l’extérieur ». Il existe une préoccupation parallèle à l’autre bout du spectre depuis le doctrinal ou dogmatique. La liberté offerte par l’éducation Waldorf à chaque enseignant de déterminer les pratiques de son programme pour la petite enfance peut être interprétée à tort comme signifiant que tout est permis, selon ses préférences et son style. Là aussi, il existe un risque que les réalités du développement et les besoins des enfants ne soient pas suffisamment pris en compte. Chacune de ces approches unilatérales peut être préjudiciable au développement des enfants. En tant qu’éducateurs Waldorf pour la petite enfance, nous recherchons constamment une voie du milieu, universellement humaine, entre les polarités. Les conseils de Rudolf Steiner au début des années 1920 à la première institutrice Waldorf, Elizabeth Grunelius, peuvent être résumés comme suit :

• Observez les enfants.

• Méditez activement.

• Suivez vos intuitions.

• Travaillez pour que toutes vos actions soient dignes d’être imitées.

Aujourd’hui, ceux d’entre nous qui travaillent avec de jeunes enfants dans un environnement Waldorf sont invités à s’engager dans un processus de renouvellement constant. Nous devons observer activement les enfants dont nous avons la garde, les porter dans nos méditations et chercher à travailler de manière consciente et artistique pour créer les expériences qui serviront leur développement. Notre dévouement à cette tâche nous éveille à l’importance de notre propre éducation et transformation dans le contexte de la communauté. Notre étude continue du développement de l’enfant et du développement humain, nos propres pratiques artistiques et méditatives et notre travail avec l’anthroposophie, indépendamment et conjointement avec d’autres, deviennent des éléments essentiels de la pratique de l’éducation de la petite enfance Waldorf. Ici, nous pouvons faire l’expérience que nous ne sommes pas seuls dans ce voyage. Nous sommes soutenus par nos rencontres mutuelles et par le partage de nos idées, de nos expériences et de nos connaissances. Nous sommes aidés également par ces êtres spirituels qui sont attachés à notre développement continu et au renouveau de la culture que l’éducation Waldorf cherche à servir.

SUSAN HOWARD est la coordinatrice de la Waldorf Association of North America (WECAN). Elle est également active en tant que mentor et conseillère auprès des jardins d’enfants Waldorf et en tant que coordinatrice de l’International Association for Steiner/Waldorf Early Childhood Education (Association internationale pour l’éducation de Steiner-Waldorf pour la petite enfance), basée à Stockholm (www.iaswece.org). Susan vit à Amherst, dans le Massachusetts, avec son mari, Michael, artiste, écrivain et éducateur pour adultes.

Crédit photo, dans l’ordre : Alteredego ; Free-Photo ; AdinaVoicu ; PlatinumPortfolio ; Jvalley678 sur Pixabay

jeune enfant jeune enfant jeune enfant jeune enfant jeune enfant jeune enfant jeune enfant

Licence Creative CommonsJardin d'enfants : ce dont le jeune enfant a vraiment besoin, traduction de Monique Tedeschi est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d’Utilisation Commerciale - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.Fondé(e) sur une œuvre à https://www.waldorflibrary.org/images/stories/articles/waldorfkindergartenreprint.pdf.Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à https://www.chantdesfees.fr.
265 Partages
Partagez259
Enregistrer5
Tweetez
Partagez1