Profitant d’un petit peu plus de temps pour piocher dans ma pile de livres à lire, je découvre Les armes de la non violence d’Olivier Maurel. Les armes de la non violence est un petit livre très dense paru en avril 2019 aux Éditions La Plage. Olivier Maurel est d’abord connu pour son célèbre « La fessée, questions sur la violence éducative » ; véritable porte-parole d’une enfance sans punitions ni châtiments corporels, son livre a influencé de très nombreuses personnes engagées dans le changement de leur comportement éducatif. Olivier Maurel est aussi le fondateur de l’OVEO (Observatoire de la Violence Éducative Ordinaire).

Olivier Maurel nous livre ici presque 145 pages extrêmement documentées, enrichies de son analyse très fine des armes de la non violence. Car, évidemment, si l’on veut changer nos comportements et transmettre la non-violence, notamment à nos enfants, il convient de faire un état des lieux de nos moyens. (Les armes de la non violence est finalement une très bonne réponse à ce que j’écrivais il y a peu à propos du sentiment d’impuissance dans mon article sur la trilogie Les puissants de Vic James…)

Voici quelques notes à propos du livre Les armes de la non violence :

Les armes de la non violence

Introduction du livre Les armes de la non violence

Nos systèmes politiques (occidentaux) sont à bout ; la démocratie représentative a montré ses limites : les inégalités sont énormes, des régimes populistes sont en place, et les libertés publiques sont de plus en plus menacées. Comme le dit Olivier Maurel, « On pourrait en tirer la conclusion que les plus faibles sont condamnés à se résigner et à se soumettre à la force et à la violence physique, militaire, économique, financière » (page 4).

Mais, en fait, il y a beaucoup de moyens à notre portée. Olivier Maurel insiste sur ce fait : beaucoup de moyens non violents existent ; cette information doit être véhiculée et il espère que ce livre y contribuera.

J’aime beaucoup ce qu’il dit de la cohérence de la non violence (car ce qui est cohérent s’intègre et se transmet facilement) : « (…) la décision d’agir en respectant les personnes, loin d’affaiblir l’action, la renforce en la rendant d’autant plus agressive à l’égard du système que l’on conteste, qu’on respecte scrupuleusement les personnes qui la représentent  » (page 6).

Les armes de la non violence est divisé en trois parties :

  • Une très grosse première partie : Les armes non violentes
  • Deux cas particuliers
  • De la théorie à la pratique – Dans la durée.

Partie 1

Tout d’abord, un certain nombre de questions préalables sont évoquées. Très intéressantes, elles portent sur des interrogations très variées telles que :

  • La non violence, est-ce s’illusionner sur la nature humaine ?, ou encore
  • « Réussit-elle toujours » ?
  • Donc des questions très diverses, mais qui sont souvent évoquées pour réfuter l’utilisation de la non violence, légitimement ou de manière plus tordues.

Chaque réponse est énormément étayée de données factuelles, mais aussi analytiques et morales.

La première partie est divisée en 12 chapitres.

Chapitre 1 La volonté de réussir

Comment entretenir la volonté de réussir, ainsi que la question de savoir si l’on peut déclencher seul des actions non violentes font l’objet de ce chapitre.

Je le précise à nouveau : chaque point est abondamment argumenté et fait de ce livre, petit mais extrêmement complet, un manuel très intelligent destiné à tous ceux qui veulent mettre en oeuvre des actions non violentes dans leur vie. Je ne peux, bien évidemment, que vous restituer ici un aperçu très édulcoré de l’immense travail accompli par Olivier Maurel.

Chapitre 2 Une cause communicable

Quelles sont les causes que l’on peut défendre par la non violence ? Quelle cohérence impliquent-elles ?

Eh oui, car certaines causes sont davantage défendables que d’autres du point de vue de la non violence.

Chapitre 3 La parole, la discussion, la négociation, la protestation

Voici un chapitre très instructif qui fait notamment le point sur la distinction entre conflit et violence. il aborde aussi le point de l’évolution possible du droit vers la reconnaissance de certaines actions citoyennes non violentes.

Chapitre 4 La médiation

Le médiateur est montré ici comme une personne ressource dont le rôle devrait être davantage développé tant il y a des avantages pour tous à cette généralisation, notamment en redonnant la parole à ceux qui ne l’ont pas eue. Une initiative qui se répand d’ailleurs dans des écoles où certains enfants sont formés à la médiation, avec tous les bienfaits qui en découlent pour tous.

Les armes de la non violence

Chapitre 5 La loi et le droit

Il arrive que le droit soit progressiste (c’est un de ses aspects qui me passionne le plus) comme quand la loi sur l’IVG a été adoptée, ou quand les militants tentent de faire adopter la loi anti-fessée ; on peut aussi citer les pressions et discussions menées autour de la reconnaissance des animaux comme des personnes non humaines…

Le recours au droit et à l’évolution de celui-ci sont des nécessités dans un état dit démocratique.

Chapitre 6 L’information

Ce chapitre regorge d’idées non violentes pour faire circuler l’information. Il parle aussi des caractéristiques de cette dernière. L’aspect manuel à destination des militants non violents est ici très net, tenant compte notamment du degré de liberté d’expression dans un pays donné.

Chapitre 7 Le respect des personnes

Dans  Les armes de la non violence, Olivier Maurel illustre son propos de citations régulières passionnantes. Celle-ci est particulièrement forte :

« Je suis décidé à défendre mes droits à travers un dialogue non violent avec toi, même si tu m’as maltraité« .

Han Dongfang, fondateur du premier syndicat chinois indépendant.

De quoi nous faire beaucoup réfléchir.

Le respect des personnes est une arme. L’action non violente consiste à s’attaquer au système, pas à ceux qui en font partie. Le cours à la violence, au contraire, consolide le pouvoir en place.

Ce chapitre aligne les réflexions intéressantes telle que « Un des buts de l’action non violente est d’activer le plus possible l’humanité à tous les niveaux du système auquel on s’oppose ». Les réflexions de l’auteur sont étayées de multiples exemples historiques. Beaucoup de situations sont envisagées de manière très concrète, au cas par cas.

Chapitre 8 La non coopération légale

La non coopération, c’est cesser de coopérer au fonctionnement d’un système. Cela peut être un acte qui paraît insignifiant, comme le fait de refuser d’acheter certains produits.

La non coopération est présentée ici sous toutes ses formes : grève, boycott, démission, etc… et sous toutes ses formes légales.

Chapitre 9 La non coopération illégale ou désobéissance civile

« Ce qui menace la démocratie aujourd’hui comme hier, ce n’est pas la désobéissance civile, mais l’obéissance servile« 

Jean-Marie Muller

« Lorsqu’un pouvoir, par son arbitraire et la multiplication de ses injustices, a perdu sa légitimité, et lorsque tous les moyens légaux ont été employés pour obtenir sa suspension, la désobéissance devient légitime non seulement à l’égard des lois injustes, mais aussi à l’égard de toute loi émanant de ce pouvoir » (page 69).

Olivier Maurel nous explique les critères pour qu’il y ait désobéissances civiles (et non simplement « acte de délinquance »). Il donne aussi beaucoup d’éléments pour faire face à la répression sur la manière de soutenir les victimes, comment trouver des nouveaux alliés, affaiblir l’adversaire…

Comme vous le voyez, c’est, là aussi, un chapitre très concret, analysé avec minutie.

Les armes de la non violence

Chapitre 10 L’obstruction civile

Ce sont les « formes d’action qui consistent non plus seulement à refuser de coopérer, mais aussi à faire obstacle aux projets de l’adversaire et au fonctionnement de son système ». (page 75)

L’obstruction civile revêt des formes très différentes :

  • obstacle humain
  • comportements embarrassants
  • saturation
  • obstacles physiques
  • suppression d’éléments indispensables
  • embargo
  • jusqu’à l’usurpation civile lorsque les agents des administrations étatiques suivent les consignes d’un autre pouvoir que le pouvoir en place.

Chapitre 11 Une nouvelle forme de désobéissance civile : les lanceurs d’alerte

La plupart des lanceurs d’alerte ont eu leur carrière détruite, ont souvent dû s’exiler, car ils ont été sanctionnés par leur État d’appartenance.

Chapitre 12 Programme constructif

Toute action non violente ne doit pas seulement refuser une violence inacceptable, elle doit aussi proposer des actions positives et constructives, des alternatives montrant la responsabilisation des opposants.

Deuxième partie : Deux cas particuliers

Dans Le premier chapitre, Olivier Maurel offre un panorama des actions non violentes qui peuvent être employées à distance.

Le deuxième chapitre, très intéressant, évoque quelle action non violente entreprendre en cas d’agressions individuelles. Nous avons tous, un jour ou l’autre, subit une / des forme(s) plus ou moins grave(s) d’agression individuelle.

la façon dont nous y répondons est cruciale. Véritablement, notre attitude intérieure dans une telle situation peut déterminer une issue agréable pour tous les protagonistes.

Partie trois : De la théorie à la pratique – dans la durée

Cette partie est intégralement consacrée à des exemples. Ils portent sur les moyens d’action relatés précédemment et sont issus de l’actualité assez récente, nationale comme internationale.

Les armes de la non violence

Chacun, à son niveau, dans sa vie quotidienne, peut s’inspirer de ce livre et en appliquer certains préceptes.

Je pense par exemple :

  • aux parents qui instruisent leurs enfants et veulent se sentir assuré face à l’administration de l’Éducation Nationale ; certaines familles dans ce cas vivent des situations conflictuelles et ce livre leur serait utile ;
  • aux parents qui décident de ne pas recourir à la violence éducative dans leurs rapports avec leurs enfants et qui se trouvent parfois confrontés à une famille élargie qui les critique, les met en échec et en position de devoir justifier des choix qui n’appartiennent qu’à eux…

Mais, plus généralement, je pense aussi à toute personne en France, ce pays où nos libertés publiques sont de plus en plus en danger et grignotées par le pouvoir étatique. Un tel livre nous offre de nombreuses pistes pour faire avancer nos actions de manière non violente.

Les armes de la non violence est véritablement une mine d’informations précieuses dans laquelle piocher inspiration et idée. Très dense, il est toute à lire en prenant son temps !

Produits disponibles sur Amazon.fr

Crédits photo, dans l’ordre d’apparition : ActivediaPixel2013, Sutorimedia, Bessi sur Pixabay.

Chèr(e)s lectrices et lecteurs,

Les liens affiliés permettent principalement aux fées de rémunérer l'hébergeur (O2Switch), certains services logiciels apportant au site des fonctionnalités payantes (plugins premium).

Ces liens portent uniquement sur des livres que j'ai choisis avec soin, parce qu'ils correspondent à la ligne éditoriale de Chant des Fées et répondent à des critères de qualités, de valeurs humanistes, écologiques, artistiques et créatives. Naturellement, je lis tous les livres que je recommande.

Chant des Fées contient plus de 500 articles entièrement gratuits, un chiffre qui est en évolution constante. Cela représente un temps de travail que votre participation, en cliquant sur ces liens affiliés, ne rémunère pas à proprement dit ; cependant, votre action renvoie tout de même de la valeur au travail considérable effectué, et soutient l'auteure, sans omettre celle que vos commentaires et échanges apportent aux fées ! Elles vous remercient chaleureusement pour votre compréhension.
- Monique

42 Partages
Partagez40
Enregistrer1
Tweetez
Partagez1
%d blogueurs aiment cette page :