Pourquoi un exemple d’introduction de la grammaire ?

J’ai un peu le sentiment que nous sommes assez nombreux en IEF à avoir attendu la classe 4 (pédagogie Steiner) pour une introduction de la grammaire, lorsque l’on fait la mythologie nordique et que l’on peut structurer les temps passé/présent/futur grâce aux trois nornes. C’est pourquoi je pense qu’un exemple d’introduction de la grammaire s’impose !

En effet, à y regarder de plus près, The Tasks and content préconise qu’en classe 2, les enfants soient introduits de manière imaginative au caractère actif des verbes, à la qualité nominative des noms, et celles de description des adjectifs et adverbes. Cela doit être fait de manière simple, tout comme la formation des phrases. La ponctuation est enseignée de manière « implicite » sur la base des rythmes qui indiquent le début, la fin d’une phrase ou bien une pause à l’intérieur de celle-ci.

Rudolf Steiner voulait une grammaire vivante qui permette aux enfants de s’éveiller à la structure vivante du langage. Pour cela, il conseillait que les enfants ressentent que les phrases sont dites avec des sentiments différents : l’affirmation évoque un sentiment bien différent de la question.

Intonation, emphase, mélodie, permettent donc d’enseigner la grammaire de manière artistique. Enfin, comme la structure de bases de la phrase est ainsi acquise, le point, la virgule et le point d’interrogation sont enseignés.

L’exploration systématique de la nature des mots est introduite dans une seconde leçon en classe 3, en commençant avec les noms, les verbes, les adjectifs et les adverbes. Le but n’est pas seulement de rendre conscients des principes mais aussi d’éveiller l’enfant aux relations que la grammaire et la syntaxe rendent possible.

Dans School as a journey, vous trouvez pages 60 et suivante un exemple d’introduction de la grammaire à l’aide d’un jeu qui permet de « travailler » le nom, le verbe, l’adjectif et l’adverbe. Grâce à un sketch créé par un autre enseignant Steiner, Torin Finser fait jouer un rôle aux enfants qui met en scène leur travail avec les mots ; bien sûr, c’est davantage faisable de cette manière avec un groupe d’enfants, mais si vous ne vous occupez que d’un seul enfant, de petits personnages peuvent venir vous aider à le réaliser de manière vivante ; l’enfant pouvant les faire jouer tour à tour, par exemple. Ou bien, des membres de la famille élargie, ou des amis, peuvent aussi se prêter au jeu !

Voici le jeu : la famille royale est assise ; chaque membre porte une couronne :

  • la reine Nom a une couronne bleue
  • le roi Verbe une rouge
  • la princesse Adjectif une verte
  • et le prince Adverbe une orange

Les couleurs seront évidemment reprises au cahiers, avant et/ou après le sketch pour écrire les noms en bleu, les verbes en rouge, les adjectifs en vert et les adverbes en orange. On est là sur une façon de faire qui rejoint pas mal celle inventée par Maria Montessori.

L’action se déroule ainsi :

La classe (ou le groupe d’enfant, ou l’enfant seul) : Dis-moi qui ou quoi !

La reine : Le cheval ! (la reine donne différents noms à chaque fois, ce qui rend le jeu plus vivant)

La classe : Quelle sorte de cheval ?

La princesse : un cheval tacheté blanc et noir !

La classe : Que fait le cheval tacheté blanc et noir ?

Le roi : Il galope !

La classe : Comment galope le cheval tacheté blanc et noir ?

Le prince : Rapidement !

La classe : Le cheval tacheté noir et blanc galope rapidement.

Ce jeu aide les enfants à apprendre la structure des phrases, à étendre leur vocabulaire et leur donne des opportunités d’interactions sociales avec humour.

J’imagine qu’ensuite les phrases trouvées peuvent être reportées au cahier avec les couleurs appropriées.

C’est un exemple d’introduction de la grammaire qui est très intéressant, ludique et vivant !

(Crédit photo Congerdesign sur Pixabay)

Chèr(e)s lectrices et lecteurs,

Les liens affiliés permettent principalement aux fées de rémunérer l'hébergeur (O2Switch), certains services logiciels apportant au site des fonctionnalités payantes (plugins premium).

Ces liens portent uniquement sur des livres que j'ai choisis avec soin, parce qu'ils correspondent à la ligne éditoriale de Chant des Fées et répondent à des critères de qualités, de valeurs humanistes, écologiques, artistiques et créatives. Naturellement, je lis tous les livres que je recommande.

Chant des Fées contient plus de 535 articles entièrement gratuits, un chiffre qui est en évolution constante. Cela représente un temps de travail que votre participation, en cliquant sur ces liens affiliés, ne rémunère pas à proprement dit ; cependant, votre action renvoie tout de même de la valeur au travail considérable effectué, et soutient l'auteure, sans omettre celle que vos commentaires et échanges apportent aux fées ! Elles vous remercient chaleureusement pour votre compréhension.
- Monique

81 Partages
Partagez78
Enregistrer2
Tweetez
Partagez1
%d blogueurs aiment cette page :