Courtes chroniques

Courte chronique : L’écoféminisme en questions

par | Fév 27, 2022 | Femme, Courtes chroniques, Ressources Parents | 0 commentaires

L’écoféminisme en question

Les éditions La Plage ont sorti il y a quelques mois L’écoféminisme en questions – Un nouveau regard sur le monde, écrit par Pascale d’Erm et puissamment illustré par Anna Maria Riccobono. Pascale d’Erm est journaliste et autrice ; dans un sens large, son sujet de prédilection est l’écologie. Mais, plus précisément, ses recherches se sont orientées sur le lien que les femmes entretiennent de manière serrée avec leur environnement naturel. Il en a d’ailleurs résulté le très beau « Soeurs en écologie » et la notion de « sororité écologique ».

L'écoféminisme en questionsAvec ce livre, Pascale d’Erm nous entraîne dans l’univers de l’écoféminisme dont on entend de plus en plus parler.  Pourtant, l’écoféminisme n’est pas récent ; il est même né en France, créé par Françoise d’Eaubonne. On dirait que notre pays, encore largement pris dans l’étau patriarcal, a encore laisser passer une belle occasion de mettre en avant les femmes et leur créativité inouïe surtout quand il s’agit de prendre soin de soi et des autres !

Le parti pris sur la forme de l’écrit choisi par Pascale d’Erm est des plus intéressants : les chapitres thématiques sont traités sous forme de dialogue entre des personnages fictifs ou bien inspirés de personnalités réelles comme Vandana Shiva. Il en résulte un texte très vivant et très dynamique, dont une des qualités majeures est d’être extrêmement accessible.

Cela confère à L’écoféminisme en questions une précieuse dimension de vulgarisation. Si l’écoféminisme vous intéresse et que vous ne savez pas par où commencer, prenez cet ouvrage. Si vous avez déjà de bonnes connaissances de l’écoféminisme, ordonnez-les grâce à cet ouvrage et prenez note des nombreuses références fournies afin d’aller plus loin.

Apports du livre

Peut-être que celleux qui sont très avancés dans l’éco-féminisme n’y apprendront pas grand-chose ; encore que… Le choix de la présentation sous forme de dialogues autour de la recension des étapes majeures de ce mouvement en ont un outil utile et efficace pour se remémorer des points importants et les classer. Pour relire, encore et encore, ce qui a fondé cette importante dynamique de l’écoféminisme.

Pour vous faciliter la lecture, les personnages, protagonistes des échanges, sont présentés en tout début de livre ; ils proviennent tous d’horizons divers et variés :

  • Vandana Shiva « est « la » figure emblématique de l’écoféminisme postcolonial »

  • Célia est une jeune femme urbaine et activiste

  • Mary est une sorcière néopaïenne

  • Cathy est une universitaire, professeur de sciences politiques et féministes

  • Lise et Christophe, qui vivent dans un écohameau

  • Anne qui est une militante queer qui œuvre contre l’oppression des genres

  • Enfin, il y a Grégoire, un journaliste qui se pose beaucoup de questions sur l’écoféminisme

Mais ne vous fiez pas à l’apparente simplicité de cet ouvrage : sa grande intelligence est de vous fournir de très nombreuses clés sans occulter une profondeur nécessaire à la durée dans le temps d’un mouvement dont l’importance est phénoménale au point d’impacter la politique et de nourrir un courant de la science politique qui sont encore des pré-carrés de la pensée et de l’action patriarcale.

L’écoféminisme est comme un fleuve qui irrigue la terre de ses alluvions fertiles. Il serait dommage de passer à côté de la compréhension qu’il apporte alors qu’il est appelé à insuffler encore beaucoup de changements.

Quelques citations de L’écoféminisme en questions :

« Les études montrent que les femmes devenues leaders de leurs territoires investissent prioritairement en faveur de l’hygiène, de l’eau potable, de la santé, de la préservation des ressources naturelles, alors que les hommes financent des infrastructures et l’urbanisations des villages. L’écoféminisme émancipateur pour les femmes profite à toute leur communauté et au-delà, à nous tous et toutes… » (page 147)

« Pour les écoféministes, la valeur du care est fondamentale. Il faut prendre soin des autres, réparer le monde, retisser la toile de la vie, prêter secours aux plus vunérables, lutter contre « la double peine » infligée aux plus dévalorisé-es, qui sont aussi celles et ceux qui subissent de plein fouet la crise écologique. A travers le care, la santé et l’écologie sociale prennent le pas sur une écologie purement environnementaliste, c’est-à-dire orientée vers la protection de la nature. » (pages 116/117)

 

L'écoféminisme en questions

Chèr(e)s lectrices et lecteurs,

Les liens affiliés permettent principalement aux fées de rémunérer l'hébergeur (Infomaniak), certains services logiciels apportant au site des fonctionnalités payantes (plugins premium).

Ces liens portent uniquement sur des livres que j'ai choisis avec soin, parce qu'ils correspondent à la ligne éditoriale de Chant des Fées et répondent à des critères de qualités, de valeurs humanistes, écologiques, artistiques et créatives. Naturellement, je lis tous les livres que je recommande.

Chant des Fées contient plus de 600 articles entièrement gratuits, un chiffre qui est en évolution constante. Cela représente un temps de travail que votre participation, en cliquant sur ces liens affiliés, ne rémunère pas à proprement dit ; cependant, votre action renvoie tout de même de la valeur au travail considérable effectué, et soutient l'auteure, sans omettre celle que vos commentaires et échanges apportent aux fées ! Elles vous remercient chaleureusement pour votre compréhension.
- Monique

Courte chronique : L\'écoféminisme en questions

0 commentaires

Causerie au coin des fees

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

0 Partages
Partagez
Enregistrer
Tweetez
Partagez
Partagez